AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.66 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : Espagne
Biographie :

Laura Norton (un pseudonyme) est romancière.

Elle a commencé sa carrière littéraire en 2014 avec "No culpes al karma de lo que te pasa por gilipollas", un énorme succès critique et public, adapté au cinéma en 2016.

"Une catastrophe n'arrive jamais seule" (Gente que viene y bah, 2015) est son deuxième roman.

Elle est l'auteur de trois romans, dont "Ante todo, mucho karma" (2017), qui ont été plébiscités par plusieurs centaines de milliers de lecteurs.

page Facebook : https://www.facebook.com/LauraNortonSpain/
Twitter :
https://twitter.com/LauraNortonES
https://twitter.com/lauranorton2014?lang=fr

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
iris29   01 novembre 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Ce qu'il y a de bien, quand tout le monde te déçoit, c'est qu'à la fin, tu ne peux plus être déçue du fait qu'ils soient décevants.
Commenter  J’apprécie          271
iris29   02 novembre 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
J'ai accepté son verre et bu une bonne gorgée de cette mauditeliqueuràlaconquiarrachaitsamère.

- C'est très doux. Je ne sais pas de quoi tu te plains (…).
Commenter  J’apprécie          180
iris29   02 novembre 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Je me sentais tout à coup très proche de Jennifer Aniston. elle avait dû en baver grave quand Brad Pitt avait commencé à la tromper avec l'autre. Figurez-vous que j'avais fini par tellement m'identifier à elle que pour moi , Angelina Jolie n'avait plus de nom et était devenue "l'autre". J'imaginais Jennifer s'efforçant tous les jours de faire bonne figure chaque fois qu'on l'interrogeait, ou qu'elle allumait la télé et qu'elle les voyait, si beaux , si parfaits, si… quels enfoirés !!! Ou peut-on se cacher quand il existe aucun endroit au monde où un épisode de Friends ne passe pas à la télé, où personne n'a pas vu Thelma et Louise ? Moi au moins, j'avais un sanctuaire.
Commenter  J’apprécie          150
iris29   03 novembre 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
J'étais morte de peur. Je m'accrochais à tout ce que je trouvais : au thé vert, au brocoli, à la chimio et à Dieu.
Commenter  J’apprécie          130
iris29   02 novembre 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Quand ça arrive, on ne peut pas se voiler la face. Je n'avais jamais ressenti une chose pareille. C'est la femme de ma vie. (...)

J'en ai eu le souffle coupé, comme si le monde s'était vidé de son oxygène. J'avais beau essayer de remplir mes poumons, rien n'y faisait. Il n'avait jamais ressenti une chose pareille. Il n'avait jamais ressenti une chose pareille. C'est ce qu'il a dit. Il n'avait jamais ressenti une chose pareille. Il a dit qu' il n'avait jamais ressenti une chose pareille. Et avec moi alors , (…) ?
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   17 août 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Quand on grandit d’une certaine façon, on croit que c’est partout pareil. Et je pensais vraiment que toutes les familles, à l’image de la nôtre, traversaient deux saisons émotionnelles distinctes : huit mois de vie sans pression suivis J’ai traîné ma valise dans le couloir et l’odeur de la maison de mes parents a commencé à faire son effet sur moi. Même si j’étais partie du mauvais pied avec tout le monde, je ressentais déjà la douce chaleur qui m’enveloppait du seul fait de franchir le seuil. La famille générait décidément des sentiments bien contradictoires. La fête d’anniversaire de ma mère était prévue le lendemain. Un repas en grande pompe avec toute la famille, excepté mon père qui était en mer cette année. Il y passait huit mois par an pendant lesquels la maison se transformait en matriarcat avec deux capitaines aux commandes, Irene et ma mère. Irene remplaçait plus ou moins mon père, ils avaient le même caractère, tandis que Deborah était son portrait craché. Quand il rentrait à la maison, il tentait de récupérer son trône perdu, sans beaucoup de succès, car dès qu’il était sur le point d’imposer sa volonté, il devait embarquer à nouveau. Je me souviens que les amis de mes sœurs étaient à la fois intrigués et fascinés par l’ordre qui régnait chez nous, et comment tout changeait en fonction de la présence, ou de l’absence, de notre père. Pour nous, c’était normal. Quand on grandit d’une certaine façon, on croit que c’est partout pareil. Et je pensais vraiment que toutes les familles, à l’image de la nôtre, traversaient deux saisons émotionnelles distinctes : huit mois de vie sans pression suivis de quatre mois de régime plus strict. Nous aimions ces changements, ou du moins ils étaient les bienvenus, car ces deux manières de vivre en famille avaient chacune leurs avantages. C’est vrai que nous avions grandi avec les menaces d’Irene : « Tu verras quand papa reviendra », « Tu peux t’estimer heureuse que papa ne soit pas là, parce que s’il savait ça… », mais ce n’étaient que des avertissements stériles qui ne se réalisaient presque jamais. Quand mon père arrivait, la bêtise qui avait amené la menace était déjà oubliée. En plus, papa revenait toujours les bras chargés de cadeaux provenant des endroits exotiques où son travail l’emmenait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 août 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Ma mère a… comment dire ? Un don. Comme dans les romans de réalisme magique, mais elle ne lévite pas, et des fleurs jaunes ne se mettent pas à pleuvoir sur son passage, le don de ma mère est plus normal. Bon, « normal » n’est pas non plus l’adjectif approprié parce que, tout bien considéré, son don est plutôt extraordinaire. Elle possède une capacité empathique hors du commun. Il lui suffit de toucher les mains, ou n’importe quelle autre partie du corps de la personne qui se trouve à côté d’elle, pour ressentir sa douleur. Elle peut le faire de façon précise, au point de donner un diagnostic exact de ses symptômes. Et c’est un don qu’elle a perfectionné au fil du temps et à force de recherches. Ses diagnostics sont plus sûrs que ceux de n’importe quel médecin de Cantabrie, et cela lui a valu une grande popularité. Tous les jours, des dizaines de personnes viennent à la maison pour bénéficier de ses diagnostics. Elle est capable de détecter une tumeur à l’estomac comme une dépression chronique, une crise d’angoisse, une tuberculose cachée derrière une allergie respiratoire ou des calculs rénaux. Mais ma mère n’est pas une guérisseuse. Son truc, ce ne sont pas les remèdes maison, ni les prières à des dieux païens, ou l’imposition des mains, elle détecte uniquement les symptômes et se contente d’orienter les malades vers le spécialiste adapté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 août 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Víctor et moi vivions ensemble depuis trois ans, et nous travaillions également tous les deux dans le même cabinet d’architectes. Il possédait un don inné pour plaire à tout le monde, et surtout aux clients. Une qualité que mes patrons avaient tout de suite repérée, et en un rien de temps, il s’était retrouvé assis à leur table pour vendre les projets et tenter de convaincre les clients d’accepter les propositions les plus invraisemblables. Víctor avait développé ce talent il y a bien longtemps, quand son père, représentant pour des produits de beauté, l’emmenait en tournée avec lui pendant les vacances. C’est comme ça qu’il avait acquis ce pouvoir de séduction et de persuasion qu’il a ensuite mis à profit dans tous les aspects de sa vie. Son père voulait qu’il devienne avocat, parce qu’il pensait qu’avec son bagout et son habileté à argumenter, il pourrait sauver de la prison le plus abject des criminels, dîner avec la juge et finir dans son lit. Moi, je n’ai pas ces compétences. J’ai sans doute d’autres qualités, mais faire bonne impression d’entrée de jeu et convaincre les clients ou mes amis n’en fait pas partie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 août 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
... les gens se marient pour de nombreuses raisons. L’amour en fait partie, bien sûr, mais souvent, c’est par pression sociale, pour faire comme leurs amis, par dépit, parce que leur ex s’est marié avant eux, pour faire plaisir à l’autre, parce que les parents leur offrent un appartement, parce qu’un membre de leur famille est sur le point de mourir et veut les voir mariés, pour la super lune de miel que leur offre je ne sais qui, pour obtenir une promotion au boulot, pour donner une certaine image, pour fonder une famille… Ou parce qu’ils croient que ça réglera quelque chose qui ne fonctionne pas, comme une dernière tentative désespérée, ou que c’est l’étape logique qui redonnera du sens à leur couple. Les gens se marient tous les jours pour ces raisons-là. Et ça n’a souvent rien à voir avec l’idée romantique et sucrée qu’on se fait de l’amour. Dans la vraie vie des adultes, c’est comme ça. On l’accepte, et basta.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   17 août 2018
Une catastrophe n'arrive jamais seule de Laura Norton
Le désir est un truc vraiment tordu. Rien de tel que les obstacles, les problèmes et le doute pour le faire exploser comme un feu d’artifice. L’important désormais, à part l’envie irrépressible d’embarquer tous les sex-toys de Chavela sous la douche et d’en vider les piles, c’est que Víctor m’aimait. C’était un réaliste, un pragmatique, une pauvre andouille, un bonimenteur, un frimeur qui se la pète, mais il m’aimait. C’était tout ce qui comptait. Tout n’avait été qu’un malentendu. Il ne me restait plus qu’à remettre un peu d’ordre dans mes idées et à retourner avec lui. Voilà, tout ça, c’était du passé.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vrai ou faux ? (trop facile)

Le coeur d'une crevette est logé dans sa tête.

Vrai
Faux

11 questions
456 lecteurs ont répondu
Thèmes : Devinettes et énigmes , humour belge , méduse , mésolithiqueCréer un quiz sur cet auteur