AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.53/5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1971
Biographie :

Je suis un auteur français né à Paris en 1971, père de deux enfants. J'habite actuellement en Bretagne.

Ma vie professionnelle est régie tout entière par mes passions. D'abord informaticien pendant plus de 20 ans, une profession qui m'amène rigueur et pugnacité à tout épreuve, je deviens photographe ; un métier qui me permet d’exercer ma fibre artistique.

Autodidacte, de nature obsessionnelle, assoiffé de connaissances, tous les domaines m'intéressent : de la philosophie à la physique quantique, de l'économie à la sociologie, de l’humour à la vie quotidienne.

Je suis aussi un lecteur insatiable, avide de surprises scénaristiques, de grandes idées et de belles phrases. Je lis indifféremment essais philosophiques et romans, et tous les genres me conviennent.

Mes préférences vont cependant aux littératures de l’imaginaire : je tombe dès l’enfance dans la science-fiction dont je dévore les plus grands romans, les plus grands auteurs. Fasciné par la faculté d’émouvoir avec des mots, je me lance à l’assaut du mystère de l’écriture, après sept années d'études personnelles, de réflexion intense et de pratique assidue.

Mon premier roman, “Réalités” est une trilogie de science-fiction contre-utopique, un genre de « polar SF quantique » réaliste, dense, profond et rythmé.
Mon second roman est une comédie romantique décalée et originale, pétillante, avec un narrateur incisif.
+ Voir plus
Source : Auteur
Ajouter des informations
Bibliographie de Loïc Grosman   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Les émissions en direct, les fictions de tout nature et les programmes de téléréalité avaient disparu du réseau Com’vidéo depuis la Grande Elevation. Elles avaient jusqu’alors représenté un frein à l’émancipation spirituelle des individus, les enfermant dans une spirale de dégénérescence cérébrale et les conditionnant à un asservissement mercantile devenu néfaste.
Commenter  J’apprécie          409
Elle avait cru jusque-là qu’on pouvait vivre heureux sans nécessairement être Einstein, que la connaissance était quelque chose d’inutile pour parcourir un chemin honorable dans la vie. C’était un point de vu qui se défendait, pour celui qui n’avait pas d’ambition pour lui-même, pas de respect pour sa propre nature ni d’imagination assez grande pour se construire un avenir plus riche de sens que celui que proposait le modèle des société actuelles via la télévision qui débilitait et l’omniprésente publicité qui lobotomisait toute volonté.
Commenter  J’apprécie          380
La notion de destin avait ses avantages, dont le principal était de ne pas avoir à prendre de risques. Comme il fallait absolument obéir à la dictature de son Moi, on lui apportait une aide extérieure pour qu’il trouve les excuses qui le laisserait plus facilement exprimer pleinement sa triomphale intelligence. Le destin, c’était une solution pour égo paresseux. Et si ça ne suffisait pas, on le fournissait en solution ultime : Dieu. Le parfait alibi pour ne pas même avoir à s’excuser de soi-même.
Commenter  J’apprécie          384
Les gens, éduqués par un marketing qui avait remplacé l’école, ne mangeaient plus à leur faim ni ne pouvaient se loger. Mais on voyait à chaque coin de rue des personnes mendier une pièce, un téléphone portable collé à l’oreille par une accroche magnétique.
Commenter  J’apprécie          370
Maintenant, elle se rendait compte que savoir et apprendre permettait d’avancer dans sa propre direction, de se libérer du chemin mortel que d’autres avaient tracé pour soi.
Commenter  J’apprécie          330
Pour le moment, elle était confortablement installée, occupée à se faire ouvrir les canaux, en musique.
Commenter  J’apprécie          313
- (...) Vous m'avez dit être professeur. Quelle est la matière que vous enseignez?
- La science. L'Histoire. Les Réalités. Les langues. L'assassinat. Et aussi l'Auto-Déplacement K.
Commenter  J’apprécie          153
Il était inconcevable d’accepter l’idée que d’autres mondes puissent être aussi réels que celui dans lequel elle avait vécu toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          140
Apprendre commençait quand on posait ses propres questions et non quand on tentait de répondre à celles des autres.
Commenter  J’apprécie          120
Maintenant elle se rendait compte que savoir et apprendre permettait d'avancer dans sa propre direction, de se libérer du chemin mortel que d'autres avaient tracé pour soi. Apprendre commençait quand on posait ses propres questions et non quand on tentait de répondre à celles des autres. S'interroger sur soi, c'était le début du chemin, au cours duquel on se préparait à critiquer. La critique, celle de la chose apprise et surtout celle de soi même, c'était la clé qui rompt les chaînes qui entravent, c'était commencer à devenir libre. Et la liberté était bien plus importante à atteindre que le faux bonheur d'une vie sécurisée de prisonnier perpétuel.
Commenter  J’apprécie          65

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Loïc Grosman (22)Voir plus

Quiz Voir plus

Le combat d'hiver - Jean-Claude Mourlevat

Qui est l'amoureux de Helen ?

Milos
Bartolomeo
Basile
Bartolos

8 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : Le combat d'hiver de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..