AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.67 /5 (sur 269 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 02/08/1920
Mort(e) à : Suresnes , le 28/01/1997
Biographie :

Louis Pauwels est un journaliste et écrivain français.

Il commence sa carrière littéraire en écrivant "Le jour des révélés" (1941), resté inédit, et en publiant dans de nombreuses revues littéraires françaises mensuelles dès 1946 (Esprit, Variété, etc.) durant les années 1950.

À la Libération, il participe à la fondation de "Travail et Culture" en 1946 (proche du PCF, destinée à la culture des masses, dont il est le secrétaire), puis entre dans les groupes Gurdjieff en 1948 pour quinze longs mois, à l'issue desquels il devient rédacteur en chef de "Combat" en 1949 et éditorialiste au quotidien "Paris-Presse".
Il publie pendant cette période plusieurs romans, dont le très remarqué "L'amour monstre" (1955), qui sont considérés comme des romans d'avant-garde, malgré leur style plutôt classique. "L'amour monstre" reçut des voix au Prix Goncourt 1955 et est cité par Serge Gainsbourg dans sa célèbre chanson "Initials B.B.".

Avec Jacques Bergier (rencontré en 1954 alors qu'il était directeur littéraire de La Bibliothèque Mondiale), il écrivit en 1960 "Le Matin des Magiciens", et en 1970 la suite interrompue de "L'Homme éternel". Toujours avec Bergier (ainsi que François Richaudeau), il fonde en octobre 1961 la revue bimestrielle "Planète". "Le Matin des Magiciens" et son prolongement périodique, la revue "Planète", valent à Louis Pauwels la célébrité et créent un engouement en France pour le paranormal, les civilisations disparues et les mystères de la science.

Louis Pauwels arrête "Planète" au début des années 1970. Il se concentre alors sur une nouvelle revue, "Question de", orientée uniquement sur la spiritualité. Parallèlement il rédige de nombreux articles pour "Le Journal du dimanche" en 1975-1976. En 1977, il dirige les services culturels du "Figaro", où il établit les bases du "Figaro Magazine", hebdomadaire dont il prend la tête jusqu'en 1993.

Louis Pauwels est le père de Marie-Claire Pauwels, journaliste qui obtint le Prix Roger-Nimier en 2003 pour "Fille à papa", une biographie de son père. En 1956, il épouse en secondes noces l'actrice Élina Labourdette (1919-2014).

Le Prix Louis Pauwels récompense annuellement un essai sur des questions de fond de société, en mémoire du journaliste et essayiste.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Louis Pauwels   (90)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo

Littérature
Emission publique présentée par François-Régis BASTIDE consacrée à la littérature en compagnie des critiques Alain BOSQUET, Luc ESTANG, Matthieu GALEY et Bernard PINGAUD. Les intermèdes musicaux sont interprétés à la guitare par Romano. - début : courrier des auditeurs - à 06'15" : "Le Matin des magiciens" co-écrit par Louis PAUWELS et Jacques BERGIER, "introduction au réalisme...
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
Louis Pauwels
Epictete   01 octobre 2014
Louis Pauwels
S'il suffisait de s'installer en position du lotus pour accéder à l'illumination, toutes les grenouilles seraient des Bouddhas.
Commenter  J’apprécie          360
Lamifranz   16 mai 2022
Histoires magiques de l'histoire de France - Intégrale de Louis Pauwels
L’étrange concert



Nous sommes à Paris le 2 juin 1925, il est 10 heures du matin. Un étudiant en médecine de 24 ans, Jean Romier, est assis sur un banc dans le jardin du Luxembourg quand un vieillard, vêtu d’ une vieille redingote, engage la conversation. Les deux hommes viennent, par hasard, à s’ entretenir de musique et le vieillard se révèle un passionné de Mozart. L’ étudiant lui explique que les places de concert sont chères quand le vieillard lui propose, après avoir sympathisé, de venir écouter chez lui le petit orchestre de musique de chambre qu’il a créé avec des amis et de la famille. Jean Romier accepte avec joie la proposition d’ Alphonse Berruyer et ils se donnent rendez-vous le vendredi suivant rue de Vaugirard, au troisième étage gauche. Quelques jours passent et Jean Romier sonne à l’ adresse indiquée, Alphonse vient lui-même lui ouvrir. Il l’ invite à entrer et le présente à toute la famille.

-“Voici mon petit fils André qui se prépare à entrer à l’ Ecole Navale. Voici mon autre petit fils Marcel, qui fait son droit. Et mon neveu, qui va entrer dans les ordres…”

Tout le monde se montre souriant et chaleureux, pourtant l’ étudiant éprouve une curieuse impression. L’ éclairage est au gaz, l’ appartement vieillot et le style rococo. De plus la famille Berruyer est habillée d’ une façon étrangement démodée. Ces gens charmants lui semblent appartenir à une autre époque.

Le concert a lieu, ces amateurs jouent admirablement et Jean Romier se délecte en écoutant Mozart. Au bout d’ un moment, Jean s’ aperçoit qu’il est minuit passé et il se retire. Il est à peine dans la rue qu'il veut allumer une cigarette et s’ aperçoit qu’il a oublié son briquet chez ses nouveaux amis. Aussitôt, il regrimpe les trois étages et sonne. Pas de réponse. Il sonne toujours sans plus de résultat et s’ étonne :

- “Il est impossible qu’ils soient déjà couchés !”

Alarmé le voisin de palier, en pyjama, crie :

-“Alors c’ est bientôt fini ce boucan ? que faites-vous là ? Qui demandez-vous ?”

-“ Je sonne chez les Berruyer” répond Jean.

L’ autre explose et lui rétorque que Monsieur Berruyer est mort depuis bientôt vingt ans et que cet appartement est vide. Le jeune homme surpris lui répond :

-“Mais c’ est impossible, j’ y ai passé la soirée !”

Le voisin lui répète qu’ il n’ y a personne et se met à hurler :

- “Au voleur, au voleur !!!”

Avec tout ce remue-ménage le concierge se réveille, accourt et demande des explications. Le locataire, qui a ameuté l’ immeuble, explique qu’il vient de mettre la main sur un cambrioleur et tout le monde se rend au commissariat. Là, Jean Romier affirme qu’il n’ est pas un voyou, qu’il est étudiant en médecine et que son père est lui même médecin. On appelle donc le docteur Romier qui s’ étonne d’ apprendre que son fils se trouve dans un poste de Police :

-“Je sais qu’il devait aller entendre hier soir un concert d’ amateurs rue de Vaugirard et je ne comprends pas votre histoire d’ appartement vide. J’ arrive de suite…”

En attendant, Jean raconte toute sa soirée au commissaire. Le concierge intervient et apprend au policier que le logis appartient aujourd’hui à l’ arrière-arrière-petit-fils, monsieur Mauger et donne ses coordonnées téléphoniques. Le lendemain matin, le commissaire parvient à joindre monsieur Mauger, lui explique rapidement la situation et lui donne rendez-vous rue Vaugirard. Une demi-heure après, tout le monde est là, réunis sur le palier, quand Jean Romier commence à décrire avec précision le mobilier ainsi que les bibelots et tableaux qui se trouvent derrière cette porte. Le propriétaire ouvre et l’ étudiant est saisi : cet endroit si vivant la veille est, ce matin, glacial, couvert de poussière et sent le moisi. Soudain, Jean aperçoit plusieurs portraits au mur et cite devant les témoins les noms des personnages représentés ainsi que la nature de leurs études . Monsieur Mauger pâlît, considère le jeune homme avec stupeur, et en effet, confirme que le futur élève de l’ école navale était mort amiral, que celui qui faisait son droit était devenu avocat et que le futur séminariste était mort missionnaire en Afrique. Puis il se met à trembler et se souvient maintenant que son grand père lui avait parlé de concerts organisés ici par son grand-père Alphonse Berruyer.

Une émotion oppressante gagne tout le groupe quand Jean, figé, découvre son briquet déposé sur un guéridon couvert de poussière….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
colimasson   27 février 2014
PLANETE - - 18 de Louis Pauwels
Pour [Freud], le rêve est lié à la sexualité, c’est l’expression d’un désir accompli ou refoulé, avec toutes les variantes qui séparent ces deux extrêmes ; pour [Jung], la sexualité n’étant pas la forme élémentaire de tout désir, comme nous l’avons rappelé au début de notre étude, le rêve est « l’autoreprésentation, spontanée et symbolique, de la situation actuelle de l’inconscient ». Il peut exprimer un courant de la libido à un moment donné, une aspiration profonde de l’individu, un drame intime, qui ne sera pas nécessairement d’ordre sexuel.
Commenter  J’apprécie          200
Louis Pauwels
Medieviste   25 octobre 2019
Louis Pauwels
Dans un monde totalitaire, le "fou", c'est celui qui a tout perdu sauf la raison.
Commenter  J’apprécie          190
Louis Pauwels
Moccha   14 juillet 2020
Louis Pauwels
L'enfance trouve son paradis dans l'instant. Elle ne demande pas du bonheur. Elle est le bonheur.
Commenter  J’apprécie          160
Louis Pauwels
gouelan   01 octobre 2016
Louis Pauwels
Quand on dit : soixante ans, entendez : sois sans temps.
Commenter  J’apprécie          161
Louis Pauwels
Caliban   04 août 2019
Louis Pauwels
Elle était assise par terre dans la salle de bains . Elle se mettait du vernis orange sur les ongles des pieds . Au creux de son épaule maigre, comme elle tendait le cou, les petits muscles saillaient en éventail . Elle vieillissait en se desséchant . Il y avait de plus en plus de taches brunes sur ses mains courtes et dures . Mais, par l'échancrure de la chemise de nuit, je voyais ses petits seins que l'ombre arrondissait, et qui restaient juvéniles . J'allais passer dans mon bureau . D ésormais, je me après elle, attendant que le sommeil m'abatte .

Elle a replié une jambe et mon regard a glissé entre ses cuisses .Une douloureuse bouffée de désir m'a secoué et je me suis redit qu'elle faisait seule notre malheur, par avarice d'elle-même .

Nous avions repris encore une fois la conversation qui, naguère, nous faisait trembler et maintenant ne l'empêchait pas de se vernir les ongles . Nous mettions de l'acharnement à constater notre échec . C'étaient les seuls propos qui nous rapprochaient . Parler de rupture nous faisait parler de nous deux . C'était notre dernière façon de nous sentir couple .Et pourtant, des images du plaisir couraient dans mon sang, m'engorgeaient . Cela me rendait encore plus froidement méchant . Non, ce n'était plus possible, mieus valait se séparer .

-- Ce ne serait pas très intelligent, disait-elle .

---- Oh ! tu sais, l'intelligence, ce n'est pas forcément d'endurer des compromis .

Et d'ailleurs, j'avais fini par savoir qu'elle n'était pas intelligente . Elle avait eu de la grâce, du pétillement d'esprit . Mais la grâce, sans la vraie intelligence, passé quarante ans, devient grimaceries .

Elle disait aussi :

--Tu ne cois pas que tu le regretteras?

----Si . Matériellement .

Je savais bien que je souffrirais dans mon âme et ma chair en divorçant . Seulement, j'avais pris l'habitude de dire des choses terribles, pour me venger .



|[Deux premières pages de "La confession impardonnable "de Louis Pauwels,paru en 1972 au Mercure de France et que je voudrais bien réussir à introduire sur Babélio ! ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
colimasson   07 août 2014
PLANETE - - 18 de Louis Pauwels
Le seul sens de l’existence humaine est d’allumer une lumière dans les ténèbres de l’être pur et simple. Il y a même lieu de supposer que, tout comme l’inconscient agit sur nous, l’accroissement de notre conscience a, de même, une action en retour sur l’inconscient.
Commenter  J’apprécie          140
colimasson   07 mars 2014
PLANETE - - 18 de Louis Pauwels
Tel un prophète de l’Ancien Testament, [Freud] a entrepris de renverser de faux dieux, de tirer le rideau qui voilait un tas de malhonnêtetés et d’hypocrisies et de mettre en pleine lumière, sans aucune pitié, la pourriture de l’âme contemporaine. Il n’a pas eu peur d’assumer l’impopularité d’une telle entreprise. Se faisant, il a donné à notre civilisation un élan nouveau qui consiste dans sa découverte d’un accès à l’inconscient.
Commenter  J’apprécie          130
colimasson   05 août 2014
PLANETE - - 18 de Louis Pauwels
Peu importe ce que le monde pense de l’expérience religieuse ; celui qui l’a faite possède l’immense trésor d’une source de vie, de sens et de beauté, qui donne au monde et à l’humanité une splendeur nouvelle.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature française

L'homme qui rit

Honoré de Balzac
Victor Hugo
Stendhal
Gustave Flaubert

15 questions
1497 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , auteur françaisCréer un quiz sur cet auteur