AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.89 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1976
Biographie :

Laure Marchand est journaliste et auteure.

Elle a été pendant dix ans correspondante du "Figaro" et du "Nouvel Observateur" en Turquie.

Avec Guillaume Perrier, elle a enquêté sur la mémoire du génocide arménien en Turquie pour deux livres : "La Turquie et le Fantôme arménien" (Actes Sud, 2013, prix de l'Express) et "Le Fantôme arménien" (Futuropolis, 2015).

Avec Sylvain Louvet, Laure Marchand est l'auteure de "Trois femmes à abattre" pour Spécial Investigation de Canal + (avril 2016).

Twitter : https://twitter.com/laure_marchand?lang=fr

Source : www.actes-sud.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Laure Marchand   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo réalisée lors de la rencontre avec Thomas Azuelos autour de la bande dessinée : " le fantôme arménien " éditée par Futuropolis (Avril 2015) et écrite avec Laure Marchand et Guillaume Perrier / Images, montage etc. : Manon Gary

Podcasts (1)


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation

Tu celui, 24 avril 2013. Miran organise la première commémoration publique du Genocide. Par son courage Miran a décomplexé de nombreux arméniens cachés. Cependant, son agitation publique ne fait pas l'unanimité dans une communauté pour qui le silence a toujours été la meilleure protection.

Commenter  J’apprécie          42

Pour un Arménien comme Varoujan, qui connaît les récits attachés à chaque lieu, la Turquie est un Auschwitz à ciel ouvert. (p.80)

Commenter  J’apprécie          30

Les gendarmes et les soldats ottomans avaient séparé les villages en plusieurs convois, pour éviter que les caravanes soient trop importantes et puissent résister. Il ne devait pas y avoir de prise de conscience des condamnés. Les victimes devaient passer de l’hébétude à la résignation, sans pouvoir se battre

Commenter  J’apprécie          20

Nous redécouvrons notre histoire. Pour vous raconter la mienne, il faut aller dans la ville de Lice, à quatre-vingt-dix kilomètres de Diyarbakir. Je suis né là en 1961. Dans une famille kurde musulmane. J’étais kurde et musulman comme mes quatre frères. Mais à l’école, je me faisais parfois insulter : Infidèle ! Chien d’Arménien ! J’étais enfant, ça ne me touchait pas vraiment. Jusqu’au jour où des anciens nous ont parlé, à mes frères et à moi. Ils nous ont raconté que notre père n’était pas kurde. J’avais vingt-quatre ans. Mon père ne nous avait jamais rien dit. J’étais bouleversé. Quatre ou cinq familles se sont ainsi découvert des parents arméniens. On se croisait au café, sur le marché, et on se disait : Il aurait mieux valu ne rien savoir !

Commenter  J’apprécie          10

Il est essentiel que les nations reconnaissent les fautes qu’elles ont commises, non pour se repentir, on ne se repent que de ce que l’on est personnellement responsable mais parce que cela éclaire le passé et aide à ce que cela ne se renouvelle pas.

Commenter  J’apprécie          20

Je sais tant de choses. Les cartes, les livres… Au Centre Aram, tant de documents passent entre mes mains. Et pourtant, je ne sais rien sur la réalité. Ce voyage est un grand saut dans le réel

Commenter  J’apprécie          20

Et puis comment mettre le pied en Turquie... Sans a priori ? Les Turcs ont tué un million et demi d'Arméniens. Ce sont nos bourreaux. Non seulement ils ne reconnaissent toujours pas le génocide, mais ils le nient. De façon obsessionnelle, agressive. Alors, comme disait Henri Verneuil... j'aurais trop peur, en foulant ma terre, d'entendre craquer les os.

(p 12)

Commenter  J’apprécie          10

Nous ne devons pas restés figés sur la mémoire. Les vivants sont plus importants que des pierres ou des livres (p.99)

Commenter  J’apprécie          20

Mes grands-parents ont vécu les massacres, ils ont perdu leur famille et leur terre et ont été déportés. Malgré eux, ils ont transmis la peur à leurs enfants. La peur de la barbarie, du bourreau, du Turc avec lequel on ne pourra plus parler. Dans la diaspora, deux générations après, c’est devenu une peur collective

Commenter  J’apprécie          10

Comme disait Henri Verneuil... j'aurais trop peur, en foulant ma terre, d'entendre craquer les os. (p.14)

Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

De quel auteur disent-ils ainsi du mal ? (n°2)

En guise d'échauffement ... "Ce Julien Clerc de la philosophie qui se demande, avant de passer chez Pivot, s'il va dégrafer le premier ou le deuxième bouton de sa chemise." (Guy Bedos)

André Glucksmann
Pascal Bruckner
Bernard-Henri Lévy
Alain Finkielkraut

10 questions
121 lecteurs ont répondu
Thèmes : écrivain , critiquesCréer un quiz sur cet auteur