AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.27 /5 (sur 86 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Homps (Aude) , le 14/07/1879
Mort(e) à : Peyriac-Minervois (Aude) , le 04/05/1952
Biographie :

Louis Barthas est un ancien combattant de la Grande Guerre.

En 1914, Louis Barthas a trente-cinq ans.Il était tonnelier à Peyriac-Minervois et il reprit ce même métier après l'armistice.
Mobilisé au 280e régiment d'infanterie de Narbonne avec le grade de caporal qu'il conserva pendant la durée du conflit, il combattit dans les secteurs les plus dangereux du front : Notre-Dame-de-Lorette, Verdun, la Somme et le Chemin des Dames et il sortit totalement épuisé de ses quatre années de guerre.

Il a écrit ses expériences de guerre dans un journal personnel très apprécié, préfacé par Rémy Cazals en 1978 sous le titre Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 (Éditions François Maspero, Paris).

Militant socialiste, il avait participé dans sa région à la création du syndicat des ouvriers agricoles et partageait les idées pacifiques de Jean Jaurès.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'adaptation graphique signée Fredman du récit le plus célèbre de la Grande Guerre. Tonnelier originaire de l?Aude, Louis Barthas est envoyé au front dès 1914. Démobilisé en 1919, il met au propre ses notes prises tout au long du conflit. Militant socialiste et écrivain à son insu, le caporal Barthas a observé jour après jour la vie dans les tranchées : les rats, la boue, les bombes? Avec une plume extraordinaire et un étonnant sens de l?humour, il décrit les poilus livrés en masse à une mort anonyme, les chefs assoiffés de gloire, mais aussi les Allemands, qu?on appelle « ennemis » mais avec lesquels on fraternise à l?abri des regards. Publiés aux éditions Maspero en 1978, les Carnets de guerre de Louis Barthas sont devenus un classique, traduit dans de nombreux pays. Fredman met son trait au service de cette ?uvre unique. Composée d?extraits soigneusement sélectionnés, respectant l?esprit et la lettre des Carnets originaux, son adaptation graphique donne une nouvelle vie à ce témoignage exceptionnel. Pour en savoir plus et feuilleter la bande dessinée ? https://bit.ly/2SyG8EQ

+ Lire la suite

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Villoteau   21 février 2013
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 de Louis Barthas
Si les morts de cette guerre pouvaient se lever de leur tombe. Ils briseraient en mille morceaux ces monuments hypocrites, car ceux qui les ont érigés les ont sacrifiés sans aucune pitié.



(au sujet des monuments aux morts)
Commenter  J’apprécie          280
RChris   23 novembre 2018
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 : Edition du centenaire de Louis Barthas
Quelquefois il y avait échange de politesses, c'étaient des paquets de tabac de troupe de la Régie française qui allaient alimenter les grosses pipes allemandes ou bien de délicieuses cigarettes "made in Germany" qui tombaient dans le poste français. On se faisait passer également chargeurs, boutons, journaux, pain...

...On peut être certains que ce genre de fraternité s'est produit en plus d'un endroit, partout où la proximité des postes le permettait et que nos grands chefs, nos dirigeants, ne s'illusionnent pas : s'il n'y avait pas eu entre les tranchées une distance raisonnable, s'il n'y avait pas eu une barrière de fils de fer épineux c'est partout que les mains se seraient tendues, preuve entre mille que cette horrible guerre a été déchainée contre le consentement des peuples.

Commenter  J’apprécie          250
RChris   09 novembre 2018
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 : Edition du centenaire de Louis Barthas
Si nous souffrions ainsi stoïquement sans plaintes inutiles, qu'on ne vienne pas raconter que c'était par patriotisme pour défendre le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, pour que ce soit la dernière guerre et autres balivernes, c'était tout simplement par force, parce que victimes d'une implacable fatalité on devait subir son sort, chacun sachant bien que pris dans les dents terribles d'un formidable engrenage il serait broyé à la moindre tentative de velléité de révolte. Et perdant notre dignité , notre conscience humaine, nous n'étions que des bêtes de somme avec comme elles leur passivité, leur indifférence, leur hébétude.
Commenter  J’apprécie          210
Villoteau   04 novembre 2012
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 de Louis Barthas
Un soir en rentrant du travail, nous trouvâmes autour de l'abri une trentaine de jeunes gens, engagés volontaires ou forcés des classes 17 et 18 non encore appelés. Maigres, imberbes, pâles, le regard effronté, le verbe haut insolent du Gavroche parisien, c'était comme on dit des gars "dessalés", malgré que quelques-uns aient des figures de jeunes filles ou de gamins de quinze ans. Quelques-uns venaient tout doit de la maison de correction, d'autres, garçons livreurs, avaient oublié de rapporter à leur patron l'argent de quelque client, certains employés de postes avaient eu l'indiscrétion de fouiller le contenu des lettres. L'un d'eux n'avait rien trouvé de mieux que d'enlever une demoiselle de quatorze ans qu'on ne voulait pas lui donner en mariage (...)
Commenter  J’apprécie          140
feanora   18 juillet 2014
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 : Edition du centenaire de Louis Barthas
Lorette! Nom sinistre évoquant les lieux d'horreur et d'épouvante, lugubres bois, chemins creux, plateaux et ravins pris et repris vingt fois et où pendant des mois, nuit et jour, on s'égorgea, se massacra sans arrêt, faisant de ce coin de terre un vrai charnier humain et cela par l'obstination criminelle de notre état-major qui savait bien qu'une décision ne pouvait sortir de cette guerre en détail, ces attaques par petits paquets; mais ils avaient imaginé cette guerre d'usure croyant bêtement que les Allemands seraient à ce jeu cruel usés les premiers.
Commenter  J’apprécie          90
feanora   18 juillet 2014
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 : Edition du centenaire de Louis Barthas
Accablé de fatigue et de sommeil, je m'accroupis un instant. J'étais appuyé au cadavre carbonisé et le mourant vint s'appuyer sur moi. Je dormis entre un mort et un agonisant; cela ne me faisait aucune sensation: soumis à certaines épreuves, le coeur perd toute sensibilité.
Commenter  J’apprécie          90
oran   17 août 2016
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 de Louis Barthas
1917

La guerre n'était plus considérée comme un fléau ; de temps en temps, on apprenait bien que le fils d'Untel ou l'époux d'Une Telle était mort déchiqueté, brûlé, assommé, étouffé par là-haut, dans les tranchées lointaines, mais ces morts inévitables étaient considérés comme la rançon de la prospérité générale en attendant la victoire finale.
Commenter  J’apprécie          60
Annette55   10 décembre 2013
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 de Louis Barthas
Toute la nuit ,on nous fit travailler â rendre ce boyau praticable et habitable,aux

premiéres lueurs de l'aube,â notre grande joie le ciel se couvrit de nuages bas qui enveloppèrent la cote 304 d'un voile opaque qui masqua à l'ennemi notre vue

toute la journée.
Commenter  J’apprécie          50
oran   17 août 2016
Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918 de Louis Barthas
Ces lieux étaient particulièrement infestés de rats qui venaient suivant leur habitude cambrioler nos musettes et la nuit promener leur museau, leurs pattes, leur queue sur nos figures.

On conçoit le dégoût que nous inspirèrent ces détestables rongeurs quand nous nous aperçûmes qu'ils avaient leur domicile dans un cimetière de soldats allemands qui était à proximité.

L'emplacement de chaque tombe était taraudé par leurs galeries et l'odeur infecte qui s'échappait de ce cimetière ne laissait aucun doute que ces rats dévoraient ces cadavres quand le contenu de nos musettes et les déchets divers d'une troupe stationnée ne suffisaient pas à leur nourriture.

Le jour, ils vivaient avec les morts et la nuit avec les vivants, avec nous, charmants voisinages !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-49813

est un dessert composé de sorbet citron arrosé de vodka?

Brigadier
Capitaine
Caporal
Colonel
Lieutenant
Major
Soldat

7 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : armée française , grades , associations d'idéesCréer un quiz sur cet auteur