AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.6 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bastia , le 21/02/1976
Biographie :

Laure Limongi est une éditrice et écrivaine française.

Elle a publié : Éros Peccadille (Al Dante, 2002), Je ne sais rien d’un homme quand je sais qu’il s’appelle Jacques (Al Dante, 2004) et La Rumeur des espaces négatifs (avec Thomas Lélu, Éditions Léo Scheer, 2005).

Elle écrit dans différentes revues et collabore régulièrement à La Revue Littéraire. Écriture en ligne et actualités sur le blog ROUGELARSENROSE

Laure Limongi a créé la collection critique « & » aux éditions Al Dante en 2000, avant de créer et diriger la collection « Laureli » aux éditions Léo Scheer en 2006.

A côté d'auteurs reconnus comme Raymond Federman, elle y publie de la littérature contemporaine, comme celle de Céline Minard, Daniel Foucard ou encore Emmanuel Tugny, mais s'illustre surtout par ses efforts pour faire redécouvrir l'œuvre de Hélène Bessette.

En tant qu’interprète musicale, elle a notamment participé au disque du compositeur Pierre Henry, Deux coups de sonnette (coll. « Signatures Radio France », éd. Harmonia Mundi).

Elle fait également partie du groupe Molypop, en tant qu’auteur, compositrice et musicienne.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Laure Limongi   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Conférence de Laure LimongiUn nouveau cycle de conférences et lectures met en lumière des autrices oubliées de l'histoire littéraire, de l'époque classique au XXe siècle.Dans cette séance, Laure Limongi, autrice, éditrice et enseignante en création littéraire à l'École nationale supérieure d'arts de Paris Cergy se penche sur Hélène Bessette (1918-2000), pionnière du roman poétique.La conférence est accompagnée d'une lecture par Anaïs de Courson.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   13 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
Huma arrête de manger, c'est sa seule arme, et elle est exaltante, cette sensation de maîtrise totale de son corps. C'est comme si on commandait à l'univers. Elle devient presque transparente. (...) Elle se dit que plus elle s'effacera, plus elle commandera à la parole d'advenir. Elle aura enfin des explications. Mais rien ne répond aux blessures. (p. 211)
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24   10 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
En réalité, ils ne savent rien l'un de l'autre. La fille est une sorte d'organe en plus pour le père, un avorton de son propre tronc. Un avatar dont il peut se vanter, à l'occasion. Pas un individu. Huma a toujours attendu le jour où elle serait enfin, dans ses yeux. Sans complément, sans adjectif. Juste être. (p. 243)
Commenter  J’apprécie          151
fanfanouche24   11 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
On ne lui a appris ni les mots ni les gestes de la tendresse. Ce sont des langues étrangères. (p. 175)
Commenter  J’apprécie          151
fanfanouche24   13 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
Après la débâcle, Huma se demande quel sera son héritage. Il ne sera ni de terre, ni de pierre, ni de bois, ni d'argent. Elle est à présent une insulaire sans terre, une Corse errante. (p. 239)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   08 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
La grand-mère est le loup. Le conte aurait dû l'avouer, nul besoin d'un détour par la forêt, et les présents ne la comblent ni ne la tempèrent. (p. 162)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   12 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
Elle est bien obligée de se remettre à manger, un beau matin, pour ne pas perdre sa voix, pour que la parole soit un jour possible. (p. 212)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   04 septembre 2019
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
Je me demande ce qui m'effraie à ce point, pourquoi le chemin est si tortueux. Comme si raconter allait guérir quelque chose que je ne voulais pas guérir. Il faut peut-être le reconnaître. On chérit certaines souffrances. (p. 13)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   17 février 2020
On ne peut pas tenir la mer entre ses mains de Laure Limongi
Elle [Huma ] se sent responsable de tout, même de choses qui ne la concernent pas, pense à la moindre conséquence du plus infime de ses actes, se perd en conjectures, a l'empathie à fleur de peau. L'exact inverse de son père, en somme. (p. 249)
Commenter  J’apprécie          90
Myriam3   18 octobre 2015
Anomalie des zones profondes du cerveau de Laure Limongi
Selon la légende, Avalokiteshvara fit le voeu qu'il ne se reposerait pas jusqu'à ce qu'il ait libéré tous les êtres de la souffrance. Mais devant l'ampleur de la tâche et l'intensité des tourments, sa tête explosa. Le bouddha Amitabha ramassa les morceaux et en fit onze nouvelles têtes. En réponse au souhait d'aider toutes les créatures, il lui poussa mille bras...
Commenter  J’apprécie          80
Phinette   26 octobre 2015
Anomalie des zones profondes du cerveau de Laure Limongi
Ceux qui disent : « Moi aussi j’ai mal à la tête des fois, je suis obligé de prendre du Codoliprane », « Attends, c’est un très bon champagne bio, ça ne peut pas te faire de mal ! », « T’es chiante avec tes maux de tête, quand même », « Encore ! mais c’est vachement souvent dis-donc ! », « On ne voit pas du tout que tu es malade », « Toi ? tu as eu une migraine hier ? Mais ça ne se voit pas ! », « Tu as l’air en super forme, pourtant… », « Et si c’était une tumeur ? », « Tu as fait des tests, quand même, pour vérifier si… tu vois quoi… il n’y aurait pas une grosseur… », « Comment ça ? Mais tu m’avais promis de venir ! », « Tu ne peux pas refuser, c’est la vieille prune que fait ma tante », « Tu ne bois pas de vin, OK, mais au moins un digestif ! », « Dans ces circonstances, je comprends, mais j’aimerais quand même beaucoup que tu viennes, c’est important pour moi. Si tu préfères rester chez toi avec ton mal de tête… », « Tu ne bois pas ?... Mais alors HIIIIIIIIIIIIIII !! », « Tu pourrais faire un effort, quand même », « Tu ne peux pas marcher plus vite ? », « Comment ça tu es fatiguée ? », « Attends, je regarde sur Google si on peut se défoncer avec ton Imiject. Même pas. C’est pas cool », « Mais c’est pas un peu handicapant ces migraines ? », « T’en as pas un peu marre de ces migraines ? », « J’ai un super ostéo, je te file son numéro ? », « Mais pourquoi tu n’essaies pas l’acupuncture ? », « Mais pourquoi tu n’essaies pas l’homéopathie ? », « Mais pourquoi tu n’essaies pas la méditation transcendantale ? », « J’ai entendu parler d’un étiopathe… », « Tu devrais épouser un neurologue », « Et les macarons au camphre, vous avez tenté ? », « T’es allée voir un psy ? », « Tu vois, t’as toujours été contre la psychanalyse, eh ben voilà », « J’ai un pote qui connaît un mec, on ne sait pas trop ce qu’il fait, mais ça aurait marché sur la cousine d’une amie qui s’était cassé la jambe », « La première fois que ça t’est arrivé, tu ne te serais pas disputée avec ton frère ?... Parce que la migraine… la mi-graine, quoi… la moitié de la graine… Ou alors un avortement ? », « T’es sûre que ça fait aussi mal que ça ? », « Ca ne serait pas un peu psychologique ton truc ? », « Et l’hypnose ? », « Tu devrais t’interroger sur la cause. Non mais vraiment. », « Et un rebouteux ? », « T’aurais pas vécu des trucs traumatisants ? », « C’est drôle, mais je t’aurais crue plus déprimée… »…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura