AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.38 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 22/06/1968
Biographie :

Laurence Plazenet est Agrégée de lettres classiques, docteur ès lettres. Maître de conférences à l'université de Paris IV - Sorbonne et détachée au Centre d'étude de la langue et de littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CNRS).

Spécialiste du roman baroque, elle est auteur de nombreux articles, de L'Ebahissement et la Délectation (Champion, 1997) et d'études critiques ( Histoire négrepontique de Jean Baudouin, Champion, 1998 et Maximes de La Rochefoucauld , Champion, 2000).

"La blessure et la soif" est son deuxième roman.

Source : www.priceminister.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Podcasts (1)


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
nadejda   21 février 2012
L'amour seul de Laurence Plazenet
Quand elle s'installait dans son cabinet, Mademoiselle d'Albrecht commençait par poser dans une coupelle ses bagues, ses pendants d'oreilles, les bracelets qu'elle portait. Il fallait qu'elle sentit ses mains nues. Alors elle s'abandonnait au mouvement de la plume qui passe sur la page, à la jubilation de former lentement chaque lettre. Ses doigts étaient autour du tuyau de l'instrument qu'ils guidaient, son poignet réglait la cadence du tracé. Les caractères sortaient des limbes, dessinaient des mots, de la pensée. Cette pensée avait le grain du papier des livres, l'odeur des manuscrits qu'elle déroulait et de l'encre dont ils étaient imprégnés. Elle était vivante. Mademoiselle d'Albrecht pensait que les livres vivaient. p 104
Commenter  J’apprécie          230
nadejda   26 juillet 2011
Disproportion de l'homme de Laurence Plazenet
Nous n'avions jamais été seuls et silencieux, debout, le souffle entravé. Il ne fallait que du silence et du vide autour de nous. Nous nous sommes manqués pour du silence et du vide qu'à vingt ans nous n'avons pas su nous donner.
Commenter  J’apprécie          50
nadejda   27 juillet 2011
Disproportion de l'homme de Laurence Plazenet
Simon : J'ai connu la grâce et la résolution de soi. Je suis dans les ténèbres ; j'ai été dépouillé. On m'a dérobé mon sourcillement d'extase. Mais on ne retire pas la grâce et la résolution. Elles reviendront me prendre. Je serai bercé. Je regagnerai la certitude échappée.

La nuit où je suis n'est qu'un passage, pense-t-il. Il n'y a que des passages. Il suffit d'oublier l'obscurité dans laquelle on m'a enfoncé, de croire aux résiliences, aux rameaux d'or, aux jardins. Nous aurons des néfliers, des cabanes où nous cacher du temps, des fleuves et l'éternité.
Commenter  J’apprécie          40
JMLire17   02 juillet 2017
La blessure et la soif de Laurence Plazenet
On lit avec ses sens, autant qu'avec son intelligence. La lecture est un récital, un chant, une prière pure.

Commenter  J’apprécie          50
nadejda   26 juillet 2011
Disproportion de l'homme de Laurence Plazenet
Il a su la ferveur et la stupéfaction, parce qu'il avait eu du désir, déjà, mais qu'il ignorait cette épellation lente, éblouie, d'un être qui n'est pas soi, épellation qui ne cessera pas, qui est le cri et la miséricorde et la trouvaille, dans la joie dévastée de se connaître et le concert des lamentations que cette joie élève à l'instant même de son triomphe : parce qu'elle n'est plus que soif et déchirement, entée sur l'absence, le silence. p 47
Commenter  J’apprécie          30
nadejda   26 juillet 2011
Disproportion de l'homme de Laurence Plazenet
Simon a épousé le passé qui ne mourait pas. Il y débouche. Il est le Seigneur des choses. Avec le visage invisible qu'il tient contre ses lèvres, il arpente les terres qu'il faut avoir consenti à la cécité pour voir. Il vibre de grâce. Il lui tarde de sortir du souterrain, de courir, de reprendre à lui celle qui lui appartient. p 44
Commenter  J’apprécie          30
zhivago   28 août 2011
Disproportion de l'homme de Laurence Plazenet
tes vérités ne sont pas des fragments, mais des vagues qui te balaient et qui se retirent. tu ne leur résiste pas et tu ne te défais pas, lorsque ce reflux te dépouille. tu pleures. tu maudit que les choses sont instables. Mais in s'agit de mourrir.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur