AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.67 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : Afrique du Sud
Né(e) le : 05/12/1936
Mort(e) le : 05/09/2010
Biographie :

Romancier, homme de théâtre, critique littéraire, journaliste et universitaire, Lewis Nkosi était une grande figure de la vie littéraire sud-africaine.

C’est en 1983 que le Sud-Africain Lewis Nkosi s’est fait connaître en publiant son premier roman "Mating Birds". Il y raconte les derniers jours d’un jeune prisonnier injustement condamné à mort par les tribunaux sud-africains. L’étudiant zoulou Sibiya a eu beau expliquer aux jurés que le viol de la jeune Anglaise à la chair rose dont on l’accuse n’était pas un viol, mais un rapport mutuellement consenti, sa parole d’homme noir n’a évidemment pas fait le poids dans un pays où domine l’idéologie de la supériorité raciale.

Traduit de l’anglais sous le titre "Le Sable des Blancs" (Dapper 2002), ce beau récit des désirs inassouvis et de la révolte de la jeunesse noire, qui vit la ségrégation dans sa chair, a fait le tour du monde et s’est imposé comme l’un des textes littéraires les plus représentatifs de la violence des relations humaines sous l’apartheid.

Interdit par le régime d’apartheid lors de sa parution, ce roman a été comparé par la critique internationale à L’Etranger de Camus pour son style désincarné et sa structure narrative complexe.

1986 "Mating Birds", gagnat du prix Macmillan Pen
2002 "Underground People"
2006 "Mandela's Ego"
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Lewis Nkosi   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
littleone   10 avril 2012
Mandela et moi de Lewis Nkosi
Mandela, le grand leader du peuple, était la spécialité de Simon Gumede, son invention la plus importante, la plus riche et la plus gratifiante - sans doute parfois distincte du Mandela en chair et en os connu de tous, mais les péripéties des divers Mandela de Simon coïncidaient parfois, par miracle, par hasard, avec des faits avérés.

- Tu crois que je te raconte des bobards, non ? demandait Simon à son neveu.

- Non oncle Simon, répondait Dumisa après avoir froncé les sourcils et toussoté.

Satisfait de cette preuve de confiance, au demeurant imméritée, Simon acquiesçait.

- Bien. Parce que tu vois Dumi, mon garçon, il faut que tu comprennes que les histoires ne sont vraies que quant elles sont bien racontées. Que tu y croies ou pas, c'est autre chose. Le truc, c'est que notre monde tout entier est fait d'histoires, et les mots sont leurs briques, leur ciment. Tu te souviens de ce que dit le père Ross ? "Au commencement était la Parole et la Parole était Dieu". La parole, Dumi, la parole. "Et la Parole fut chair. La terre était informe et vide, il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme. Et Dieu dit : Que la Lumière soit !". C'est une histoire de plus. Je te le dis Dumi, le monde est plein d'histoires. Dans des années, qui croira que tu as un jour volé un poulet, ou que Mandela a volé un cochon ? Mais les gens liront I-Qiniso et ils le croiront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
littleone   10 avril 2012
Mandela et moi de Lewis Nkosi
Dumisa n'avait que quinze ans, bientôt seize, et il était plein de peurs irrésolues. Les souches qu'il connaissait bien à la lumière du jour prenaient des formes sinistres et fantomatiques dans la lueur de l'aube. Apparitions. Visions.Un petit jeune homme, perdu dans l'obscurité, se heurtait à la redoutable énigme enfouie dans les ombres qui rodent la nuit sans jamais montrer leur visage - des formes diaboliques qui se confondaient avant de se détacher à nouveau. Peur. Gouttes de sueur qui dégoulinent le long de la colonne vertébrale. De quoi était faite cette peur ?
Commenter  J’apprécie          10
littleone   10 avril 2012
Mandela et moi de Lewis Nkosi
Dumiza continuait à fixer du regard la partie inférieure, et affriolante, du corps du Nozizwe. Il semblait enchanté par la façon dont son corps se pliait et se dépliait, comme un concertina. Totalement sous le charme, il se dit soudain que les seins bourgeonnants de Nozizwe étaient exactement comme les pommes de Keats, bientôts assez mûrs pour faire ployer les arbres. Il se sentait comme une abeille incapable de résister aux fleurs tardives de la saison.
Commenter  J’apprécie          10
Dridjo   15 octobre 2014
Mandela et moi de Lewis Nkosi
" - regarder un blanc chier ! Dieux de nos pères ! Qu’est-ce que ça veut dire ! Vous finirez aveugles ! Les enfants d’aujourd’hui...

- Comment pouvions-nous savoir qu’il y avait un homme blanc derrière cet arbre ?

- Parce que Mandela est en cavale, idiot, voilà pourquoi.

- C’est qui Mandela ?

- Le Grand homme qui va nous libérer. ils essayent de l’attraper.

- Un blanc doit chier pour attraper Mandela ?

- ’Un blanc doit chier pour attraper Mandela’ ? Mon Dieu, quel enfant ! Quelles questions ! Tu n’as qu’un demi cerveau ou quoi ? Bien sûr que ce blanc doit chier. Pas pour attraper Mandela. mais ’en attendant’ d’attraper Mandela. Mandela fera chier n’importe quel Blanc qui essaye de l’attraper.

- Mais pourquoi il s’enfuit s’il peut faire chier un blanc ?

- ’Pourquoi il s’enfuit s’il peut faire chier un blanc ?’ Seigneur. Quel idiot ce gosse ! Écoute-moi. Mandela s’enfuit, mais il ne s’enfuit pas. Ce que je veux dire, c’est qu’il s’enfuit mais qu’il ne s’enfuit pas réellement. Pas facile à expliquer a un gamin. tu comprends ?

- non."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2278 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur cet auteur