AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : Chine
Biographie :

Lie Yukou, encore appelé Lie Zi (Lie Tseu, 列子) est un sage de la période des Printemps et des Automnes ou des Royaumes combattants cité dans le Zhuangzi (Tchouang Tseu, 庄子) et les Annales de Lü, devenu un personnage important du taoïsme.

Selon le Zhuangzi, il était originaire de l’État de Zheng où il vécut 40 ans caché et anonyme, avant d’émigrer dans l’État de Wei lors d’une famine. Il serait mort à Zheng.

Il est présenté comme un disciple de Guan Yin (Kuan Yin), autre sage mentionné dans le Zhuangzi, les Annales de Lü et le Liezi, identifié par Sima Qian au gardien de la passe qui convainquit Lao Zi (Lao Tseu) d’écrire le Dao De Jing (Tao Te King) avant de partir vers l’ouest. La tradition taoïste fera plus tard de Lie Zi un disciple de Lao Zi.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
gloubik   27 mars 2016
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Qui est apte à être un officier

n'est pas belliqueux

Qui est apte à combattre

ne se met jamais en colère

Qui est apte à vaincre son ennemi

ne l'affronte jamais

Qui est apte à employer les hommes

se met au-dessous d'eux

C'est là la vertu de non-rivalité;

c'est là aussi la capacité

d'employer les hommes;

c'est là enfin l'apogée

d'être digne du ciel.
Commenter  J’apprécie          160
steka   22 décembre 2012
Le vrai classique du vide parfait de Lie Yukou
Un homme perdit sa hache. Il soupçonna le fils du voisin et se mit à l'observer. Son allure était celle d'un voleur de hache; l'expression de son visage était celle d'un voleur de hache; sa façon de parler était tout à fait celle d'un voleur de hache. Tous ses mouvements, tout son être exprimaient distinctement le voleur de hache. Or, il arriva que l'homme qui avait perdu la hache, en creusant par hasard la terre dans la vallée, mit la main sur cet outil. Le lendemain, il regarda derechef le fils du voisin. Tous ses mouvements, tout son être n'avaient plus rien d'un voleur de hache.
Commenter  J’apprécie          150
Danieljean   12 août 2015
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Bien que les pieds de l'homme n'occupent qu'un petit coin de la terre, c'est par tout l'espace qu'il n'occupe pas que l'homme peut marcher sur la terre immense. Bien que l'intelligence de l'homme ne pénètre qu'une parcelle de la vérité totale, c'est par ce qu'elle ne pénètre pas que l'homme peut comprendre ce qu'est le ciel.

C'est en marchant que la voie est tracée; c'est en nommant les choses que les choses sont délimitées ainsi. Comment dire oui à une chose ? On dit oui à une chose qui est. Comment dire non à une chose ? On dit non à une chose qui n'est pas. Comment juger ce qui est possible ? On considère comme possible une chose qui est possible. Comment juger une chose qui n'est pas possible ? On considère comme impossible une chose qui n'est pas possible. Tout chose a sa vérité; toute chose a sa possibilité. Il n'est rien qui n'ait sa vérité, il n'est rien qui n'ait sa possibilité.
Commenter  J’apprécie          100
Danieljean   12 août 2015
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Certains rêvent de festins, et pleurent au réveil; d'autres pleurent dans leur rêves, et à l'aurore partent à la chasse. Or, les uns et les autres, pendant leurs rêves, ne savent pas qu'ils rêvent, et parfois rêvent qu'ils sont en train de rêver. Ce n'est qu'au moment de leur réveil qu'ils savent qu'ils rêvent. Ce n'est que lors du grand réveil qu'on sait que tout n'a été qu'un grand rêve. La foule ignorante se croit éveillée en distinguant le prince d'un berger. Quel préjugé !

"Kong-tseu et toi-même, vous n'êtes que des rêves. Je te dis que tu rêves, cela aussi est un rêve."

Ces paroles sont extraordinaires et paradoxales. Dans la suite des siècles, un grand sage les comprendra un jour. Ce jour viendra aussi vite que le temps passe du matin au soir.

