AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.22/5 (sur 234 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : New York , 1943
Biographie :

Leslie Kaplan est une écrivaine française. Elle a fait des études de philosophie, d'histoire et de psychologie à la Sorbonne et elle a travaillé en usine de 1968 à 1971.

Leslie Kaplan anime des ateliers de lecture-écriture dans des écoles et des bibliothèques de banlieue, des cafés, des prisons ainsi qu'à l'université. Elle est en résidence en 2009 à la Maison de la Poésie dans le cadre du programme Résidence d’écrivains en Ile-de-France.

Depuis 1982, date de la parution de son premier livre, L'Excès-l'Usine, salué par Marguerite Duras et Maurice Blanchot, elle a publié 16 récits et romans aux Editions POL.

En 1996, elle a commencé une série romanesque intitulée "Depuis maintenant" dont six volumes sont parus : Depuis maintenant (Miss Nobody Knows), Les prostituées philosophes, Le Psychanalyste, Les Amants de Marie, Fever et Mon Amérique commence en Pologne.

Son œuvre a été adaptée pour le théâtre, entre autres par Claude Régy, Frédérique Loliée, Marcial Di Fonzo Bo. Son roman Le Psychanalyste a fait l’objet de nombreuses lectures - notamment au Brésil dans le cadre de Un auteur, un acteur organisé par CulturesFrance ainsi qu’au Musée Calvet pendant le Festival d’Avignon 2004 -, et en 2005 il est adapté pour un feuilleton radiophonique de 25 épisodes diffusé sur France Culture, réalisé par Claude Guerre.
L’année suivante, elle écrit pour la première fois spécialement pour le théâtre : 8 séquences dialoguées rassemblées dans le recueil Toute ma vie j’ai été une femme.

Leslie Kaplan reçoit le Prix Wepler 2012 pour "Millefeuille" et le Grand prix de la Société des gens de lettres pour l'ensemble de son œuvre en 2017.
+ Voir plus
Source : /www.theatre-des-lucioles.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Leslie Kaplan   (33)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans "L'Assassin du dimanche", le nouveau roman de Leslie Kaplan, l'écrivaine met en lumière la force du collectif à travers des portraits de femmes organisées pour traquer l'assassin qui sévit chaque dimanche dans les rues de Paris… À cette occasion, elle est l'invitée de Nicolas Herbeaux et Géraldine Mosna-Savoye. Visuel de la vignette : Xavier Rossi / Getty #livre #écrivain #littérature ---------------- Écoutez d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture dans Les Midis de Culture par ici https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrrNrtLHABD8SVUCtlaznTaG&si=FstLwPCTj-EzNwcv ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-midis-de-culture Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (8) Voir tous


Citations et extraits (106) Voir plus Ajouter une citation
Millefeuille voyait le poème sur la page, les vers se détachaient, Baudelaire parlait des vices,
"Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !"
Millefeuille souriait intérieurement et continuait
"Et dans un bâillement avalerait le monde :"
C'est l'ennui ! ...
Incroyable que Baudelaire ait trouvé que l'ennui était un vice, une erreur, une faute très grave, un péché, pas un malheur, on éprouve pourtant comme un malheur de s'ennuyer, moi en tout cas, je l'éprouve comme un malheur
Commenter  J’apprécie          160
Certains des assassins parvenaient à s'enfuir, mais la plupart étaient pris et revendiquaient crânement leur crime, on les voyait même rire, se moquer, faire des plaisanteries plus ou moins drôles, bref c'était le monde à l'envers.
Page 10 (Sur 55, mais pourquoi les trois dernières ne sont-elles pas numérotées?)
Commenter  J’apprécie          110
l'autre jour j'ai vu une affiche
"apprenez à habiter votre corps
en 25 leçons"
je n'ai pas compris
"habiter son corps"
qui habite mon corps ?
moi il me semble

il te semble ?

il me semble, moi
si ce n'est pas moi
ce serait qui ?
Commenter  J’apprécie          90
L’usine, on y va. Tout est là. On y va.
L’excès – l’usine.

Un mur au soleil. Tension extrême. Mur, mur, le petit grain,
brique sur brique, ou le béton ou souvent blanc, blanc
malade ou la fissure, un peu de terre, le gris. La masse mur.
En même temps, ce soleil. La vie est, haine et lumière, La vie-
four, d’avant le commencement, totale.

On est prise, on est tournée, on est à l’intérieur.

Le mur, le soleil. On oublie tout.

La plupart des femmes ont un merveilleux sourire édenté.

On boit un café à la machine à café.

La cour, la traverser.

Être assise sur une caisse.

Tension, oubli.

p.12
Commenter  J’apprécie          70
Leslie Kaplan
La Terre s’était aplatie, progressivement et de façon continue, par la masse énorme, qui grandissait sans cesse, et qu’on n’arrivait absolument pas à éliminer, dont on n’arrivait absolument pas à se défaire, de bêtises, stupidités, imbécillités, idées reçues, clichés, tautologies, discours vides, mots creux, bref, de platitudes, le terme s’imposait, oui, de platitudes qui s’échangeaient à chaque instant et finissaient par avoir un effet. Et comment non ? Les idées sont une force matérielle, c’était prouvé depuis longtemps. (L'aplatissement de la terre)
Commenter  J’apprécie          61
Et Simon aimait que les hommes changent, puissent changer. Laissent leurs maux. Mettent une distance, soient moins tristes, moins blessés, moins misérables, et jouent, apprennent à jouer, à être gais. Guérir une fois pour toutes l'angoisse, non, sûrement pas. Mais arriver à en faire autre chose, à s'en défendre autrement que par des rituels obsessionnels ou des somatisations, sans parler de comportements délinquants qui visent à tout faire porter au voisin...(p.56- coll. Folio)
Commenter  J’apprécie          60
Un homme libre, qu’est-ce que c’est ?
.....
c’est Bartleby le copiste de Melville qui un jour arrête tout en disant, I would prefer not to, Je préfère ne pas. Quand on finit par le mettre en prison et que son ancien patron vient le consoler, Regarde le ciel bleu, regarde l’herbe verte, il répond seulement, I know where I am, Je sais où je suis.
....
c’est Franz Kafka qui n’a jamais réussi à se marier mais qui peut, en imaginant la Statue de la Liberté, voir, à la place de la torche, un glaive ;
c’est un homme qui dit, alors qu’il est enfermé à Dachau, « La nuit était belle ». Robert Antelme.
.....
c’est une vieille dame à qui deux jeunes gens viennent de prendre tous ses bijoux et qui dit, Peut-être ils ne savent faire que ça .....
Commenter  J’apprécie          50
On fait des câbles près de la fenêtre. Les câbles ont beaucoup
de couleurs, on les enroule en circuits. Il y a de la lumière,
l’espace est mou. On va, on vient. Couloirs, oubli.

On fait des câbles près de la fenêtre. Tension extrême. Le ciel,
et les câbles, cette merde. On est saisie, tirée par les câbles, le
ciel. Il n’y a rien d’autre.

Tout l’espace est occupé : tout est devenu déchet. La peau est
morte. Les dents mordent une pomme, un sandwich. On
absorbe, le regard se colle à tout comme une mouche.

On travaille neuf heures et on fait des trous dans des pièces avec
une machine. On met la pièce, on descend le levier, on sort la
pièce, on remonte le levier. Il y a du papier partout.

Le temps est dehors, dans les choses.

p.13
Commenter  J’apprécie          40
L’usine, la grande usine univers, celle qui respire pour vous.
Il n’y a pas d’autre air que ce qu’elle pompe, rejette.
On est dedans.

Tout l’espace est occupé : tout est devenu déchet. La peau, les
dents, le regard.

On circule entre des parois informes. On croise des gens, des
sandwichs, des bouteilles de coca, des instruments, du papier,
des caisses, des vis. On bouge indéfiniment, sans temps. Ni
début, ni fin. Les choses existent ensemble, simultanées.

À l’intérieur de l’usine, on fait sans arrêt.

On est dedans, dans la grande usine univers, celle qui respire
pour vous.

p.11
Commenter  J’apprécie          40
Mais qu'est-ce qu'un dialogue ?
Comment est-ce qu'on signifie à l'autre qu'on veut vraiment lui parler, qu'on lui parle vraiment, qu'on ne fait pas semblant, qu'on ne lui donne pas des mots pour rien, des mots creux, des mots vides, des mots pour en finir, pour finir de lui parler, pour passer à autre chose, de plus important, de plus urgent.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Leslie Kaplan (418)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz sur max de sarah cohen-scali

Le point de vue est-il?

omnicient
externe
interne
demi-pensionnaire

10 questions
70 lecteurs ont répondu
Thème : Max de Sarah Cohen-ScaliCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..