AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 24 notes)

Nationalité : Colombie
Né(e) à : Bogota , 1950
Biographie :

Laura Restrepo est née à Bogotá en 1950. Elle a écrit son premier conte à neuf ans, et a fait une scolarité erratique, avec une mère qui la mettait au collège avec sa sœur, et un père qui les en sortait. Diplômée en philosophie et en lettres, elle a aussi fait des études de sciences politiques.
Son activisme politique l'a conduite hors des frontières de la Colombie, en Espagne et en Argentine. Socialiste et contre les nationalismes orchestrés à Bogota et à Caracas, elle a joué un rôle important pendant les années 80 dans le processus de négociation avec la guerilla, et par conséquent a été contrainte à l'exil à Mexico. Elle a alors été journaliste à La Jornada et Proceso, et toute cette expérience lui a inspiré le livre "Historia de un entusiasmo" ("Histoire d'un enthousiasme"). Elle n'a pu revenir qu'après la légalisation du Mouvement du 19 avril (M-19).
Elle a écrit deux romans, "La isla de la pasion" et "Leopado al sol", avant de connaître un succès mondial avec "Douce compagnie"
Elle vit aujourd'hui à Mexico avec son partenaire.
+ Voir plus
Source : http://sybilline.canalblog.com/archives/restrepo_laura_/index.html
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La Colombie et l'avenir - Colombie-France : post-conflit, paix et mémoire .
Avec : Francisco de Roux, père jésuite, Président de la commission de la vérité Laura Restrepo, écrivain Libia Posada, artiste David Djaïz, philosophe, auteur de la guerre civile n?aura pas lieu (Les éditions du Cerf) Animée par : Olivier Compagnon, directeur de l?Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine (IHEAL)Intervenants : Olivier Compagnon, Francisco de Roux, David Djaïz, Libia Posada, Laura RestrepoCC-BY-NC-ND 2.0

+ Lire la suite

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Alice_   21 juin 2014
Douce compagnie de Laura Restrepo
Mes collègues m'ont toujours accusée de manquer de professionnalisme à cause de mon incapacité à rester objective et distante face à mes sujets. On m'a envoyée une fois faire un reportage de huit jours sur le conflit entre sandinistes et contras et, pour finir, je suis restée au Nicaragua, engagée jusqu'au cou dans la guérilla, du côté sandiniste. J'ai couvert la tragédie du volcan d'Armero pour le journal télévisé et, avant de m'en rendre compte, j'avais adopté l'un des sinistrés, une vieille femme qui avait tout perdu, y compris la mémoire, et qui depuis vit chez moi, persuadée d'être ma tante. Aujourd'hui je leur donnais une fois de plus raison et ce coup-ci de manière pathétique : on m'avait envoyée à la recherche d'un ange, j'avais réussi à le trouver, et en plus j'étais tombée amoureuse de lui.
Commenter  J’apprécie          80
Annette55   18 août 2020
Délire de Laura Restrepo
«  Aguilar ne peut s’empêcher de ressentir que, par moments, il s’établit entre eux trois un lien générationnel qui tend à l’exclure, ou pour le dire tel qu’il le perçoit , un lien un peu hypnotique et de nature quasi physique lorsque la beauté d’Agustina fait briller les yeux de ses fils et qu’à son tour ,elle regarde avec nostalgie ces corps adolescents et bien bâtis comme qui renonce à un lieu qu’il ne lui sera pas donné de visiter. »
Commenter  J’apprécie          70
Annette55   17 août 2020
Délire de Laura Restrepo
«  D’une seule rafale, cet imbécile de Chupo s’est goinfré les deux cent cinquante mille dollars que valait Persil , parce que la vie c’est comme ça , ma poupée , en une seule nouba, on peut jeter des millions par la fenêtre sans que ça défrise le cheveu de quiconque » ...
Commenter  J’apprécie          70
Annette55   17 août 2020
Délire de Laura Restrepo
«  Voilà l’arbre endormi, dit Portalinus en désignant un myrte qui apparaît au bord du sentier menant à la maison, ni un manguier, ni un fromager, ni un anacardier ou un bignoniacée, aucun de ces arbres somptueux et odoriférants qui sur ces terres tempérées s’épanouissent en massifs exubérants chargés de pluie, de fruits , de parasites ou d’oiseaux , rien qu’un myrte malingre et rabougri mais gigantesque dans le souvenir , un myrte qui l’accompagne depuis la terre de son enfance et qui en conséquence est sien,«  son arbre », l’ombre qu’il a choisie pour se reposer lors de ses promenades matinales » ...
Commenter  J’apprécie          60
PhilippeSAINTMARTIN   08 octobre 2020
Le léopard au soleil de Laura Restrepo
En dehors du fait que les enfants Monsalve étaient olivâtres et les Barragan jaunes, il n’y avait entre eux aucune différence. Ils disaient papa au père et à l’oncle, ils disaient maman à la mère et à la tante, ils disaient grand-père à tous les vieux et les adultes, sans faire de distinction entre les petits-fils, les fils et les neveux, les élevèrent tous en bloc et dans le désordre, par douzaines, en troupe, à la force du poignet, le bon grain comme l’ivraie.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Adaptations avec Ricardo Darín

De quelle nationalité est l'acteur Ricardo Darín ?

cubaine
italienne
hispano-argentine

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : adapté au cinéma , adaptation , cinema , littérature , littérature argentine , argentine , romans policiers et polars , amérique du sudCréer un quiz sur cet auteur