AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.18 /5 (sur 98 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Kenneth Robeson était le nom de plume collectif utilisé par Street and Smith Publications comme auteur de ses deux séries populaires Doc Savage puis The Avenger.

Ce pseudonyme a été partagé par un certain nombre d'auteurs, bien que la plupart des aventures de Doc Savage aient été écrites par Lester Dent:

William G. Bogart
Evelyn Coulson
Harold A. Davis
Lawrence Donovan
Philip José Farmer
Alan Hathway
Ryerson Johnson
Will Murray

Les 24 aventures de "The Avenger" sont l'œuvre de Paul Ernst écrivant sous le nom de Kenneth Robeson.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Kenneth Robeson   (75)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation

L'homme est vraiment un géant, il passe à peine par la porte de la carlingue.

Sous la peau de bronze, les muscles sont tendus comme des cordes de piano.

Tout en lui dégage une force extraordinaire.

Mais ses yeux surtout fascinent la foule.

Ils sont comme tachetés d'or et la lumière des projecteurs s'y reflète.

Il ne crie pas et pourtant sa voix domine le vacarme.

Cinq hommes surgissent derrière lui. Une équipe remarquable.

Les compagnons de Doc Savage, souffle quelqu'un ...

Commenter  J’apprécie          60

Le public américain se fait son opinion sur ce qui se passe grâce aux journaux. Or, les journaux se trompent parfois, et ainsi le public ne perçoit pas toujours la vraie signification des événements. C’était le cas dans

l’affaire Jethro Mandebran.

Et, peut-être, n’était-ce pas plus mal que le public ne comprenne pas toute la signification de l’affaire Jethro Mandebran. Car de nombreuses têtes auraient pus devenir grises.

Jethro Mandebran avait disparu, un dimanche après-midi, sur son parcours de golf privé. Il avait frappé sa balle dans un bouquet d’arbres, et était allé la chercher à l’intérieur. C’était la dernière fois qu’on l’avait aperçu. C’était extrêmement déconcertant. Un essaim de détectives privés n’avait pas pu trouver la moindre trace. Finalement quelqu’un pensa à utiliser la méthode traditionnelle des limiers, mais les chiens ne repérèrent aucune piste.

Commenter  J’apprécie          50

– Vous vous souvenez qu’il y avait une seconde raison pour laquelle je suis allé vous voir dans les coulisses ? Eh bien ! je voulais vous demander de pouvoir examiner vos yeux.

– Mes yeux ?

– Je pense qu’un artiste de votre qualité a besoin plus qu’un autre de ses yeux. Je veux savoir si l’on pourrait vous rendre la vue.

– Mais c’est impossible ! J’ai consulté les plus grands spécialistes du monde ! Ils m’ont affirmé que seul un magicien...

– Alors essayons un peu de magie, proposa Doc en souriant.

– Je vous en prie, ne plaisantez pas sur ce sujet.

– Je suis très sérieux. Si les conditions sont celles que je crois, je pourrai vous rendre la vue. C’est pourquoi je veux vous examiner.

C’en était trop pour Victor Vail. Il se laissa tomber sur une chaise sans mot dire.

Commenter  J’apprécie          30
Alors on revit le diable ...
Commenter  J’apprécie          60

L'homme à la toque en peau de raton laveur n'avait pas bougé, mais se trouvait dans le faisceau du projecteur, dont l'avion inondait la plage. Les trois moteurs étaient munis d'hélices rétroactives. Celles-ci étaient actuellement inversées, la course fut brusquement coupée, et l'avion s'arrêta gentiment sur le sable. La porte de la cabine s'ouvrit vivement.

Doc Savage apparut.

Le bras de cet individu inhabituel avait été quelque chose qui captait l'attention. Son corps entier était infiniment plus frappant. C'était un géant,

parfaitement proportionné, chaque muscle développé en proportion si égale, que ses proportions n'étaient seulement visibles qu'en comparaison avec la porte de la cabine.

Chaque lignes de la grande charpente avertissaient d'une puissance incroyable. Cet aspect était encore plus accentué par la couleur bronze, unique, de sa peau; c'était comme une peinture bronze enduisant les muscles, qui semblaient être de gros câbles métalliques.

Commenter  J’apprécie          10

Le quatre-vingt-sixième, c'est l'étage de Doc Savage, présenta le garçon d'ascenceur, appartement à titre d'information.

La cage monta et s'arrêta. Les deux passagers sortirent dans un simple, mains néanmoins somptueux corridor. Il était évident, en les voyant regarder tout autour d'eux, qu'ils n'étaient jamais venus ici auparavant. Ils trouvèrent leur chemin jusqu'à une porte.

Sur la porte, un nom était esquissé en très petite lettres de bronze. Ils lurent : DOC SAVAGE

Saisissant la poignée, l'homme au chapeau de soie essaya de rentrer. Mais, la porte était verrouillée. Il frappa avec une vive impatience et la porte s'ouvrit.

Le gentilhomme au chapeau de soie fit une erreur, qui plus tard, lui coûtera la vie. Il rentra le premier dans la pièce, en écartant la vieille dame du coude. Cet acte était tout, sauf chevaleresque.

Commenter  J’apprécie          10

J'ai lu ce livre il y a bien des années et j'ai adoré. Un super héros comme je les aime. Suite à un important dégât des eaux, j'ai malheureusement du jeter tous les volumes de la collection et ceux-ci sont quasi introuvables aujourd'hui. Espérons que quelqu'un aura la brillante idée de numérisés.

Commenter  J’apprécie          20

– Par des exercices quotidiens, pratiqués depuis son plus jeune âge, Doc Savage a atteint un développement musculaire fantastique, une puissance physique auprès de laquelle la force de Samson n’est rien. En outre, ses connaissances intellectuelles n’ont pas de limites. Doc Savage est un mélange savant de force musculaire et de perfection mentale, mis au service d’une vocation particulière. Il combat le mal partout où il se trouve, et cette mission le mène dans les coins les plus reculés du monde. Sa dernière mission, vous le savez, l’a appelé au Chili. Il s’est attaqué à une

bande de malfaiteurs redoutables qui voulaient s’emparer de l’industrie du nitrate afin de fournir des explosifs à une nation européenne particulièrement belliqueuse...

Commenter  J’apprécie          10

Quelqu’un semblait essayer d’ouvrir une porte toute proche. Des coups sourds résonnaient, du bois craqua, et la porte tomba vers l’intérieur.

L'homme qui parut était svelte, acerbe, et vêtu avec la plus grande perfection vestimentaire. Il avait le front haut et la bouche mobile d'un orateur. Dans une main, il tenait une fine canne noire qui était légèrement défaite à un joint près de la poignée, révélant ainsi une canne-épée, dont la lame était aussi aiguisée qu’un rasoir.

L’homme bien habillé regarda le gentil chimiste, avec l’expression d’un gentilhomme qui venait de trouver un crapaud sur sa table de petit déjeuner. Monk, j’ai toujours su que vous nous feriez sauter avec l’une de vos idiotes expériences de chimie ", claqua-t-il.

Commenter  J’apprécie          10

L’homme qui entra dans la pièce peu après semblait de taille gigantesque lorsqu’il fut dans l’embrasure de la porte, mais il y eut une remarquable illusion de rétrécissement lorsqu’il avança.

C’était dû à la symétrie du remarquable développement musculaire, et une constitution même qui en faisait un homme de stature ordinaire jusqu’à ce qu’il se trouvât près d’un objet avec lequel sa stature pouvait être comparée.

Plus inhabituel encore était sa peau, d’une fine texture et de couleur de bronze. Ses yeux étaient la troisième de ses caractéristiques uniques – ils étaient comme des mares de paillettes d’or, toujours en mouvements.

C’était un homme dont l’apparence seule ferait ressortir immédiatement de la multitude. Bien que son habillement fut ordinaire, ne démontrant pas le moindre indice d’un aventurier.

« Il y a quelque chose qui ne va pas ? » Demanda le nouvel arrivant d’une voix chaude et modulée.

« Cette femme, Docteur Savage », montra l’homme grassouillet. « Elle a prononcé votre nom il y a peu».

Les deux hommes, le replet et le mince grisonnant, se mirent à faire un résumé détaillé de leurs observations du cas. La femme avait été amenée lors de la nuit précédente du Temple Nava, où elle s’était évanouie au milieu d’une tirade contre le mystérieux Rama Tura, qui remplissait les colonnes de publicité des journaux en faisant des diamants de choses sans valeurs.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur cet auteur