AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1960
Biographie :

Né en 1960, issu du milieu ouvrier de l’Est de la France, Laurent Jullier est professeur à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, où il dirige le Master de Didactique(s) de l’image en compagnie d'Alain Bergala. Il a exercé différents métiers avant d’intégrer l’Université et de soutenir une thèse à la Sorbonne en 1994. Cinéphile depuis son plus jeune âge, mais pas dans le sens où l’Institution cinéphilique française entend ce mot, il a conservé son goût pour les films populaires, qu’il prend volontiers comme objets d’étude. Il a écrit pour la revue Esprit et pour l’Encyclopædia Universalis, et publié une douzaine de livres, dont certains ont été traduits (espagnol, portugais, italien, allemand, chinois, coréen). Leur sujet est le cinéma ou les images en général. Hollywood et la difficulté d'aimer, paru chez Stock en 2004, a obtenu le Prix du meilleur essai, décerné par le Syndicat Français de la Critique de Cinéma.
+ Voir plus
Source : http://www.editionsamandier.fr/
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (8) Ajouter une citation
okka   18 octobre 2017
Les pin-up au cinéma de Laurent Jullier
p.94-5.

Certains de ses rôles, pourtant, donnent matière à réfléchir à la guerre de sexes. Ne joue-t-elle pas dans Les 4 Fantastiques, la Femme Invisible qui a la fâcheuse habitude de redevenir visible surtout quand elle est nue ? « Une métaphore superbe du rôle que tiennent les femmes au sein d'une famille. Elles se préoccupent tellement des autres qu'elles finissent par ne plus exister, par disparaître.
Commenter  J’apprécie          63
ileana   10 février 2019
Qu'est-ce qu'un bon film ? de Laurent Jullier
[Au sujet du jugement de goût de Kant, les quatre idées exposées dans la Critique de la faculté de juger, appliquées à la critique de cinéma ; il est question de sens commun : ]

1 La faculté esthétique de juger est universelle ; elle ‘mériterait le nom de sens commun à tous’. Si le critique kantien trouve le film génial, nous aussi (par essence commune).

2 Cette faculté est intuitive ; elle ne s’apprend pas à l’école [ ]. Le critique kantien peut se dispenser de d’expliquer en quoi le film est génial

3 Cette faculté [ ] n’a rien à faire avec le corps [c’est-à-dire avec le plaisir des sens ou l’émotion]. Le critique kantien pourra sortir de la projection les yeux rougis d’avoir pleuré et déclarer qu’il vient de voir le navet de l’année.

4 Juger une œuvre belle doit être un acte désintéresse. Le critique kantien [ ] n’espère aucun oh ! admiratif lorsqu’il cite au cours d’un dîner l’imprononçable titre d’un court-métrage coréen muet en guise de réponse à la question du film de chevet. [ ] p54
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bazart   01 novembre 2012
L'analyse de films : De l'émotion à l'interprétation de Laurent Jullier
De nos jours encore, sur les écrans, et même si les proportions s'équilibrent lentement, notamment grâce aux séries télé américaines, les coups d'oeil masculins sur des corps féminins appétissants sont bien plus nombreux que les coups d'oeil sur des corps masculins toutes attirances égales par ailleurs.
Commenter  J’apprécie          30
Bazart   01 novembre 2012
L'analyse de films : De l'émotion à l'interprétation de Laurent Jullier
L'importance accordée à ce que les films racontent n'a rien d'étonnant.
Commenter  J’apprécie          40
okka   18 octobre 2017
Les pin-up au cinéma de Laurent Jullier
p.78.

Dans En cas de malheur, Gabin succombait évidemment à ses charmes, mais son jeune amant finissait par la tuer à cause de sa propension à « aimer trop » (c'est-à-dire à aimer d'autres hommes que lui). De même dans La Vérité, le poids d'une société masculine argentée, représentée à la fois par Sami Frey (le jeune amant, encore) et Paul Meurisse (le bien-nommé avocat général Maître Éparvier) la poussait au suicide. De pareilles velléités, même circonscrites au terrain du cinéma, « empiétaient sur le terrain jusque-là interdit aux femmes, de l'autonomie sexuelle et morale », créant « le scandale des scandales : la rébellion contre les impératifs du patriarcat ».
Commenter  J’apprécie          10
okka   18 octobre 2017
Les pin-up au cinéma de Laurent Jullier
p.6.

A priori, tout est simple : une jolie fille pose pour des messieurs, qui accrochent son image au mur. Trompeuse simplicité. Faut-il absolument que la fille soit « jolie » ?, narcissique ?, exhibitionniste ? La disponibilité sexuelle à laquelle renvoie le sens XVIIIe siècle du mot « fille » est-elle forcément de mise ? Le mâle hétérosexuel est-il toujours supposé réagir en chien de Pavlov voyeur ? Ne peut-on faire la pin-up, pour son propre plaisir ? Entre filles ?... etc. Le cinéma, depuis plus d'un siècle, soulève des questions de ce genre, ne serait-ce qu'en donnant vie, par le mouvement, à la créature figée sur papier accrochée au mur.
Commenter  J’apprécie          10
okka   18 octobre 2017
Les pin-up au cinéma de Laurent Jullier
Réputées pour leur poitrine démesurée, les héroïnes de Russ Meyer, elles, étaient politiquement moins faciles à appréhender. On pouvait aisément les prendre pour des femmes-objets :

- Qui se soucie du développement des personnages quand ils ont des seins qui se voient sur des photos de satellite ?

Mais à mesure que les années qui passaient montraient que leurs films se prêtaient à une lecture postféministe, les Meyers Girls refusèrent de plus en plus ouvertement de se cantonner au rôle d'objets-phénomènes :

- Vous pouvez à la fois être féminine et en avoir dans le pantalon, résuma Tura Satana
Commenter  J’apprécie          10
okka   18 octobre 2017
Les pin-up au cinéma de Laurent Jullier
p.32.

À l'époque, le personnage joué par Jean Harlow apparaissait clairement comme la bad girl qui choisit un homme, le manipule et s'en sépare une fois qu'il ne veut plus jouer. De nos jours, on remarque surtout que la good girl en face sacrifie son intelligence et son indépendance à son amoureux, lui offrant sur un plateau aussi bien les idées (pour la pièce de théâtre qu'il n'arrive pas à écrire), que les repas qu'elle lui prépare sans discuter.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox