AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 10 notes)

Biographie :

Né à Quimper en 1967, l’écrivain homosexuel Laurent Herrou est, à l’instar de Erik Rémès, l’un des auteurs révélés par la collection dirigée par Guillaume Dustan, Le Rayon.

Après avoir donc débuté par un premier roman intitulé Laura (2000), il a poursuivi sa carrière paraissant chez H&O en 2003 (Femme qui marche) et chez Publie.net en 2007 (Je suis un écrivain)

http://www.froggydelight.com/article-7193-Laurent_Herrou.html

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Pchabannes   20 février 2011
Cocktail de Laurent Herrou
“On n’est jamais prêt à la publication d’un premier livre. Que l’on vienne de province pou que l’on soit né à Paris. On ne sait pas ce que ça fait. Sur soi. Sur son entourage. Sur les gens qu’on admire et qui vous tourne brusquement le dos. Sur la perception de l’avenir, une fois le livre paru.”
Commenter  J’apprécie          50
Pchabannes   20 février 2011
Cocktail de Laurent Herrou
“L’alcool qui aide. À passer du vous au tu. À passer les caps. À dépasser les bornes.

Je ne réponds pas. Je tourne le dos. Je prends mon portable.

Je fais comme tout le monde.

Je ne m’embarrasse pas.

Je m’adapte.”

Commenter  J’apprécie          50
brigetoun   29 novembre 2009
l'emploi du temps de Laurent Herrou
on avait trop bu, moi en tout cas, le gars avait un profil inoubliable, des lèvres pleines et un visage dur sous la capuche , derrière des lunettes transparentes qui ne dissimulaient rien de son regard noir, au moment de quitter la rame on s’était salué d ‘un coup de tête comme cela arrivait parfois, comme si on était d’accord sur une chose qui n’était pas dite mais que l’un et l’autre acceptaient comme telle, il avait poursuivi vers le centre du bronx tandis que l’on changeait à la cent vingt cinquième rue, tu avais demandé à quoi je pensais et j’avais répondu que j’avais une note prête pour l’emploi du temps, je n’avais pas besoin d’autre preuve que j’étais ici chez moi.

Le visage
Commenter  J’apprécie          30
Sharon   19 avril 2012
Laura de Laurent Herrou
Je parlais peu, mais je vivais, moi.
Commenter  J’apprécie          40
brigetoun   15 novembre 2011
Je suis un écrivain de Laurent Herrou
La jeune femme qui s’occupe de la résidence avait tellement de choses à raconter, je voyais que ça allait être riche. Je me disais : je suis avec elle, aussi au café, ils savent déjà. Que je suis le prochain. Je les regardais, je leur souriais : ils ne me rendaient pas mon sourire. Ils tournaient la tête.



Très vite j’ai compris qu’ils s’en foutaient.



Que la maison c’était une maison comme les autres. Que les artistes, c’était des gens comme les autres. Voire moins bien que les autres. Parce qu’il y avait de l’argent à la clé. Que tout le monde le savait. Qu’ils se disaient : pourquoi je me casse le cul à servir un café à ce mec qui touche de l’argent sans rien faire ?
Commenter  J’apprécie          10
brigetoun   22 octobre 2010
Je suis un écrivain de Laurent Herrou
Parce que leurs mots, c’est comme des coups de carabine, sauf que tu ne meures pas. Tu les reçois en pleine gueule, tu as beau en extraire les plombs, les cicatrices sont indélébiles. Les mots des écrivains, il faut s’en méfier. Ils le savent tous, au village. Ils se méfient des mots depuis l’école. Ils savent que si tu fais une faute, tu te prends un coup de règle. Ils savent que s’ils n’apprennent pas leur leçon, ils reçoivent un coup de règle. Un bonnet d’âne. On les met au piquet. Ils deviennent à leur tour la risée du village. Au village, on n’aime pas les mots. On n’aime pas les lettres que l’on ne comprend pas. On n’aime pas les notables, les avocats, les notaires, on n’aime pas les gens qui se la pètent à coup de grammaire française. On n’aime pas les écrivains, mais eux, on n’a pas besoin de les aimer. Les avocats, ils peuvent toujours servir. Les écrivains, ils ne servent à rien.

Commenter  J’apprécie          00
brigetoun   22 octobre 2010
Je suis un écrivain de Laurent Herrou
J’y ai laissé mes peurs. Mes peurs paniques, mes peurs irrationnelles, je les ai déposées dans la maison le jour de mon arrivée et je les ai regardé grandir. Se développer. Devenir autre chose, être là et ne pas l’être en même temps. C’est horrible la peur, c’est comme un regard sur toi en permanence : il vient de toi mais c’est comme s’il y avait quelqu’un à ta gauche ou à ta droite qui te regarde intensément. Tu ressens des frissons sur la nuque, ça monte d’un coup. Comme quand les enfants te sautent dessus par surprise, pour te faire peur justement, le hou! classique. Toi tu as l’impression que ça va être un truc de cet ordre-là, mais en beaucoup plus violent. Parce que tu n’es plus un enfant.

Tu es un adulte, tu ne crois plus aux monstres.
Commenter  J’apprécie          00
brigetoun   22 octobre 2010
Je suis un écrivain de Laurent Herrou
En rentrant à la maison, Jean-Pierre a chargé les images sur son ordinateur. J’étais dans une autre pièce, il s’est exclamé. C’est terrifiant. Sur les deux première photos, mes traits se fondaient les uns dans les autres, ils déformaient mon visage. Tantôt les yeux trop rapprochés, tantôt la moitié du visage flouté, comme un masque de cauchemar. Mais c’était la troisième photo qui était la plus impressionnante : je posais devant les tombes, les bras le long du corps. J’avais secoué le visage, bajoues molles, la cellule n’avait gardé que la déformation du visage comme si je recevais une claque phénoménale. Il n’y avait pourtant aucun mouvement, la mort était sur la photo, omniprésente. Et moi, là, immobile, je morflais.
Commenter  J’apprécie          00
brigetoun   22 octobre 2010
Je suis un écrivain de Laurent Herrou
Parfois c’est l’inverse. Le lecteur pense toujours que l’écrivain a conscience des réactions qu’il provoque chez lui, les critiques parlent de maîtrise de l’écriture, ils disent que l’écrivain a travaillé dans tel sens pour que le lecteur ressente ceci ou cela. Je ne crois pas que ce soit vrai. Je crois que les écrivains se surprennent au cours de leur travail. Qu’ils ne décident pas de leurs émotions. Je crois qu’ils ne décident pas davantage de l’émotion qu’ils vont provoquer chez le lecteur : parfois ils ont des intentions eux aussi, mais ça rate. La réception n’est pas du tout à la mesure de l’attente.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
512 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur cet auteur