AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.23 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Ingénieure agronome avec une spécialité en nutrition, elle travaille depuis dix ans dans les secteurs de l’agriculture, de l’alimentation et de l’écologie.

Consultante et formatrice, elle intervient régulièrement dans des séminaires en lien avec l'écologie. Elle a écrit plusieurs livres en lien avec

Elle est autrice ou co-autrice de plusieurs livres sur les thèmes de l'alimentation, l'écologie, la permaculture et la responsabilité sociale des entreprises : La part de la terre : l'agriculture comme art (Delachaux et Niestlé, 2014), Permaculture au quotidien (Terre Vivante, 2018), Le régime planétaire (La Plage, 2020)

Elle publie son premier roman "La dislocation" aux éditions Harper Collins le 26 août 2020.


Ajouter des informations
Bibliographie de Louise Browaeys   (15)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
Cancie   01 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Elle n'est pas inerte, la nature, elle est vivante et déchaînée ! Notre monde a déclaré la guerre à la nature. Tu comprends ? J'ai un sentiment d'impuissance face à l'ampleur de la menace. J'ai peur de ce qui vient et de ce qu'Aurélien devra vivre, je me sens découragé devant les souffrances, le pillage, l'atteinte aux générations futures, l'engourdissement psychique et la surdité face à l'état de notre monde...
Commenter  J’apprécie          400
Cancie   05 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
J'ai remarqué que dans les moments de joie ou de douleur, dont les effets sont, somme toute, assez proches : on pleure, on sue, on parle tout haut, on tourne en rond dans sa chambre, on lève les bras au ciel, on se pince les cuisses, et bien qu'une joie soit plus difficile à communiquer qu'une douleur, on ne sait pas dans l'immédiat si on doit garder cette sensation si multiple pour soi seule, jalousement, ou si l'on doit la partager, au risque d'atténuer son effet car il faudra parler, la communiquer à l'extérieur, et en quelque sorte sauter dans le vide à pieds joints et les yeux fermés.
Commenter  J’apprécie          360
Cancie   31 août 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Ses yeux dorés étaient comme deux jeunes abeilles, qui tantôt me considéraient avec intérêt et tantôt semblaient chercher un pollen plus sucré ou simplement plus accessible.
Commenter  J’apprécie          350
Cancie   02 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Je comprenais qu'il y avait sur un corps (comme sur la Terre) des zones plus sensibles dont la fonction première est d'être cultivées : c'est-à-dire de recevoir des baisers. Il faut les traquer et les chérir ; on pourrait passer une nuit à les chercher sans relâche.
Commenter  J’apprécie          290
Cancie   29 août 2020
La dislocation de Louise Browaeys
N'oublie pas de boire de l'eau, dit toujours K. Il faut nourrir le cycle de l'eau. Toute cette eau que j'ai bue a dû sédimenter dans mes estuaires et aider à dénouer des choses. À liquéfier les caillots de sang, à accompagner les poussées de sève. J'ai des phrases entières qui me reviennent, comme des guirlandes surgies d'un passé où j'étais continuellement allongée. À moins que ce passé n'existe pas, lui non plus ? Je finis par douter de tout. Comme si l'eau que j'avais bue était allée chercher ces phrases d'une façon ou d'une autre au fond d'une nappe phréatique.
Commenter  J’apprécie          280
Cancie   06 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Le passé est un géant qui grandit à mesure que nous rapetissons - jusqu'à disparaître ;
Commenter  J’apprécie          291
Cancie   05 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Le désir se nourrit d'une lumière dont la source demeure invisible.
Commenter  J’apprécie          280
Cancie   29 août 2020
La dislocation de Louise Browaeys
K dit qu'il faut choisir les jours de pluie pour sortir. La pluie fait selon lui comme un voile opaque qui empêche de voir la réalité en face. Et ne pas voir la réalité a beaucoup de bénéfices dont celui de pouvoir se concentrer sur ses souvenirs, à l'intérieur, et les dérouler en toute tranquillité. La pluie implique un repli en soi-même.
Commenter  J’apprécie          250
Cancie   06 septembre 2020
La dislocation de Louise Browaeys
Les phobies sociales, les troubles anxieux, la dépression et les dépendances ont explosé, tu comprends... les guerres, le terrorisme, la crise écologique, tout cela aggrave l'anxiété des gens. On se demande tous, à un certain moment : vais-je perdre mon travail, mon toit et l'eau courante ? Mes enfants vont-ils tomber malades les uns après les autres ? La Terre va-t-elle entièrement brûler avec nous ? Vais-je finir à l'abattoir comme un veau, à la casse comme une vieille voiture ou à la décharge sous des monceaux de plastique ?
Commenter  J’apprécie          214
Eve-Yeshe   21 août 2020
La dislocation de Louise Browaeys
J’ai des phrases entières qui me reviennent, comme des guirlandes surgies d’un passé où j’étais continuellement allongée. À moins que ce passé n’existe pas, lui non plus ? Je finis par douter de tout.
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'Odyssée d'Homère

Ou est partit Ulysse ?

En grèce
A Paris
A Troie
En Italie

5 questions
85 lecteurs ont répondu
Thème : L'Odyssée de HomèreCréer un quiz sur cet auteur

.. ..