AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Abymes , le 28/12/1977
Biographie :

Kery James, de son vrai nom Alix Mathurin ou Ali Mathurin, né le 28 décembre 1977, aux Abymes en Guadeloupe, est un rappeur français.

Débutant sa carrière musicale dès le début de son adolescence, il fait partie du groupe Ideal J sous le nom de Daddy Kery. Il quitte ensuite ce groupe, se convertit à l'islam1avant de se lancer dans une carrière solo sous son nom actuel. Son œuvre, qualifié de rap conscient, évoque la vie en banlieue et les inégalités dans la France d'aujourd'hui. Kery James fait également partie du collectif Mafia K'1 Fry.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À tout juste vingt ans, Abdelilah Laloui, étudiant à Sciences-Po, a créé l'association Tous curieux qui promeut l'accès à la culture en banlieue. Dans son premier livre, "Les baskets et le costume" (JC Lattès), il raconte son parcours, de la banlieue au VIIe arrondissement de Paris, comment les codes sociaux, d'un côté comme de l'autre, lui ont barré la route, et comment il a fini par trouver sa liberté en revendiquant ses goûts personnels de Bach à Cheb Khaled, de Rilke à Kery James. Il nous présente ici les livres qui ont jalonné son parcours. En savoir plus sur "Les baskets et le costume" : https://www.hachette.fr/livre/les-baskets-et-le-costume-9782709666251

+ Lire la suite

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Kery James
genou   07 novembre 2016
Kery James
Le silence est d'or, mais parfois il est lâche, corrompu et coupable, complice de ce qu'il cache.
Commenter  J’apprécie          870
Harmonide   23 janvier 2018
À vif de Kery James
À tous ces racistes à la tolérance hypocrite

Qui ont bâti leur Nation sur le sang

Maintenant s’érigent en donneurs de leçons

Pilleurs de richesses, tueurs d’Africains

Colonisateurs, tortionnaires d’Algériens

Ce passé colonial, c’est le vôtre

C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la nôtre

Maintenant vous devez assumer

L’odeur du sang vous poursuit même si vous vous parfumez
Commenter  J’apprécie          70
Amco   15 janvier 2013
92-2012 - 20 Ans d'Ecriture de Kery James
Aymeric, joue cette mélodie, cette douce mélodie

Qui ne me donne pas envie de rappper mais juste de parler

Juste de dire ce que m'inspire la vie

Je m'étonne quand je me rend compte a quel point on peu aimer la vie

On s'y accroche, on s'y agrippe fermement, pourtant

La vie n'est pas faite que de bons moments

Malgré tout, on l'aime et pour ne pas la perdre, on perdrait beaucoup

Car la vie est, la vie c'est

La vie est comme ces fruits dont le goût est sucré puis soudainement amer

Elle n'est ni noir ni blanche, non, elle est beaucoup plus complexe que cela

C'est un remarquable mélange de douces saveurs

À d'autres, fortement épicées

Un métissage entre le bien et le mal

Entre l'agréable et le détestable

Entre l'acceptable et l'inacceptable

Entre le vrai et le faux

Entre l'illusion et la réalité

Entre l'espoir et la crainte

La vie peut être comme un film sans surprise

Car il peut nous sembler que ses jours se suivent

Se répètent, se suivent se répète et se ressemblent

Se suivent, se répètent et s'ajoutent les uns aux autres

Mais parfois, parfois la vie te surprend, te remue

Te secoue

Et les vagues de son agitation

Te submergent d'émotion

L'action succède au calme

Le silence est recouvert par le vacarme

Les choses se bousculent, tout va presque trop vite

Te laissant peu de temps de réflexion

Les éclairs de la vie foudroient la monotonie de ton existence

La tempête de la vie dévaste tes habitudes

Tandis que son vent désoriente tes points de vue

Car la vie pour nous, ce sont les changements

On aime, on n'aime plus

On se sent bien, on se sent mal

Du bien-être, on passe au mal-être

Des pleurs, on passe à la joie

De la joie aux larmes de tristesse

Puis des larmes de tristesse aux larmes des éclats de rire

La vie quoi

La vie n'est pas la même pour tous

À bas la démagogie, non, on ne naît pas tous égaux

On ne s'engage pas dans la bataille de la vie avec les mêmes armes

Car la vie c'est les pauvres et le riches

Les beaux et les laids

Les gens drôles, intelligents, captivants, brillants

Et les gens vides, insignifiants qui semblent n'avoir rien à nous apprendre

Peut-on parler de vie sans parler d'amour ?

Mais peut-on parler d'amour sans parler de souffrance ?

Non, excusez-moi

Dans amour, c'est vrai qu'on peut aussi entendre confiance, soutien et consolation

Pourtant on s'aime, on se déteste

On s'aime, on se déteste

On se quitte, on se rattrape

On se rattrape et on ne s'aime plus

On se quitte, on se rattrape

On se rattrape, on se quitte

Alors qu'on s'aime encore

On se quitte, on se rattrape

On s'aime, on se déteste

Pour finalement admettre

Que la vie c'est

Nous deux

La vie c'est

Les rencontres et le ruptures

Les liens qui se fragilisent, rongés par le temps

Les ex-amis qui deviennent nouveaux ennemis

Et dont la préoccupation première est de nuire

La vie c'est

Des sourires hypocrites

Des poignées de mains peu sincères

Des je t'aime sans profondeur

Des au revoir qu'on souhaiterait secrètement être des adieux

La vie c'est

Ce qui est vu et

Ce qui est caché

Alors ma c'est la solitude

Le repli sur moi-même dans la tour des sentiments

Car la vie c'est la peur

La peur d'être seul, la peur de ne pas être aimé, la peur de mourir

La peur d'échouer, la peur de l'inconnu

La peur de blessures physiques et morales

Une peur se greffe à une autre

Qui elle-même se greffe à une autre et finalement

On peut passer toute une vie à avoir peur

Et ça c'est dramatique

La vie c'est

La vie c'est les regrets, cette impression d'avoir manqué la coche

D'avoir mal agi jusqu'à éloigner les plus proches

La vie c'est ces tournants qu'on prend délibérément

Ou involontairement ou inconsciemment

Qui nous amènent aux tourments

La vie c'est cette angoisse qui nous paralyse

Perturbe notre analyse

Est c'est là que la vie nous dévoile nos faiblesses

Elle nous apprend que seul, on n'est pas grand-chose

Et qu'au fond la vie c'est

Les autres

La vie est comme un jeu d'échecs parfois

Une partie très serrée

Entre nous et nos pulsions et la vie c'est

Le temps qui passe, c'est

Vieillir, perdre sa jeunesse

Mûrir, perdre son innocence

Plus on vit et plus nos yeux s'ouvrent

Sur la réalité de cette vie

Et aucune fiction n'est plus intense

Plus douloureuse que le film de cette vie

Vivre c'est se rapprocher sûrement de la mort

Il y a tant de choses à dire sur cette vie

Que je pourrais noircir des kilomètres de pages blanches

Car la vie

Certains meurent sans en comprendre le sens

Comme si la vie était une question sans réponse
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Harmonide   23 janvier 2018
À vif de Kery James
Vous savez comment j’appelle ce genre de budget ? « Budget post-traumatique » ou « budget bonne conscience ». Vous savez, le genre de budget qui n’est voté qu’après une émeute ou un attentant sanglant mettant en cause des jeunes issus des banlieues. Tout le monde aura compris que ces budgets ne sont que des coups d’annonce, destinés à panser les plaies sans jamais véritablement les soigner et à éviter que le système ne soit renversé. [...] Schizophrénie, malhonnêteté, hypocrisie, lâcheté ou ignorance, le résultat est le même.
Commenter  J’apprécie          30
Kery James
yelles   12 mars 2019
Kery James
Il est naturel d'avoir peur, de là naît le courage.

Comment rêver en couleur quand le futur n'annonce que l'orage ?

Le bonheur que l'on bricole disparait dans la grisaille.

Que nos espoirs s'isolent de la folie qui les cisaille.

Ensanglantées d'amertume, des journées de ténèbres

Aux aurores teintées de brumes exhument des rancunes funèbres.

Une chorale de sanglots chantonne nos afflictions,

Transporte nos fardeaux, fredonne nos désolations.

La haine nous fait du pied, nous propose une danse

Mortelle et rythmée, au tempo de nos vengeances.

Si les rêves de paix sommeillent certainement en chacun,

On peut perdre son humanité dans un labyrinthe de chagrin.
Commenter  J’apprécie          00
Ninaalu   09 février 2019
À vif de Kery James
Il y a en banlieue, comme partout en France, des gens désireux de prendre pleinement part à leur propre histoire et à celle du pays.
Commenter  J’apprécie          10
Ninaalu   09 février 2019
À vif de Kery James
Est-ce que les Français ont les dirigeants qu’ils méritent ?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Qui suis-je ? #1 FACILE

Je suis un saut périlleux ?

sexto
salto
scato

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur