AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.65 /5 (sur 146 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Seattle, Washington , le 24/09/1927
Biographie :

Laird Kœnig est un écrivain et scénariste.

Il entame des études de lettres et de psychologie à l'Université de l'État de Washington. Après avoir passé quelque temps dans l'armée, il travaille à New York dans la publicité. Il commence sa carrière d'écrivain comme co-scénariste de séries télévisées : "Flipper le dauphin" (1964-1967, sept épisodes) et "Le Grand Chaparral" (un épisode, 1970). Sa pièce de théâtre "The Dozens" jouée à Broadway en 1969 a comme interprètes principaux Morgan Freeman et Paula Kelly.

À partir de 1970, il mène de front une carrière de scénariste pour le cinéma et une carrière de romancier.

Au cinéma, il collabore à l'écriture du scénario de "Soleil rouge" (1971), film réalisé par Terence Young. Il collabore en 1975 à l'écriture du scénario de "La Baby-Sitter", dernier film de René Clément.

En 1970, il publie son premier roman, "Attention, les enfants regardent" ("The Children are Watching"), en collaboration avec Peter L. Dixon, qui obtient en 1972 le Grand prix de littérature policière. Ce roman est adapté au cinéma en 1978 avec Alain Delon.

Son deuxième roman, "La petite fille au bout du chemin" ("The Little Girl Who Lives Down the Lane", 1973), est porté au cinéma en 1976 par le réalisateur suisse Nicolas Gessner. Jodie Foster, âgée de quatorze ans, tient dans ce film le premier rôle aux côtés de Mort Shuman et Martin Sheen. Laird Kœnig signe la propre adaptation de son roman.

Suivront d’autres romans à succès : "La porte en face" ("The Neighbor", 1978), "Les Îles du refuge" ("Islands", 1980), "Labyrinth Hotel" ("Rockabye", 1981), adapté en 1986 par Laird Kœnig pour la télévision, sous le titre "Rapt". "La porte en face" est adapté en 1982 par Max Fischer avec Irene Cara, sous le titre "Killing 'em Softly". Son roman, "The Morning Sun" (2012), raconte la suite de Madame Butterfly.

Salué dès ses débuts comme un écrivain exceptionnel, Laird Kœnig a fait graviter l’essentiel de son œuvre autour d’un univers à part, celui de l’enfance. Victimes ou meurtriers par amour, ses héros trouvent grâce aux yeux du lecteur qui, transporté de l’autre côté du miroir, ne peut qu’adhérer à cette violence enfantine, la souhaiter, espérer le salut de ces criminels malgré eux. C’est ce talent à bouleverser les valeurs morales du lecteur et à le placer du côté des innocents aux mains sales qui rend les romans de Laird Kœnig aussi attachants, et lui donne une place d’exception dans la littérature policière.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La Petite fille au bout du chemin - Extrait 2
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienne   13 août 2018
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
Elle avait gardé sa troisième course pour la fin, parce que c'était celle qui lui plaisait le plus. Maintenant encore, dans la rue devant la librairie, contemplant les jaquettes glacées de tous les livres de la vitrine avec autant d'avidité qu'un enfant affamé devant une pâtisserie, elle remettait encore l'ultime bonheur, l'instant où elle entrerait enfin. Alors elle serait dans un monde bien plus merveilleux pour elle que celui qu'Alice avait découvert au fond du terrier du lapin, ou mes astronautes dans la sombre immensité du cosmos.

Un fois dans le magasin, entourée de tables surchargées de livres, d'étagères de livres, de piles de livres, elle remit encore ce qu'elle désirait tant, l'instant magique où elle se trouverait devant les rayons consacrés aux minces volumes de poésie.
Commenter  J’apprécie          123
Audreyy   19 août 2012
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
Je l'aime beaucoup. C'est un pléonasme. Le verbe aimer se suffit à lui tout seul. Beaucoup ne fait que l'affaiblir. J'adore les mots. La plupart des gens n'y font pas attention.
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienne   14 août 2018
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
"N'ayez pas l'air aussi solennel. Je vous le répète, je ne vous en veux pas de m'avoir débarrassé de cette chère maman. Un don du Ciel. Vous m'avez épargné bien des ennuis. Je la haïssais. Je rêvais que la foudre lui tombe dessus... qu'une salade de crabe à son club de bonnes femmes l'empoisonne... qu'un accident, une collision en chaîne sur l'autoroute écrase cette Bentley couleur de foie comme un canard au sang, répandant son sang bleu dans tous les azimuts. Mais non. D'année en année, elle semblait s'épanouir, prendre des forces. L'âge n'avait pas de prise sur cette femme. J'avais fini pas désespérer de la voir un jour mourir."
Commenter  J’apprécie          70
Yuko   05 juillet 2012
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
Les yeux de Mario plongeaient dans les siens. Rynn soutint son regard. Le garçon fut le premier à rompre le silence :

"Elle est à elle !

- Ce qui veut dire ?"

Elle suivit des yeux le petit nuage de buée de son haleine, pour bien montrer à Mario qu'elle n'attachait aucune importance à ses propos.

"C'est celle de Mrs Hallet.

- Ah ?" fit-elle.

Ce n'était pas une parade bien efficace mais elle sentait qu'elle avait fait preuve de l'indifférence voulue.

"Sa Bentley. A peine cinquante mille kilomètres. Je devrais le savoir, c'est mon père qui s'en occupe.

- Elle nous la prête.

- Pas vrai !"

Le garçon ne souriait pas. Il avait le teint olivâtre de la plupart des Italiens. Pourquoi avait-il des cernes aussi sombres sous les yeux ?

La petite fille se détourna, sous prétexte de décoller de la carrosserie une feuille mouillée.

"Pas vrai, répéta-t-il.

- Vous ne pouvez pas m'accuser de mensonge comme ça. Vous ne pouvez pas savoir...

- Vous croyez me faire avaler n'importe quoi, hein ? Ça ne marche pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pilot   17 février 2013
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
L'homme vida la tasse qu'elle avait versée pour elle, cette tasse qu'elle avait espéré de tout coeur lui voir réclamer.
Commenter  J’apprécie          50
polarjazz   14 juillet 2018
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
"Le jeu, c'est faire semblant. Faire les gestes de la vie. Mais ce n'est pas vivre.

- L'école, c'est vivre.

- Non, s'exclama Rynn en secouant la tête si fort que ses cheveux lui tombèrent devant les yeux. L'école, c'est les gens qui vous disent ce qu'est la vie, ce n'est pas la découvrir soi-même !

(P. 201)
Commenter  J’apprécie          30
Midnight   16 décembre 2013
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
"Vous n'aimez pas sourire, hein ? Vous avez peur de montrer votre dent ébréchée ?"

Manifestement, il avait décidé que c'était à son tour d'être cruel.

"Ça me regarde.

- Vous croyez que ça me fait quelque chose ? Mon frère ainé s'est fait casser toutes les dents en jouant au foot. Il sourit. Il rigole tout le temps comme un dingue."
Commenter  J’apprécie          20
Doubleplusgood   25 juin 2019
Attention, les enfants regardent de Laird Koenig
Avocados porta la main à sa poche , et d'un simple déclic, renvoya au néant la musique américaine. Ce qu'elle entendait maintenant, c'étaient les guitares Mariachi, celles qu'elle aimait à Mexico: elles lui parvenaient grâce à l écouteur du transistor qui pendait à son cou. Parfois, le fil s'emmêlait dans les boucles serrées de la mise en plis qu'elle se faisait elle-même; parfois, quand elle se trouvait dans la cuisine, il s'accrochait à la poignée du réfrigérateur. Mais Avocados aurait supporté n'importe quel inconvénient: le minuscule appareil lui procurait, dans la villa de la famille Moss, l'un des rares plaisirs de sa vie solitaire.
Commenter  J’apprécie          10
Midnight   16 décembre 2013
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
Si tu la bouclais, est-ce que ce serait la chute de la civilisation occidentale ?
Commenter  J’apprécie          30
Marcellina   20 octobre 2017
La petite fille au bout du chemin de Laird Koenig
Elle avait adoré sa façon de prendre le livre ; il tenait à montrer qu'il le respectait, qu'il comprenait que c'était quelque chose de précieux.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..