Si je discute avec toi et que tu l'emportes sur moi au lieu que je l'emporte sur toi, as-tu nécessairement raison et ai-je nécessairement tort ? Si je l'emporte sur toi, ai-je nécessairement raison et toi nécessairement tort ? ou bien l'un de nous deux a raison et l'autre tort ? ou bien avons-nous raison tous les deux ou tort tous les deux ? Ni toi ni moi nous ne pouvons le savoir, et un tiers serait tout autant dans l'obscurité. Qui peut décider sans erreur ? Si nous interrogeons quelqu'un qui est de ton avis, du fait qu'il est de ton avis, comment peut-il en décider ? S'il est de mon avis, du fait qu'il est de mon avis, comment peut-il en décider ? Il en sera de même s'il s'agit de quelqu'un qui est à la fois de ton avis et du mien, ou d'un avis différent de chacun de nous deux. Et alors, ni moi, ni toi, ni un tiers ne peuvent trancher. Faudra-t-il attendre un quatrième ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bernacho   25 juillet 2016
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Ca me rappelle un dialogue, entendu en Egypte, entre une poule confucéenne et sa rivale taoïste :

La poule confucéenne : T'as pas honte de pondre des oeufs si petits ? Regarde voir les miens : le double des tiens, qu'ils sont ; même qu'ils valent une grosse piastre. Les tiens, j'en donnerais tout juste une petite piastre.

La poule taoïste : Pour une petite piastre de différence, à quoi bon se casser le cul ?

Lao-Tseu ? (euh non ! préface d'Etiemble)
Commenter  J’apprécie          82
Bernacho   10 août 2016
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Il y a dans le monde une voie toujours victorieuse et une voie qui ne l'est jamais. Celle qui est toujours victorieuse s'appelle douceur, l'autre, la voie qui ne vainc jamais : violence. Elles sont toutes les deux aisées à connaître, mais l'homme les ignore.

(Lie Tseu 2-17)
Commenter  J’apprécie          83
brigetoun   12 août 2010
Sur le destin : Et autres textes de Lie Yukou
Se comporter comme poules et chiens, comme un animal, et exiger l'estime des hommes, c'est vouloir l'impossible. Quand un homme ne tient plus compte d'autrui, il court de graves dangers et la honte est sur lui.
Commenter  J’apprécie          80
Danieljean   12 octobre 2015
Traité du vide parfait de Lie Yukou
Au pouvoir depuis cinquante ans, Yao ne savait ni si l'empire était bien gouverné ni si ses nombreux sujets désiraient lui obéir. Il interrogea ses conseillers, qui ne surent répondre. Il interrogea des personnes extérieures à la cour, qui ne surent répondre. Il interrogea des paysans, qui ne surent répondre. Vêtu simplement, il se promena dans les rues, et entendit à un carrefour un enfant chanter :



Il règne sur notre peuple,



Il a exterminé les brigands.



Mais le peuple l'a oublié,



Ne sait devoir obéissance à l'Empereur.



Très content, Yao demanda qui avait enseigné ces paroles. "Le grand préfet" répondit un enfant. L'Empereur interrogea le grand préfet, qui répondit qu'il s'agissait de vers anciens. rentré au palais, Yao convoqua Shun, lui offrit pouvoir que Shun accepta sans discuter.
Commenter  J’apprécie          60
steka   10 septembre 2014
Les fables de Maître Lie de Lie Yukou
Maître Lie se complaît dans le parodique, le saugrenu, l'extravagant. Quand il reprend certains des développements ou des historiettes du Tchouang-tseu, il renchérit encore, poussant plus loin la veine satirique et baroque. Il exhibe une galerie surréelle d'hommes plus remarquables les uns que les autres par l'insignifiance de leurs capacités : tel preux est célèbre pour sa force qui lui permet de "briser net la cuisse d'une sauterelle de printemps et soulever les ailes d'une cigale d'automne", tel médecin miraculeux laisse faire la nature plutôt que de soigner les malades ...
Commenter  J’apprécie          60
Danieljean   12 août 2015
Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu de Lie Yukou
Jadis, Tchouang Tcheou rêva qu'il était un papillon voltigeant et satisfait de son sort et ignorant qu'il était Tchouang Tcheou lui-même. Brusquement il s'éveilla et s'aperçut avec étonnement qu'il était Tcheou. Il ne sut plus si c'était Tcheou rêvant qu'il était papillon, ou un papillon rêvant qu'il était Tcheou. Entre lui et le papillon il y avait une différence. C'est là ce qu'on appelle le changement des êtres.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-36263: vocabulaire - les mots du chinois en français

aïnou (n.m)

peuple et langue de ce peuple du nord du Japon
sorte d'antilope à longues cornes
type de végétation proche du lichen

14 questions
63 lecteurs ont répondu
Thèmes : chineCréer un quiz sur cet auteur