AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 18 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Gênes , le 18 février 1404
Mort(e) à : Rome , le 20 avril 1472
Biographie :

Leon Battista Alberti (né le 18 février 1404 à Gênes – mort le 20 avril 1472 à Rome) est un écrivain, un philosophe, un peintre, un architecte, un théoricien de la peinture et de la sculpture, un humaniste italien de la Renaissance. Sa vie est décrite, avec de nombreuses erreurs, dans la Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMalo   04 novembre 2012
De Pictura de Leon Battista Alberti
Donc le mélange avec le blanc ne change pas le genre des couleurs mais crée des espèces particulières. La couleur noire possède une vertu en tous points égale, car d’un ajout de noir naissent de nombreuses espèces de couleurs, ce que prouve à l’envi l’ombre qui altère la couleur, puisque l’éclat et la blancheur s’évanouissent avec l’ombre grandissante, mais que, au fur et à mesure que la lumière revient, ils retrouvent leur vivacité et leur brillance. On peut donc assurer au peintre que le blanc et le noir ne sont pas des couleurs mais, si l’on peut dire, des altérateurs de couleurs, attendu que le peintre ne trouve rien d’autre que le blanc pour rendre la pureté éclatante de la lumière, et rien d’autre que le noir pour exprimer les plus profondes ténèbres. En outre tu ne trouveras nulle part de blanc ou de noir qui ne soit subordonné à telle ou telle catégorie de couleur.
Commenter  J’apprécie          180
ElGatoMalo   01 février 2014
De Pictura de Leon Battista Alberti
Il s'agit d'enseigner au peintre la manière dont il peut imiter par la main ce qu'il aura conçu par l'esprit.
Commenter  J’apprécie          200
ElGatoMalo   02 février 2014
De Pictura de Leon Battista Alberti
La maxime d'Alberti pourrait être ce vers tirés des Tristes d'Ovide, qu'il avait traduit en italien : Et tantum constans in levitate sua - solo una legge serba : in esser lieve - "être constant seulement dans la légèreté".
Commenter  J’apprécie          120
ElGatoMalo   20 février 2017
De la statue et de la peinture de Leon Battista Alberti
S’il est vrai que l’homme, en naissant, n’a pas la vision rectifiée, et méconnaît les effets de la perspective aérienne, — qui n’a vu un petit enfant vouloir saisir une étoile ? — il faut donc qu’une série d’opérations établisse dans son intellect une notion que ses sens tout d’abord lui refusent. L’artiste est à l’homme qui ne fait pas de sa vue un instrument perpétuel d’étude, ce que cet homme est au petit enfant. Car celui-là, dans les questions d’art, veut aussi saisir des étoiles. Comme il serait, surpris si on lui affirmait qu’il ne voit pas juste, et quelquefois même pas du tout !



Cicéron dit quelque part : Multa vident pictores in umbris et in eminentia, quæ nos non vîdemus. Les peintres voient dans les ombres et dans le relief bien des choses que nous n’apercevons pas. Les ombres et le relief, c’est-à-dire la forme et l’effet.
Commenter  J’apprécie          91
ElGatoMalo   28 février 2017
De la statue et de la peinture de Leon Battista Alberti
Maintenant il s’agit de traiter des rayons du milieu. On nomme ainsi cette multitude de rayons entourés par les rayons extrêmes et qui remplissent la pyramide. Il en est d’eux comme de ce qu’on raconte du caméléon et de quelques animaux sauvages, qui, sous l’empire de la crainte et pour ne pas être tués par les chasseurs, prennent les couleurs des objets qui les environnent. Ainsi de ces rayons. En effet, dans tout leur trajet, depuis leur contact avec la superficie jusqu’au sommet de la pyramide, ils sont tellement pénétrés par la variété des couleurs et des lumières, qu’en quelque lieu qu’on vienne à les rompre, ils répandent la même couleur et la même lumière que celles dont ils sont imprégnés. Quant à ces rayons, on doit savoir que, par une plus grande distance, ils viennent à pâlir et que leur extrémité est moins vive. On en a trouvé la raison. Effectivement, ces rayons et les autres rayons venant, tout chargés de lumière et de couleurs, à traverser l’air, qui possède une certaine densité, il advient que, par la pesanteur de cet air, ces mêmes rayons semblent n’arriver qu’épuisés au but de leur parcours. Aussi dit-on avec justesse que la superficie paraît d’autant plus confuse et obscure que la distance est plus grande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
ElGatoMalo   01 mars 2017
De la statue et de la peinture de Leon Battista Alberti
Rapportons donc à la pyramide tout ce que nous avons dit sur les triangles, et persuadons-nous que, de la superficie qu’on aperçoit, nulle quantité parallèle à la section ne saurait, en peinture, subir dans la forme aucune altération. En effet, il s’agit là de quantités également distantes, proportionnelles à toutes sections également distantes aussi de celles qui leur correspondent. Il résulte de cela que les quantités qui remplissent une surface et qui déterminent le contour n’étant pas altérées, les contours ne subiront aucune altération.
Commenter  J’apprécie          83
Laura94   05 mai 2015
De Pictura de Leon Battista Alberti
Ce sont donc la grâce et la beauté qu'il faut rechercher au premier chef dans la composition des surfaces. Or je ne connais pas de moyen plus sûr d'y parvenir que d'observer la Nature, de regarder avec patience et diligence comment la Nature, en merveilleuse artiste du monde qu'elle est, a agencé les surfaces dans les plus beaux corps.
Commenter  J’apprécie          80
ElGatoMalo   23 février 2017
De la statue et de la peinture de Leon Battista Alberti
Peut-être, tout d’abord, l’érudition semble-t-elle étouffer l’inspiration ; mais, du passage de la Renaissance à travers cette érudition devait naître la critique, et l’on trouve déjà, dans certaines notes du Vinci, des idées dignes de François Bacon, et des démonstrations qui procèdent de la plus rigoureuse méthode.
Commenter  J’apprécie          81
ElGatoMalo   20 février 2017
De la statue et de la peinture de Leon Battista Alberti
Les Grecs entendaient par Αἴσθησις la faculté de sentir. Les modernes en ont fait l’esthétique ou science des sensations. Le jour où Baumgarten, professeur de philosophie à Francfort sur l’Oder, émit, le premier, ce grand mot, il ne se doutait guère de l’énorme consommation qu’en ferait un jour la critique. Incompris des foules, il retentit avec l’autorité d’une trompette qui commande le silence. Les théories transcendantales s’en taillent des robes doctorales. Il y a bien des élucubrations boiteuses auxquelles il sert de béquille, et les pédants s’en font litière. Je ne lui veux aucun mal, mais je trouve que, jusqu’ici, il a fait plus couler d’encre qu’il n’a versé de lumière.
Commenter  J’apprécie          71
Laura94   04 mai 2015
De Pictura de Leon Battista Alberti
Personne ne soutiendra que ce qui échappe au regard est du ressort du peintre, car le peintre ne travaille à imiter que ce qui se voit sous la lumière.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Leon Battista Alberti (36)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur