AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.14 /5 (sur 233 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Everett, Washington , 1965
Biographie :

Lance Weller est l’auteur de plusieurs nouvelles et a été nominé pour un Pushcart Prize.

Wilderness (2012) est son premier roman.

Il vit à Gig Harbor, dans l’État de Washington, avec sa femme et ses chiens.

site de l'auteur:
http://www.lanceweller.net/

Source : http://www.gallmeister.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vidéo de Lance Weller
Podcasts (1)


Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   07 juillet 2020
Wilderness de Lance Weller
Très loin, à des kilomètres de là, à l'intérieur des terres, un long hurlement étouffé, comme celui d'un loup solitaire, dans les basses terres, là où les loups ne venaient que rarement. Le vieil homme s'adossa au rocher, fronçant les sourcils, mais un curieux frisson lui picota la peau. Ce n'était pas un chant. Même si la lune, qui s'était levée, brillait d'un éclat argenté dans le ciel froid, ce n'était pas un chant. C'était un cri d'envie, de crainte, de douleur, tel que le vieil homme n'en avait jamais entendu venant d'un animal. La bête hurla à nouveau, la lune s'enfuit derrière un nuage comme si elle était pourchassée. Le hurlement se propagea dans toute la vaste forêt ondulante, résonna le long des cours d'eau dans les terres pour venir tomber doucement sur la mer sombre, laissant dans son sillage un silence soudain qui fut peu à peu comblé par les bruits de l'océan et du vent. Le chien se mit à geindre, puis à aller et venir autour de l'endroit où le vieil homme s'était étendu, comme s'il avait entendu quelque chose qui le perturbait beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
le_Bison   09 juillet 2020
Wilderness de Lance Weller
Regardez-les sur la route. Une route blanche sous un ciel bleu, qui s'étire au milieu des champs en jachère en direction des collines et des forêts vertes et luxuriantes sous le soleil printanier. Le peu de poussière que leurs pieds nus soulèvent forme des volutes qui viennent lécher l'herbe au bord du chemin et finissent par retomber après leur passage. Ils sont deux, un homme et une femme, des fuyards qui passent en contrebande, pleins d'espoir, et marchent vers le nord. Le visage de l'homme est plissé d'inquiétude et de douleur, ses mains, dans lesquelles les travaux des champs ont creusé des sillons, sont raidies et rugueuses. Cela fait quinze jours qu'il s'est émancipé, et l'odeur de sa peur, fétide comme celle d'une racine, se dégage encore des misérables plis de sa chemise légère. Il ne sait pas quoi faire, ni où aller. Autrefois, il s'appelait Dexter, mais ce n'est plus son nom désormais, et depuis une semaine, il marche en direction du nord, avec cette femme tranquille et prudente. La douleur qu'il porte en lui silencieusement depuis des années maintenant est rendue encore plus intense par le goût nouveau de la liberté et cette compagnie féminine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
le_Bison   06 juillet 2020
Wilderness de Lance Weller
Et puis, voici la puanteur d'une douceur écœurante des hommes et des chevaux en train de brûler, et observant tout ceci, et d'autres choses pires encore, vous devez vous demander : Y a-t-il déjà eu une guerre comme celle-là auparavant ? Cela s'est-il produit depuis que le monde est monde ? Et cela se reproduira-t-il ? Et bien sûr, vous connaissez la réponse, mais ce n'est pas une consolation.
Commenter  J’apprécie          110
le_Bison   09 juillet 2020
Wilderness de Lance Weller
Abel resta assis en silence. Peu à peu, d'autres bruits devenaient perceptibles et il se demanda sans trop y croire si ses tympans n'avaient pas été crevés. Il se rendit compte que le grincement aigu qu'il entendait depuis une demi-heure n'était autre que le chant des scies actionnées par les chirurgiens sous les tentes. Ceux qui souffraient sous les dents d'acier impitoyables hurlaient comme des enfants, suppliant qu'on les laisse tranquilles, même si cela signifiait une mort certaine. En attendant cela, Abel se mit à transpirer et sa sueur lui donnait l'impression d'être crasseuse, et il sentit son estomac se soulever.
Commenter  J’apprécie          70
marina53   09 mars 2020
Les marches de l'Amérique de Lance Weller
Le soir, il marchait en suivant le soleil qui s'enfonçait dans d'étranges horizons.Ils voyait des ciels rouges, des ciels jaunes et puis des ciels si bleus dans le long crépuscule qu'ils en devenaient violets et fantastiques, rehaussés par le scintillement d'étoiles froides chaperonnées par la comète qui plongeait vers l'ouest.
Commenter  J’apprécie          260
Siabelle   11 octobre 2016
Wilderness de Lance Weller
Après la tombée de la nuit, ils restèrent assis pour contempler l'obscurité de l'océan sous le ciel bleu nuit. Abel et le chien. Les nuages de pluie étaient restés très au large : le vieil homme et son compagnon regardèrent une étoile décrire un arc de cercle, filant sans bruit dans les cieux, puis elle fut suivie d'une autre et encore une autre, tandis que d'autres encore par milliers, scintillaient et resplendissaient, se déplaçant comme des choses vivantes, et d'ailleurs, qui aurait pu affirmer qu'elles n'en étaient pas ? Ils restèrent ainsi, côte à côte, calmes et silencieux. Le vieil homme savait que depuis que le monde était monde, il n'y avait eu que peu de moments semblables à celui-ci, et par conséquent, il se taisait.

