AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aubin , le 16/05/1959
Biographie :

Lilian Bathelot est un écrivain français né le 16 mai 1959 dans le bassin minier et industriel de Decazeville. Il a touché au roman noir, à la littérature jeunesse, la science-fiction, le théâtre, les nouvelles. Il développe parallèlement une activité de réalisateur de film.

Issu des courants d'immigration du vingtième siècle (espagnole, italienne, slave), et tour à tour saltimbanque et cracheur de feu, professeur de philosophie et conseil en communication, les contre-pieds de son parcours – qui sont aussi passés par l’usine et le bâtiment – débouchent en 1998 sur l’écriture d'un premier roman (Avec les loups) qui paraît aux éditions Climats.

Après plusieurs autres romans (parus aux éditions Albin Michel et Métailié notamment), et un détour par la dramatique radiophonique (Radio France) et le théâtre, C’est l’Inuit qui gardera le souvenir du Blanc, son dixième titre, paru en 2006 aux éditions du Navire en Pleine Ville, est largement salué par la critique.

De son importante bibliographie, citons "Le rire d’Olga", "La théorie du K.O" ou encore "Y’a plus de sushi pour les Bleus" …

Au Théâtre, sa pièce "Le trésor des six reines" (2006)… ainsi que de nombreuses nouvelles, "Pimpant février" (Grand prix du jury du festival de Vars), "Flonflon" …
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
marina53   28 juin 2018
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Je peux dire cent choses qui montrent que le monde est cinglé ! Cent, sans réfléchir, là, tout de suite.

C'est pas bien difficile, tout le monde les connaît. Tout le monde pourrait les citer...

Mais tout le monde les oublie aussi sec pour pouvoir vivre avec les autres, dans la même folie. Parce qu'il faut bien accepter d'être fou pour paraître normal dans un monde cinglé.
Commenter  J’apprécie          280
marina53   29 juin 2018
Simple mortelle de Lilian Bathelot
C'est bien pour moi que j'écris, pour tâcher d'y voir un peu plus clair dans ce qui m'enflamme, me comble et m'effraie tout à la fois.

Oui, c'est peut-être pour me tenir la main à moi-même que j'écris ces lignes.
Commenter  J’apprécie          270
Jeanfrancoislemoine   28 janvier 2019
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Enfant , lorsque je m'ennuyais d'être trop désoeuvrée , que je tournais depuis trop longtemps en rond dans la maison familiale , je finissais toujours par m'arrêter devant le deuxième tiroir du buffet de la salle à manger où ma mère entassait pêle-mêle tout ce qui l'encombrait . J'avais beau y avoir déjà mille fois trifouillé pendant des heures dans ce tiroir magique ,il suffisait que je l'ouvre à nouveau pour qu'il me livre une trouvaille ,un objet passé inaperçu jusque-là , et qui me sautait dans les mains , ouvrant la porte à de nouveaux jeux , de nouvelles rêveries.

Je découvre Louis de la même manière. Je pense avoir fait le tour du personnage , être parvenue au bout de mes surprises , et je découvre chaque fois autre chose.( p 305)
Commenter  J’apprécie          251
marina53   28 juin 2018
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Que reste-t-il à donner aux siens lorsqu'il n'y a plus d'envie ?
Commenter  J’apprécie          251
marina53   30 juin 2018
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Ce que je ressens me submerge.

Ce que je ressens. Voilà : je ne fais que ressentir, incapable que je suis de comprendre.
Commenter  J’apprécie          230
marina53   28 juin 2018
Simple mortelle de Lilian Bathelot
J'avais le temps. Le temps de sourire à la lune qui faisait la maligne là-haut, au-dessus de la frise de falaises claires couronnant la masse sombre de la montagne. Je dégustais ces moments que je n'avais même pas voler, mais qui s'offraient d'eux-mêmes comme autant de petits miracles inconnus.
Commenter  J’apprécie          150
Jeanfrancoislemoine   28 janvier 2019
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Oui,j'idéalise à coup sûr cet homme formidable .

Oui , je me suis donnée avec d'autant moins de retenue et de jugeote que cette rencontre tombait à point nommé pour combler tout à la fois un gouffre affectif , un vide sidéral dans les échanges humains et jusqu'à l'existence , le néant consternant d'une vie sexuelle réduite à des plaisirs solitaires et un amour-propre délité par un quotidien médiocre fait de renoncements , de capitulations , d'aigreur et de misère.

Oui , Louis à profité de tout cela , et il en profite encore.( p 273)
Commenter  J’apprécie          60
Piatka   20 février 2019
Simple mortelle de Lilian Bathelot
Je ne l’ai jamais vu faire ou dire quoi que ce soit de convenu.

Il fabrique chacune de ses pensées lui-même, une à une, à la main, comme il fabrique ses cartouches, et elles s’en trouvent totalement imperméables aux airs du temps, aux postures à la mode.

À naitre ainsi de lui, et seulement de lui, ses idées sont toujours singulières ; les farces du moment ne les formatent guère. Elles viennent de sa logique propre, qu’il suit obstinément en laissant de côté les mensonges modernes qui construisent le monde.

C’est sans doute cela, cette impression de contrepieds incessants.
Commenter  J’apprécie          50
0titi85   26 octobre 2014
Kabylie Twist de Lilian Bathelot
Tu vois, si j'avais baissé le levier du détonateur, mon frère serait mort, oui. Il serait mort, mais il aurait gagné. C'est sa logique qui aurait gagné, si je m'étais laissé porter par la haine. Alors qu'en ce moment il vit encore... Il est vivant, mais il a perdu. Je ne me suis pas laissé entraîner dans la barbarie
Commenter  J’apprécie          40
michelekastner   18 février 2013
L'étoile noire de Lilian Bathelot
Tu vois, Esteban, je ne sais même pas si nous retrouverons un jour notre maison. Mais à chaque minute qui passe, je suis davantage certaine qu'il vaut encore mieux abandonner tout ce que l'on possède plutôt que de perdre son âme, cette âme pleine de larmes. Et je suis sûre que Dieu lui-même, qui me regardait de là-haut, ne pouvait pas me désapprouver complètement. Et quand bien-même, je m'en fiche. Je préfère encore me retrouver là, sans rien d'autre qu'une vieille musette presque vide, perdue au milieu de nulle part à vomir ma bile de devoir vous faire payer à maman et toi le prix de mon geste, que de devoir courber l'échine dans ce village qui vit à genoux.
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur