AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 26 notes)

Biographie :

Lise Benincà vit à Paris et rédige des chroniques pour Le Matricule des Anges. Son écriture retenue et inventive, explore, en revendiquant l’héritage de Georges Perec le vide au cœur de chaque espace, public ou privé, extérieur ou corporel.



Source : http://blog.lignesdefuite.fr/post/2008/02/22/vider-les-lieux
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Lise Benincà - Des objets de rencontre .
Lise Benincà vous présente son ouvrage "Des objets de rencontre, une saison chez Emmaüs" aux éditions Joëlle Losfeld. Préface de Charles-Édouard Vincent. Rentrée littéraire 2014. Notes de Musique : Jeremy Macachor/Choice/04 Choice (Featuring Ashley Macachor) (vik44 Chance Remix). Free Music Archives.
Podcast (1)


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   25 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
L'idée, d'écrire des belles choses autour des objets qui nous sont donnés et grâce auxquels toute notre organisation fonctionne apporte une dimension supplémentaire à ce que nous faisons. Car il ne s'agit pas seulement d'essayer de donner du travail à des gens qui n'en ont plus. Il s'agit aussi très souvent de les réconcilier avec eux-mêmes et de les aider à répondre à cette question qui les taraude: "est-ce que je m'aime ? est-ce que les autres m'aiment ? (p.9 /Préface de Charles-Edouard Vincent, directeur d'Emmaüs Défi)
Commenter  J’apprécie          200
fanfanouche24   27 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Quand on arrive dans un centre, on y dépose ses affaires si on en a, mais on n'a pas forcément envie d'y reconstruire son univers, car le plus souvent cet univers n'existe plus, explique-t-elle. Il faut apprendre à le reconstruire. Et cela commence par l'espace dans lequel on vit. Mon but est de montrer aux responsables des CHRS qu'en deux jours, avec quelques coups de pinceau, des meubles et des objets judicieusement choisis dans les bric-à-brac et qui ne coûteront pas un centime, on peut humaniser , personnaliser les chambres, pour donner aux personnes qui y vivent une autre vision de leur quotidien. Le faire avec eux, autant que possible, pour les aider à sortir de leur isolement et de leur désoeuvrement en s'appropriant l'espace dans lequel ils dorment.

Si la démarche de Diadème est tellement touchante, c'est parce qu'il est évident que retrouver le goût d'habiter un lieu, c'est renouer avec la capacité d'habiter son propre corps, sa propre vie. (p.159)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24   28 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Les livres, c'est une valeur sûre, même s'ils sont en carton-pâte. Non seulement ça meuble bien l'espace, mais ça le rend intelligent .

Et puis chez Emmaüs, comme partout ailleurs, il y a aussi des livres qui servent à caler les portes. ça ne les dérange pas, les livres, au contraire. Ils sont prêts à tout pour aider le monde à tenir debout. (p.206-207)
Commenter  J’apprécie          151
claudine42   22 mai 2015
Les oiseaux de paradis de Lise Beninca
" Je pensais mourir. Le jour de l'an je reçu un rouleau de tissu à kimono. C'était pour mes étrennes. L'étoffe de lin au tissage très fin, était à petits carreaux gris souris. Sans doute un kimono à porter l'été. Je décidai de vivre jusqu'à l'été. "
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24   26 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Forcément, je fais le lien avec les objets. Les objets auxquels on s'attache un peu trop. Ceux dont on ressent le besoin de se débarasser, comme une violence nécessaire. Ceux qui nous parlent et nous attirent, tout émaillés de souvenirs à peine conscients. (p.106)
Commenter  J’apprécie          71
fanfanouche24   25 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Je m'apprête à passer ici neuf mois pendant lesquel je prendrai pour sujet d'écriture ces objets qui, passés de main en main, finissent par atterrir dans les cartons d'Emmaüs. Patinés, dépareillés, singuliers, ils sont uniques, ils sont rares, ils ont une histoire à raconter. Formidable terrain d'expérimentation pour un écrivain. (p.17)
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24   26 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Des personnes de tous horizons, de toutes nationalités, avec des parcours chaotiques, des problèmes d'alcoolisme, de drogue, un passé difficile, des vies marquées par l'échec et la solitude. Des comportements parfois agressifs, souvent déroutants, et une grande difficulté à communiquer. Il les prend en charge, quels qu'ils soient, et les aide à reprendre pied. L'objet qui pourrait le mieux le représenter serait peut-être une lampe tempête qui reste allumée, qu'il pleuve ou qu'il vente, pour ceux qui se perdent dans la nuit. (p.92)



Commenter  J’apprécie          42
fanfanouche24   27 août 2014
Des objets de rencontre: Une saison chez Emmaüs de Lise Beninca
Certains salariés considèrent Emmaüs Défi comme leur famille, et quelque part c'est nous qui produisons ce sentiment-là: on les accueille, on les soutient, on les protège, on leur offre un lieu où ils existent, où ils sont reconnus. Et ensuite on est obligé de couper brutalement ce lien. C'est très dur. Il faudrait inventer l'insertion pérenne ! (p.176)
Commenter  J’apprécie          40
Clelia-Caro   02 novembre 2011
Les oiseaux de paradis de Lise Beninca
N'est-ce pas rassurant de savoir que les hirondelles reviennent ?

Par-delà le caractère éphémère de nos existences, par-delà l'absurdité de la chose et notre incompréhension docile, par-delà tout ce qui nous échappe et contre lequel nous aimerions nous dresser, nous sommes inscrits dans ce cycle, dans cette éternité. Nous y avons notre place...
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe   05 octobre 2011
Les oiseaux de paradis de Lise Beninca
Si l'on peut faire quelque chose pour que la vie continue de courir dans son petit corps de moineau,alors c'est un peu de notre vie qui prend sens aussi.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur