AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 100 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Proulxville , le 26/06/1959
Biographie :

Louis Hamelin est un romancier québécois.

Il poursuit des études à l’Université McGill où il obtient un baccalauréat en sciences de l’agriculture en 1983. Il obtient ensuite une maîtrise en études littéraires à l’UQAM en 1990.

C’est à partir de ce moment qu’il se consacre à l’écriture. En 1989, Louis Hamelin se voit décerner le Prix du Gouverneur général pour son premier roman, intitulé "La rage".

Chroniqueur littéraire au "Devoir" et à "Ici Montréal", ses textes sont publiés en 1999 aux Éditions du Boréal, sous le titre "Le voyage en pot : chroniques, 1998-1999".

Depuis le début des années 1990, il a collaboré à une quinzaine de journaux et de revues, participé à de nombreuses rencontres, événements culturels et lectures publiques, tout en publiant neuf livres.

Critiques et public s’accordent aujourd’hui pour dire que Louis Hamelin occupe une place de choix dans l’univers littéraire québécois.

En 2010, il publie "La Constellation du lynx", qui remporte successivement le Prix littéraire des collégiens, le Prix des libraires du Québec, le Grand Prix littéraire de la Presse québécoise et le prix Ringuet, en 2011.

Louis Hamelin a été responsable des relations avec les nations autochtones pour le groupe l’Action boréale.
+ Voir plus
Source : www.editionsboreal.qc.ca
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La collection « L'Oeil américain » est un lieu ouvert au nature writing, aux aventures de la littérature dans la richesse du monde sauvage. Elle est dirigée par le romancier Louis Hamelin. « L'expression de notre américanité littéraire, de cette part de notre imaginaire collectif qui appartient en propre au continent américain, appelait une telle collection. C'est une question de territoire. Une situation géographique comme la nôtre, privilégiée quant au rapport à la nature sauvage, a forcément produit des écrivains proches du monde vivant. » (Louis Hamelin) Les trois premiers titres de la collection paraissent le 9 juin 2020. Pour en savoir plus, rendez-vous dans la section « Focus » de notre magazine web le Boréal Express : https://bit.ly/3eQwJm6.

+ Lire la suite

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Cannetille   16 juillet 2020
Les crépuscules de la Yellowstone de Louis Hamelin
Le monde compte aujourd’hui trois milliards d’oiseaux de moins qu’en 1970. Les populations de la plupart des espèces insectivores sont actuellement en chute libre. Celles des granivores incapables de s’adapter à nos immenses monocultures de maïs engraissées et déparasitées à coups de doses massives de produits chimiques le sont aussi.

D’après une estimation minimale, soixante-seize espèces de mammifères ont disparu depuis la fin du Moyen Âge. La Liste rouge établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature et mise à jour en 2018 établit que, toutes catégories confondues, vingt-six mille cent quatre-vingt-dix-sept espèces vivantes sont actuellement menacées d’extinction. La plupart des scientifiques s’entendent pour affirmer que la biosphère, vers le début de l’ère industrielle, est entrée dans une phase d’extinction massive, la cinquième depuis l’apparition de la vie sur terre, et la première à avoir pour cause principale l’activité humaine.
Commenter  J’apprécie          220
bilodoh   30 mai 2017
Autour d'Eva de Louis Hamelin
Cent trente-cinq mille kilomètres carrés de forêt publique où je suis libre comme l’air d’aller. Un autre 130 000 kilomètres carré d’eau douce avec tous les dorés et les brochets qu’il y a dedans. Cinquante mille orignaux et 800 000 caribous pour remplir mon congélateur. Trois millions de perdrix pour mon souper. Des millions de framboises et de bleuets pour mettre dans mes céréales. Assez de pleines lunes et de couchers de soleil pour économiser 500 paires de billets de spectacle et l’abonnement au câble. Et si j’ajoute à ça tout le ciel qui s’étend entre le pôle Nord et la frontière des États-Unis, et les vols d’outardes et d’oies blanches qui vont avec, oui, monsieur. Je calcule que je suis riche.



(p. 105)
Commenter  J’apprécie          160
bilodoh   01 juin 2017
Autour d'Eva de Louis Hamelin
Et n’oubliez jamais que, si vous abordez chaque journée comme si c’était la dernière de votre vie, vous allez avoir raison un jour.



(p. 151)
Commenter  J’apprécie          120
bilodoh   02 juin 2017
Autour d'Eva de Louis Hamelin
Dans l’imaginaire de la classe moyenne (bungalow profile, comme dirait le père d’Éva), le client type du Loup Blanc est un vivoteur, un songe-creux et un pelleteux de ouate-the-fuck, le genre d’écrivaillon arrosé d’obscures bourses de création censées l’encourager à triturer ses méninges encroûtées par l’abus de cannabis.



(p. 46)

Commenter  J’apprécie          100
domisylzen   07 août 2015
Le joueur de flûte de Louis Hamelin
J'ai six ans. Ma mère me lit la légende du Joueur de flûte de Hamelin dans ma chambre. Sa voix devient un instrument magique, je m'endors en voyant défiler, sous mes paupières, le cortège des enfants et des rats.

Commenter  J’apprécie          80
domisylzen   10 août 2015
Le joueur de flûte de Louis Hamelin
L'odeur qui s'échappait du camion aurait pu suffire à réveiller les morts de tout un cimetière, mais pas ma mère, dont la voiture reposait en plein champs, ratatinée comme un accordéon ayant expiré sa dernière note.

Commenter  J’apprécie          60
Cannetille   16 juillet 2020
Les crépuscules de la Yellowstone de Louis Hamelin
Mon hôtel, le Best Western Plus, surgissait avec autant de grâce qu’un amoncellement de parpaings d’un océan d’asphalte composé de parkings engorgés de poids lourds – dont les omniprésents camions-citernes – et de pick-up – presque tous blancs, ainsi qu’il sied à des véhicules de fonction destinés à promener les logos des compagnies – à perte de vue, et de voies de communication trop larges pour pouvoir être appelées « rues », dont émergeaient, dans un indescriptible désordre, d’innombrables entrepôts de toutes tailles mêlés à des immeubles – commerces, bureaux, appartements neufs de trois pièces à deux mille huit cents dollars par mois – avec lesquels ils avaient tendance à se confondre pour donner cette dantesque bouillie architecturale comme spontanément dégueulée par quelque monstre arachnéen dépourvu de cerveau.

Et tout ça démesurément espacé, éclaté, fragmenté, isolé, aux antipodes d’une densité habitée, comme un univers en expansion où chaque bâtiment était une étoile lancée sur sa propre course centrifuge et séparée des autres par des abîmes de vide cosmique. (…)

Je ne désirais plus qu’une chose : me garer quelque part et courir aux abris. Et c’était peut-être l’idée, la raison d’être de cette mer de goudron où il fallait rouler, se stationner ou crever. Je ne me demandais pas comment les humains réussissaient à y vivre, mais bien : où est-ce qu’ils vivent, au juste ?

En cherchant mon chemin à travers ce tissu urbain qui rappelait le jeu de construction d’un enfant enragé, j’ai fait l’expérience de me déplacer dans un lieu que n’illuminait pas la moindre idée. Je n’arrivais pas à diriger mes yeux vers quelque chose qui ne fût pas artificiel et d’une agressive fonctionnalité. Les lampadaires dominaient dans une écrasante proportion la végétation survivante constituée de minces bandes de gazon, d’étiques rangées d’arbres et de buissons rarissimes. Mais ne pas renoncer à l’espoir de voir briller la faible flamme d’un atome de beauté au fond de la fourmilière, n’était-ce pas déjà un signe de folie ? Si on avait confié à une agence de pub la tâche d’afficher l’avidité nue à la face du monde entier, elle n’aurait pu faire mieux que Williston. À Las Vegas, il y a au moins le jeu, l’étincelle du pari. Ici, la misérable transhumance de la version hyper moderne des losers de Steinbeck n’est le terreau que de l’ordinaire fleur noire du désir étiolé : prêt usuraire, prostitution, psychotropes et flacons de pilules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cannetille   16 juillet 2020
Les crépuscules de la Yellowstone de Louis Hamelin
N’avais-je pas eu tendance, ces dernières années, à me braquer de plus en plus, avec un zèle aussi jubilatoire que jouissif, contre tout ce qui m’apparaissait nouveau et menaçait, de ce fait, la pérennité du monde tel que je l’avais connu et dont une des moindres qualités n’était pas de m’avoir vu naître et grandir ? Réseaux sociaux, innovations technologiques, nouvelles revendications de minorités toujours plus minoritaires, indifférenciation sexuelle assumée jusqu’à la confusion des genres, cours de catéchèse LGBTQ+ à l’école et autres dérives politiques et tendances culturelles lourdes sur lesquelles la masse, dans sa quête désespérée d’individuation, fondait à la vitesse du faucon pèlerin en piqué s’apprêtant à frapper et plumer un autre pigeon : il est un fait que plus grand-chose ne trouve grâce à mes yeux.
Commenter  J’apprécie          30
sweetie   13 février 2021
Les crépuscules de la Yellowstone de Louis Hamelin
Le wapiti prend tout son temps pour détaler, trotter majestueusement jusqu'à la rive, puis entrer dans le fleuve et s'éloigner à la nage, son gigantesque panache étalé sur l'eau comme une forêt à la dérive.
Commenter  J’apprécie          40
Cannetille   16 juillet 2020
Les crépuscules de la Yellowstone de Louis Hamelin
Depuis que les technologies combinées de la fracturation hydraulique et du forage horizontal avaient fait du Bakken le nouveau Klondike des compagnies pétrolières, environ dix mille puits avaient été forés. La grande plaine où paissaient autrefois les bisons s’était couverte de derricks hochant leurs familières « têtes de chevaux » pour pomper un million deux cent mille barils par jour équivalant à 12,5 % de la production totale des États-Unis. (…)

Lui-même, qui pouvait avoir trente ans, était originaire de la vallée de la Cheat River en Virginie-Occidentale, région montagneuse dont ses ancêtres venus d’Irlande avaient coupé les immenses résineux à la hache et au godendard pour de prospères industriels new-yorkais au tournant du XXe siècle. Après avoir rasé la forêt, on avait éventré les montagnes, et les fils de ces bûcherons s’étaient retrouvés mineurs de charbon au pays des hillbillies. Leur petit-fils, qui me faisait la conversation pendant que la voix douce et feutrée d’une agente de bord nous intimait de nous préparer à l’atterrissage, étudiait dans l’Est pour obtenir, je le cite, un « bachelor of Science in Business » de Penn State Beaver. Endetté jusqu’au cou et suivant la voie tracée par ses aïeux, il venait participer au pillage d’une autre ressource naturelle pour rembourser mononcle Sam.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
170 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur