AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.17 /5 (sur 35 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pas-de-Calais , 1975
Biographie :

Passionnée de littérature, Lison Carpentier a obtenu une licence de Lettres Modernes de l'Université d'Arras.

Elle est ensuite devenue employée de bureau tout en restant fidèle à cette passion dévorante, passant depuis quelques années de la lecture à la plume.

Auteur indépendant, elle vit près d'Angers.

son blog : https://loeilnoir.wordpress.com/liens/

Ajouter des informations
Bibliographie de Lison Carpentier   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Elle devait pourtant se rendre à l’évidence : c’était à cause d’elle que ce gamin était dans cet état… La culpabilité, un sentiment qu’elle avait tenté d’enfouir pendant de longues années, refit surface comme une créature de l’ombre tapie dans son repaire et prête à reprendre le contrôle de son territoire.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Clémence recevait, telle une gifle, les émotions émanant de tous les lieux qu’elle explorait : une célèbre usine désaffectée de l’est de la France, encore occupée quelques mois plus tôt par des milliers de travailleurs bientôt licenciés, ou un château de famille délabré que les propriétaires ne parvenaient plus à entretenir… La photographie était alors l’unique parade lui permettant d’appréhender le monde tel qu’il était. Son appareil, comme une extension de son propre corps, lui servait de bouclier : elle faisait face en immortalisant chaque endroit, absorbant dans ses clichés chacun de ses troubles.Au fur et à mesure de sa progression dans l’ancienne prison, Clémence avait l’impression de s’enfoncer dans les entrailles d’un cadavre : des boyaux sombres et silencieux, sales et pestilentiels… Un endroit sordide, à déconseiller à quiconque. Pourtant, comme à chaque fois qu’elle pratiquait l’urbex, elle se sentait vivante dans ces lieux morts et déserts. En adéquation avec elle-même.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Franchir le panneau « Entrée interdite » lui procurait invariablement une poussée d’adrénaline, un sentiment d’excitation impossible à retranscrire sur une photographie. Comme de nombreux autres passionnés d’exploration urbaine, Clémence consacrait la plupart de son temps libre à la recherche de lieux abandonnés, en quête de clichés destinés à immortaliser les vestiges du passé avant leur inexorable destruction. Son métier de photographe spécialisée dans les reportages régionaux pour un magazine touristique lui permettait de parcourir le pays, et elle en profitait souvent pour terminer ses voyages par la visite, à titre personnel, d’un spot convoité par les chasseurs de ruines. Elle souhaitait profiter pleinement de son expédition dans le centre pénitentiaire rennais pour assouvir ce désir dévorant de communier pour quelques heures avec les fantômes du passé, en s’immergeant dans un monde parallèle où l’on perd toute notion du temps.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Elle souhaitait profiter pleinement de son expédition dans le centre pénitentiaire rennais pour assouvir ce désir dévorant de communier pour quelques heures avec les fantômes du passé, en s’immergeant dans un monde parallèle où l’on perd toute notion du temps.Les nuages se dispersèrent momentanément et la lune éclaira d’une lueur sinistre un ancien terrain de sport. Sur le mur opposé à l’entrée pendait encore un vieux panier de basket démantibulé. Une table de ping-pong éventrée où la dernière partie s’était disputée il y a longtemps trônait à droite de la cour. Les murs recouverts de tags sombres expliquaient la présence au sol de multiples bombes de peinture vides.Préférant éviter l’utilisation d’une torche à proximité des habitations, Clémence traversa à tâtons cette cour fantomatique où la nature avait repris ses droits : des bouquets de ronces et d’orties recouvraient l’asphalte fissuré, déformé par les intempéries.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Elle communiquait avec lui depuis deux mois environ. Il avait commenté ses spots, lui faisant des compliments au sujet de ses photos comme beaucoup d’autres adeptes de l’urbex. Il pratiquait lui aussi et connaissait certains des lieux qu’elle avait explorés. Mais il était si facile de mentir ou de se laisser berner. Il lui avait proposé de discuter en dehors du blog, par mail, et lui avait envoyé son adresse. Elle l’avait contacté pour échanger quelques infos.C’était lui, forcément…Comment avait-elle pu se laisser piéger si facilement ? L’image d’un insecte pris dans une toile d’araignée lui vint à l’esprit. Qui était-il ? Pourquoi avait-il tissé cette toile machiavélique ? Et surtout pourquoi l’avait-il piégée, elle ?Elle se trouvait face à une équation dont un élément inconnu venait de lier sa vie à un crime sordide… Son nom gravé sur la chair du jeune garçon dansait devant ses yeux.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Elle devait trouver une solution, très rapidement. Clémence avait du mal à garder la tête froide : elle était en train de laisser mourir un enfant, pour se protéger…Ironie du sort, son ex-mari était commissaire à la PJ de Paris. Un flic haut placé qu’elle aurait dû prévenir de ce crime… N’importe qui aurait réagi en prévenant la police pour sauver l’enfant séquestré aperçu sur la vidéo puis en appelant de l’aide pour celui qui, blessé, agonisait dans la prison…Mais contre tout bon sens, Clémence ne préviendrait personne… Elle avait l’habitude de régler ses problèmes seule. Était-ce la menace de Declat de tuer l’enfant qui l’impressionnait et l’empêchait de donner l’alerte ? Ou bien une part d’elle-même qui refusait catégoriquement de faire l’objet d’une enquête et d’être sous le feu des projecteurs ?
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Cantrel avait pour spécialité de s’approprier les idées et les actions des autres. C’était un orateur né, un arriviste de première qui n’avait pas lésiné sur sa facilité à communiquer pour grimper les échelons, non au mérite mais par ses dons de manipulateur invétéré. En outre, la dernière grosse enquête de Delambre aux Stups s’était soldée par l’avortement d’Héloïse. Face au drame personnel vécu par Pierrick, son supérieur ne lui avait pas semblé humainement à la hauteur. Insensible et distant, Cantrel n’avait pas daigné faire acte de présence lors des obsèques du nourrisson mort-né… Un comportement incompréhensible que Pierrick ne parvenait pas à pardonner, d’autant qu’ils travaillaient à ce moment-là sur la même affaire.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Une autre raison l’empêchait de prévenir la police… Mariée pendant plusieurs années au commissaire Sébastien Cantrel, Clémence avait longtemps subi le harcèlement de cet homme avant de comprendre qu’une seule solution lui permettrait d’échapper aux rouages de son cerveau détraqué. Aujourd’hui, éviter de croiser son chemin était devenu un instinct de survie. En divorçant, elle avait réussi à échapper à sa tyrannie, mais il n’était visiblement pas prêt à lui pardonner : Clémence était certaine qu’il était capable du pire pour lui arracher la garde de Quentin. Et la découvrir liée à de tels actes pourrait bien être pour lui une véritable aubaine, une opportunité servie sur un plateau de se débarrasser d’elle…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
Son objectif premier était de repérer les endroits susceptibles d’offrir la photo idéale dès que la luminosité serait suffisante. Clémence préférait réaliser ses clichés au petit matin, lorsque le soleil levant offrait un éclairage cru, révélant le désespoir criant des lieux délabrés.Bien que clandestine, l’activité d’explorateur urbain permettait de garder une trace de lieux voués soit à la démolition, soit, dans le meilleur des cas, à la réhabilitation. Consciente d’être un témoin privilégié du passé en pénétrant dans ces endroits interdits, la photographe aimait chasser des images fortes et éloquentes datant d’une époque révolue.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   19 novembre 2020
Ravages de Lison Carpentier
L’homme était intelligent, réfléchi… Il prenait toutes les précautions possibles pour mener à bien ses expéditions sans se faire prendre et sans laisser de trace, mais il exposait le corps de ses victimes de façon à être sûr qu’elles soient découvertes. Il avait attiré Clémence vers le cadavre de Louis, et il pouvait être certain que le corps du Plessis-Robinson allait être découvert par un promeneur car ce parc était très fréquenté, surtout le dimanche… Plus tout ce tapage médiatique, dont le point de départ était la photo sur le site de la mairie du huitième…
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Rouge Brésil - Le quiz détourné...

Une saulaie est...

une pagaie ronde
une plantation de saules

29 questions
97 lecteurs ont répondu
Thème : Rouge Brésil de Jean-Christophe RufinCréer un quiz sur cet auteur

.. ..