AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 65 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1970
Biographie :

Après un passage dans une école technique, Laurent Rivelaygue intègre à Paris l'École Estienne.

Ses études terminées, il rejoint une agence parisienne de design pour y travailler comme directeur artistique, puis comme directeur de création.

Il la quitte quinze ans plus tard et devient graphiste indépendant.

Parallèlement, il publie des dessins de presse sous un nom d'emprunt dans le mensuel CQFD et signe en 2007 un premier roman, "Poisson-chien" (éditions La Volte), qui est une succession d'histoires courtes faisant intervenir jeux typographiques et dessins.

Il est aussi plasticien et crée des toiles proches du pop-art par des procédés de surimpression, de transfert et un mélange d'autres techniques plus conventionnelles.

"Les Grands Soldats" (2010) est sa première bande dessinée. Il écrit et illustre pour l’édition jeunesse.

son site : http://www.laurentrivelaygue.com/

+ Voir plus
Source : bd.gallimard.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent Rivelaygue   (14)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
KATE92   20 avril 2013
Kevin et les extraterrestres, tome 1 : Restons calmes ! de Laurent Rivelaygue
Accroché dans un arbre, il y avait une sorte de vieil autobus tout cabossé. La porte s'est ouverte et un énorme bonhomme jaune est descendu. Rufus était toujours derrière son arbre, et je me sentais un peu seul. Le grand monsieur tout jaune s'est approché en se présentant :

- Salut, je m'appelle Cassius !

Je tremblotais, mais je me suis dit que c'était normal, parce que je n'étais encore qu'un tout petit Justicier Fantôme.

Après m'avoir broyé la main, Cassius a commencé à regarder autour de lui. Ses deux compagnons avaient disparu.

Il a mis ses mains en porte-voix et a hurlé :

- NAPO, ALBERT OÙ ÊTES-VOUS ?
Commenter  J’apprécie          190
orbe   12 avril 2013
Kevin et les extraterrestres, tome 1 : Restons calmes ! de Laurent Rivelaygue
"Quand on demande à Kevin lequel des quatre mots au tableau est un verbe, il répond le chiffre 16."

Voilà comment j'ai compris que le cours de mathématiques était terminé, et qu'on était passés au français. Bonne nouvelle : ça voulait dire que l'heure de la récréation approchait. Mauvaise nouvelle : papa allait encore devoir signer mon cahier.
Commenter  J’apprécie          110
orbe   02 juin 2014
Kevin et les extraterrestres, Tome 2 : Et voilà le travail ! de Laurent Rivelaygue
ce n'est pas un gros chien, c'est un zèbre ! Et le problème, justement, c'est qu'un zèbre, ça a des rayures ; du coup, ce n'est pas possible de le confondre avec un autre animal. Il faut donc être très discret si on ne veut pas se faure repérer...
Commenter  J’apprécie          110
KATE92   20 avril 2013
Kevin et les extraterrestres, tome 1 : Restons calmes ! de Laurent Rivelaygue
LA RENCONTRE



Je m'appelle Kevin et j'ai dix ans. J'ai un papa, qui travaille à la banque, une maman, qui travaille à l'école, et un chien, Rufus, qui ne fait rien.

Moi, plus tard, je voudrais être le Justicier Fantôme. J'ai aussi trois amis qui viennent de l'espace. Le rouge, c'est Napo. Il est petit, se met souvent en colère, et veut toujours être le chef. Le Pieu, c'est Albert. Il réfléchit beaucoup. Et le grand tout jaune, c'est Cassius, le costaud.
Commenter  J’apprécie          71
KATE92   20 avril 2013
Kevin et les extraterrestres, tome 1 : Restons calmes ! de Laurent Rivelaygue
Tout a commencé la semaine dernière. Rufus et moi, nous étions en mission dans la forêt, à la recherche d'une ou deux injustices à réparer. Comme, quand je serai grand, je serai le Justicier Fantôme, je préfère m'entraîner tout de suite à combattre le mal pour ne pas être surpris plus tard.

WHHIIIIIIIZZZZ !

Une longue flamme a traversé le ciel... Puis il y a eu un éclair... Et un grand BOUM !

Rufus, ce lâche, est parti se réfugier derrière un arbre. Moi, j'avais envie de pleurer et d'appeler ma maman, mais je me suis retenu : le Justicier Fantôme ne pleure pas et n'appelle jamais sa maman. Alors j'ai jeté un oeil... Et je me suis approché à pas de loup. Les pas de loup, c'est très facile - surtout pour le Justicier Fantôme, qui caresse à peine le sol quand il marche - on se met sur la pointe des pieds et on avance lentement, sans faire de bruit, pour mieux surprendre l'ennemi. C'est très facile, sauf quand cet imbécile de Rufus se met à aboyer.

Je suis enfin arrivé près de la clairière. C'était un beau bazar, un arbre était tombé, et le sol était jonché de feuilles et de branches cassées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nadael   03 juin 2014
Kevin et les extraterrestres, Tome 2 : Et voilà le travail ! de Laurent Rivelaygue
« Comme tous les lundis, maman est montée dans ma chambre pour essayer de me réveiller. Ça ressemble un peu à une misson impossible, alors je me dis qu'un jour, elle abandonnera en se disant : « Tant pis, c'est trop difficile, Kévin manquera l'école aujourd'hui ». Mais rien n'y fait, elle est là, fidèle au poste ; elle rentre dans la chambre, à la même heure, elle dit, avec un grand sourire : - Debout mon chéri! »
Commenter  J’apprécie          50
Nadael   07 mai 2013
Kevin et les extraterrestres, tome 1 : Restons calmes ! de Laurent Rivelaygue
 J'ai aidé le géant jaune à les démêler, ça n'a pas été facile. On tirait chacun de notre côté, et tout à coup, il y eu un bruit comme quand papa débouche une bouteille de vin, puis hop ! Ils étaient deux devant nous.

Ils se sont présentés : Napo le rouge, et Albert le bleu.

J'ai dit :

Je suis Kévin, mais c'est mieux de m'appeler le justicier fantôme, vous verrez dans quelques années, tout le monde m'appellera comme ça.

Ils m'ont raconté qu'ils venaient d'une planète très lointaine, qu'ils avaient eu un accident avec leur soucoupe volante. Et là, je leur ai répondu qu'il ne fallait pas me prendre pour un imbécile, parce qu'une soucoupe volante, je savais bien à quoi ça ressemblait ! Une soucoupe, c'était rond, jaune avec un hublot et des lumières qui clignotent, alors que leur machin, c'était un autobus comme celui que je prends parfois avec maman pour aller acheter des baskets avant la rentrée des classes, sûrement pas un vaisseau de l'espace. 
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   21 mars 2017
Poisson-chien de Laurent Rivelaygue
JE RAME.

HUIT MILLE TROIS CENT TRENTE JOURS, CINQ HEURES, TRENTE-HUIT MINUTES QUE JE RAME. TRENTE-NEUF MINUTES.

Le tour du monde à la force du poignet. Galérien de la houle quarante minutes j’ai traversé les océans, essuyé les pires tempêtes, échappé à un cachalot sodomite, tutoyé une plate-forme pétrolière saoudienne dont l’équipe partageait également son temps à forer dans la mer de Chine et à chignoler dans les bordels thaïs… J’ai même sympathisé avec un vieux congre qui avait sillonné toutes les mers du globe et baragouinait une soupe de langues aussi disparates que peu mélodieuses, une tour de babel effilée comme un sabre, découpant les eaux tièdes d’un mouvement de queue métronomique qui n’était pas sans m’évoquer… Non, rien.

Quarante et une minutes. Il faut que j’accélère. Les requins s’approchent.

J’ai les bras tétanisés. Mes muscles ont triplé de volume en moins de quatre ans quarante-deux minutes à chaque coup de rame, mes biceps, en se contractant, exercent une telle pression sur mes maxillaires que mes dents se déchaussent. J’en recrache deux ou trois toutes les minutes. Heureusement, elles repoussent en quelques secondes. Mais mon canot se dégonfle, lentement, mais sûrement. De temps en temps, je me penche en avant – en surveillant mes arrières à cause du cachalot – pour souffler dans la valve. J’ai maintenant de l’eau jusqu’à la taille quarante-trois minutes un des requins, parmi les plus hardis, saute sur l’embarcation dans l’espoir de m’embrasser sur la bouche. Je le décapite, d’un coup de rame précis et note, à son haleine caoutchouc, qu’il vient d’avaler un homme-grenouille. Mais le squale est tenace, il ne lâche jamais sa proie. Et sa proie, c’est moi. Il s’approche, sa tête a repoussé, hydre immonde et affamée, il est énorme – au moins trois cents livres -, un mètre cinquante au garrot, l’œil interlope qui menace, les bas qui filent dans les charentaises, la blouse en nylon marron à motifs.

ATHANAAAAASE. TU SORS DE LA BAIGNOIRE AVANT DE TE TRANSFORMER EN TÊTARD, TU VIDES TON BAIN, ET TU VAS TAILLER LA HAIE. DÉPÊCHE !

JE VOUS PRÉSENTE LUCY, MA FEMME. TERRE A TERRE, CASTRATRICE ET AVALEUSE DE RÊVES.

NOUS SOMMES MARIÉS DEPUIS HUIT MILLE TROIS CENT TRENTE JOURS, CINQ HEURES, QUARANTE-QUATRE MINUTES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
letilleul   04 janvier 2016
Les Quiquoi et la sorcière qui tombait du ciel de Laurent Rivelaygue
- et venez voir ! Y a Olive qui dessine un foret !

- on pourrait y faire une balade, c'est excellent pour la santé.

- moi les balades, j'aime pas ça !

- c'est pas dangereux.

Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   29 avril 2020
Albert et l'argent du beurre de Laurent Rivelaygue
Bruce gara la Forsche dans la cour de la maison ajourée. La bâtisse surplombait un parc de belle profondeur, un village provençal tirant sur le jaune et offrait, plus loin, une vue sur la mer qui valait bien les 4,5 points attribués par Trip Advisor. Bruce et Manon sortirent de l’habitacle. Albert, qui possédait tous les attributs d’un fidèle serviteur, s’approcha par petits bonds ancillaires ; Manon se méfiait un peu de lui car il avait tendance à la poursuivre de ses acidités en s’humectant les lèvres.

– Qu’avez-vous préparé pour le dîner, Albert ? se pourlécha Bruce.

– Des sardines, rétorqua le serviteur.

– J’espère que nous aurons assez de pain, pétrit Sophie, qui aimait bien changer de prénom sans raison au beau milieu d’une page.

Le repas fut succulent, dans un esprit très portugais. Ils se racontèrent leurs vacances à La Baule, sur la plage dorée d’un été pétulant, quoique sans s’étendre parce qu’après tout ils y étaient ensemble.

Soudain, la nuit tombit et ils se couchirent dans une embarrassante conjugaison.

Bruce enfila une gabardine et fit voluptueusement l’amour à Sophie. Manon n’était pas en reste, se transformant nuitamment en déesse de la passion affublée de plusieurs bras. Ses cris de plaisir traversèrent la porte, et ce n’était qu’un début.

Ce n’était qu’un début mais l’auteur, qui venait de se lancer pour la première fois à l’assaut d’une œuvre d’envergure, éprouvait un sentiment mêlé de satisfaction gaie (il avait réussi à créer cette tension minuscule qui allait plonger le lecteur dans un tourbillon littéraire) et d’inquiétude relative (pourquoi Manon avait-elle subitement décidé de changer de patronyme ? Il allait falloir s’expliquer sans détour).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Laurent Rivelaygue (74)Voir plus


Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4106 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur cet auteur