Près de lui, le coeur muet et robuste du chien battait doucement et ils demeurèrent assis sous les étoiles vives et brillantes, jusqu'au moment où le sommeil fut le plus fort. Cette nuit-là, il rêva encore de sa jeunesse et d'amis absents, du pays ravagé par la guerre. Il se réveilla une fois et, s'appuyant sur son coude, il regarda vers le large. L'air était pur et frais, et il pouvait voir à l'infini par-delà les eaux. Les étoiles stupéfiantes. Le ruban pâle de la Voie lactée, disparaissait puis apparaissait à nouveau dans la lumière des étoiles et il se demanda ce qu'il était advenu des nuages porteurs de pluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Crossroads   21 mars 2014
Wilderness de Lance Weller
- Comment vous sentez-vous ce matin?

Abel déglutit et fit une grimace, puis, sans même réfléchir, il répondit :

- Comme si j'avais été bouffé par un ours et chié du haut d'une falaise.
Commenter  J’apprécie          240
le_Bison   30 juin 2020
Wilderness de Lance Weller
Cette façon qu'a l'esprit de fonctionner - par quels étranges trajets il poursuit le souvenir. Le vieil homme sourit, se rappelant que, lorsqu'il était soldat, il appelait café tout liquide sombre qu'il faisait bouillir. Du maïs grillé, des trognons de pommes et des écorces de cacahuètes. Des pommes d terre flétries et des glands écrasés. De l'écorce d'arbre. La seule condition, c'était que la boisson soit sombre, voire noire, brûlante et diablement forte. Tout à coup, Abel en eut le goût dans la bouche, tant le souvenir en était vivace, et il se souvient du petit sac de café qu'il avait trouvé dans le havresac d'un soldat de l'Union, mort dans la Wilderness. Il se souvint de la bonne odeur, si riche et si pure de ce vrai café et comment, après l'avoir senti, il avait trouvé, en fouillant les autres corps, une merveilleuse poignée de vrai sucre blanc, et il se souvint qu'il avait alors oublié la douleur de son bras récemment estropié et qu'il s'était effondré, se mettant à pleurer comme un enfant.

Cette façon qu'a l'esprit de fonctionner quand on le confronte, de but en blanc, à des images, des bruits, des odeurs et des portes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Annette55   03 février 2018
Wilderness de Lance Weller
"Vestiges d'îles antédiluviennes rongés par la mer et promontoires érodés,les hauts piliers de Pierre monolithiques et redoutables, accumulant les ombres et lançant de doux reflets violets ,se dressaient, d'un bleu spectral dans "l'obscurité" teintée de lune et d'océan .

Les rochers étaient hérissés d'herbes et de pins rachitiques tordus par le vent, et sur les pierres les plus petites et plus plates tournées vers le large, des phoques couchés ressemblaient à des touches de peinture terreuse sur la toile la plus sombre de la nuit ...........Le chien , comme à son habitude, dressait ses oreilles informes et balafrées ........
Commenter  J’apprécie          210
marina53   09 mars 2020
Les marches de l'Amérique de Lance Weller
La vie, ce n'est que ça, dit-il à Pigsmeat,une absence de but en dehors de la nourriture, d'un abri et d'un peu de chaleur. Ils finissent tous paumés, poursuivit-il, ceux qui cherchent à donner un but à leur vie...
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..