AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.17/5 (sur 489 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Kristen Ciccarelli est auteure de fantasy.

"Asha, tueuse de dragons" ("The Last Namsara", 2017), son premier roman et le premier tome de la série "Iskari", a été traduit en 12 langues.

Elle vit dans la péninsule Northern, dans le Nord-Ouest de l'île de Terre-Neuve.

son site : https://www.kristenciccarelli.com/

Ajouter des informations
Bibliographie de Kristen Ciccarelli   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Asha n’avait plus peur du feu depuis que le Premier Dragon en personne avait laissé une hideuse cicatrice sur toute la moitié droite de son corps. Elle portait dorénavant une armure complète, patchwork des peaux de tous les dragons qu’elle avait tués, ainsi que son casque préféré en forme de tête de dragon, avec ses cornes noires. Le cuir tanné, moulant comme une seconde peau, la protégeait parfaitement du feu.
Commenter  J’apprécie          150
- Greta disait, fit-il sans s'interrompre, que nous sommes tous nés avec une chanson dans le coeur. Une chanson rien qu'à nous. Et que notre mission dans la vie est de trouver cette chanson.
Commenter  J’apprécie          110
Voici ce que ça faisait d’avoir perdu sa sœur … C’était tendre la main dans la nuit pour ne trouver que les couvertures aplaties, vides et froides. C’était l’histoire qu’elle ne raconterait jamais et le secret qu’elle ne chuchoterait jamais sous les couvertures. C’était le rire qu’elle n’entendait plus. Et la douleur qui ne s’arrêtait jamais. Et le vide qui ne pourrait jamais être comblé. […] C’était se réveiller d’un cauchemar et se tourner vers celle qui l’aidait toujours à se rendormir en lui chantant une chanson, pour s’apercevoir qu’elle était seule dans le noir. Seule dans le noir pour toujours. Voilà ce que ça faisait d’avoir perdu sa sœur.
Commenter  J’apprécie          70
C'était assez simple : les histoires des temps anciens attiraient les dragons. Et les dragons apportaient le chaos, la trahison, le feu. Oui, le feu, surtout. Et les brûlures. Asha le savait mieux que quiconque. Son visage en portait la preuve.
Commenter  J’apprécie          70
La Mort est une voleuse, déclara-t-elle en pensant à une histoire des temps anciens. (...) Peut-être pour vous, dit-il (...). Pour certains, la Mort est une libération.
Commenter  J’apprécie          70
Quand il dormait, il avait l'air d'une fleur de lune dont les pétales ne se déploient qu'à la nuit tombée, une fleur superbe et rare à la lueur des étoiles. Asha tendit la main et augmenta la luminosité de la lanterne afin de mieux voir l'ombre papillonnante de ses cils. Elle suivit des yeux sa silhouette ferme et osseuse. Ses cheveux lui rappelaient la mer de Darmoor : agitée, remuante, pleine de vagues.
Commenter  J’apprécie          60
Si Dax avait une faiblesse, c'était bien cela. Pire que les bagarres à répétition, ses flirts incessants ou son addiction au jeu. Dax ne pensait pas en roi. Il pensait en... héros. Il était trop gentil. Trop bon. Trop sensible. C'était ce qui le perdrait.
Commenter  J’apprécie          50
Asha avait l'impression qu'il lui lacérait le coeur. Comme un tapis ou une tapisserie, dont ses mots, telles des griffes, arrachaient tous les fils.
Commenter  J’apprécie          50
C'est plusieurs jours après le Renoncement que la jeune fille, le cœur brisé, remarqua l'oiseau.
C'était un simple faucon du désert, avec des plumes couleur sable et des yeux bruns, et il venait à sa fenêtre tous les matins à son réveil.
Il aimait bien observer la jeune fille et volait souvent de fenêtre en fenêtre, selon la pièce dans laquelle elle se trouvait. Il se perchait sur les toits quand elle aidait aux champs ou se battait en duel avec ses professeurs d'escrime dad les jardins. Et lorsqu'elle partait à cheval avec ses parents vers l'une des autres grandes maisons, le faucon était là, planant dans le ciel au-dessus d'elle.
Il la suivait.
Commenter  J’apprécie          30
Que la mort m'envoie ses pires épreuves ! Le froid glacial pour geler l'amour dans mon cœur. Le feu pour réduire mes souvenirs en cendres. Le vent pour me forcer à franchir sa porte. Et le temps pour mettre à l'épreuve ma loyauté.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Kristen Ciccarelli (494)Voir plus

Quiz Voir plus

Complétez les titres des romans (1ère partie)

Marieke Aucante : En écartant les....

stores
bras
branches
problèmes

10 questions
186 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..