AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.21 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) : 1972
Biographie :

Park Kun-woong est né à Séoul en 1972. Diplômé des Beaux-Arts en arts plastiques, il a publié Fleur en 2002. Créateur de bandes dessinées impliqué dans de nombreux mouvements artistiques, il développe tout particulièrement le thème des traumatismes de l'histoire contemporaine de la Corée.

Ajouter des informations
Bibliographie de Kun-woong Park   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un matin de ce printemps là


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   29 octobre 2019
Le livre de Jessie de Kun-woong Park
Le « journal de Jessie » est un témoignage de la vie méconnue des patriotes en exil. C'était des gens ordinaires comme vous et moi qui, un beau jour, ont fait le choix de tout quitter pour raviver la flamme de la résistance.

Les protagonistes du livre tremblaient quotidiennement sous les feux ennemis. Ils ont pourtant réussi à élever leur fille dans ce contexte de violence et de destruction. Le petit bébé incarnait alors l'espoir d'avenir pour la nation. Je suppose que c'est ce qui leur a donné la force de se dépasser.



Tout être humain fait un jour ou l'autre l'expérience de la peur. Mais la terreur devient le quotidien chez certains. Le séjour en Chine de Yang Woojo et de son épouse Choi Sunhwa a été marqué par les bombardements japonais. Il ne serait pas exagéré d'affirmer que toute l'enfance de Jessie se ramène à ces raids aériens. Le journal à quatre mains relate le chemin de croix du couple et de leur nourrisson avec un réalisme poignant.



L'année 2019 coïncide avec le 100e anniversaire du soulèvement du 1er mars 1919 et de la création de l'état-major provisoire coréen. Ces patriotes ont lutté contre vents et marées pour l'indépendance nationale. Hélas, nos contemporains ne mesurent pas toujours le poids de leur sacrifice. Habitués au confort et à la liberté, ils ont tendance à oublier l'esprit et la volonté de ceux à qui nous devons notre République démocratique.



L'ouvrage de Park Kun-Woong n'a que plus de valeur dans ce contexte. L'auteur a restitué en images l'une des pages les plus cruciales de notre histoire. Il a mis en scène la vie du couple et de leur fille aînée dans un graphisme qui n'appartient qu'à lui. Mais, plutôt que de faire une démonstration de sa virtuosité, il s'est attaché à nous rapporter la vie des résistants en exil avec une fidélité absolue. Son œil d'artiste a saisi l'essence de l’œuvre originale avec une acuité et une sensibilité extraordinaires pour nous faire voyager de Shangaï à Chongqing.



Le livre de Jessie ne s'adresse pas qu'aux lecteurs Coréens. Le combat de ces hommes et femmes contre les barbaries de l'impérialisme mérite d'être connu du plus grand nombre. Leur foi en un monde juste et civilisé a une portée éminemment universelle. Le livre nous rappelle que les indifférents ne méritent pas la paix.



Kim Ju-Yong

(chercheur à l'Institute of Korean Independence Movement Studies)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
Wyoming   13 mai 2022
Mémoires d'un frêne de Kun-woong Park
Quand l'homme a une idée en tête, il va jusqu'au bout, quelle que soit la difficulté.
Commenter  J’apprécie          150
Mimeko   01 mai 2018
Mémoires d'un frêne de Kun-woong Park
La chair et les os des exécutés étaient retournés à la nature. Une fois décomposés...ils allaient me nourrir aussi.
Commenter  J’apprécie          130
Erik35   07 février 2022
Mémoires d'un frêne de Kun-woong Park
Le Discours.



[...]

Et là... Le chef des hommes en uniforme a pris la parole.

- Aheum !

Votre attention s'il vous plaît !!

Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais j'ai pour mission d'assurer l'ordre et la sécurité dans le département de Changju...

enfin bref...

On a reçu l'ordre de vous exécuter aujourd'hui.

La faute en incombe aux traîtres du Nord.

Ils sont responsables de vos malheurs.

C'est à eux qu'il faut en vouloir, pas à nous !

Compris ?

[...]

Évitons de nous appesantir car l'heure tourne...

Oh ! une dernière chose...

cette condamnation concerne l'ensemble des militants répartis sur 12 communes.

Vous ne serez pas les seuls à payer les pots cassés et dès demain...

vos autres camarades vous rejoindront dans la fosse. Il m'a paru important de le préciser...

Sur ce, finissons-en !!
Commenter  J’apprécie          100
Erik35   02 janvier 2022
Un matin de ce printemps-là de Kun-woong Park
[NB: L'arrière plan est une salle d'exécution par pendaison où les huit condamnés à mort, innocentés depuis, de cette BD sont menés les uns après les autres, assis, et pendus. Voici les derniers mots de l'un d'eux, relatés par l'officier aumônier ayant assisté à l'exécution de cette sentence inique]



- je meurs injustement comme un oiseau prisonnier dans sa cage.

Cette saleté de gouvernement finira par tomber.



«J'ai encore en mémoire les dernières paroles de ces victimes, dont même les ultimes vœux n'ont pas été exaucés. Je me rappelle notamment celles de monsieur Lee Soo-byeong.»



- Je n'ai fait que protester contre la Constitution Yusin* et lutter...

... pour le peuple et la démocratie. Pourquoi dois-je mourir de façon aussi barbare ?

La justice passera et révélera au grand jour nos morts injustes.



[* imposée par Park-Chung-hee en Octobre 1972, la Constitution Yusin lui attribue tous les pouvoirs et place les forces militaires au cœur de l'échiquier politique.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mimeko   01 mai 2018
Mémoires d'un frêne de Kun-woong Park
Mon nom ne vous dira sans doute rien, mais j'ai pour mission d'assurer l'ordre et la sécurité dans le département de Changju...Enfin bref...On a reçu l'ordre de vous exécuter aujourd'hui. La faute en incombe aux traitres du nord. Ils sont responsables de vos malheurs.
Commenter  J’apprécie          70
Mimeko   01 mai 2018
Mémoires d'un frêne de Kun-woong Park
Mes feuilles étaient gorgées d'eau de mousson, ce qui les rendait vulnérables à la chaleur. Je devais faire profil bas, en recroquevillant au maximum mon feuillage.
Commenter  J’apprécie          70
alouett   01 juillet 2011
Massacre au pont de No Gun Ri de Kun-woong Park
En perdant cette bataille, l’Armée américaine perdit la confiance que le peuple sud-coréen avait placée en elle. Le doute s’installa dans les esprits, cette armée supposée invincible avait essuyé une si cinglante et rapide défaite. Ces soldats américains trop vite élevés au rang de quasi-divinités avaient rapidement retrouvé leur statut d’hommes
Commenter  J’apprécie          50
alouett   01 juillet 2011
Massacre au pont de No Gun Ri de Kun-woong Park
Jusqu’à présent, notre village avait été préservé des malheurs de la guerre… Maintenant, il nous fallait fuir, nous possédions juste de l’orge, de quoi tenir une semaine, tout au plus. C’était là toute notre richesse. Nous pensions que si nous quittions le village, c’était la mort qui nous attendait. Personne ne savait combien la guerre serait affreuse, on l’ignorait… Personne n’était capable de nous guider ni de nous indiquer un endroit où se réfugier. Personne n’avait la moindre idée de ce qu’était le communisme. Ce n’est qu’après la libération qu’on a sans cesse entendu dire que sous un régime communiste l’égalité était un concept réel. Pas de riche, pas de pauvre. Comme les Nord-coréens étaient en train de gagner la guerre, de plus en plus de gens pensaient que finalement ce ne serait peut-être pas si terrible de vivre sous un régime communiste
Commenter  J’apprécie          40
Harioutz   29 octobre 2019
Le livre de Jessie de Kun-woong Park
Jessie savourait l'air printanier à l'heure où nous pleurions la disparition d'un sage.

La vie et la mort se croisait une fois de plus …

Toute naissance renfermait la promesse des adieux.

Les anciens faisaient place à la jeunesse d'une époque à l'autre.

Ce cycle immuable évoquait un escalier de pierres.

Chaque marche construite sur le labeur des générations précédentes.

Nous nous relayions patiemment pour bâtir le futur, pierre après pierre.

L'édifice représentait le travail d'une vie.

Il portait l'empreinte de notre passage sur Terre.

Un jour ou l'autre … Jessie allait rejoindre la marche.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un peu de couleur, ça vous change la vie !

Comment est la jument du roman de Marcel AYMÉ ?

Rose
Verte
Bleue

15 questions
135 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur