AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3 /5 (sur 4 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , le 30/11/1957
Biographie :

Louise Deschênes est née à Québec en 1957. Elle travaille comme bibliothécaire à la Bibliothèque nationale du Québec

Source : Pleine Lune
Ajouter des informations
Bibliographie de Louise Deschênes   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Lali   21 janvier 2013
L'âge de toutes les peurs de Louise Deschênes
À l’école

on n’apprend pas à lire

les visages

leurs broussailles secrètes

à conjuguer

lueurs et vertiges

la peau

gravée

sans qu’on le sache

d’une peine plus grande

que nature



On n’apprend pas

la géographie du silence

plus amère

que la langue du temps

qui passe

sans que les visages

dans leur tanière

puissent respirer

d’avoir été nommés

du nom précis de leur attente
Commenter  J’apprécie          100
Lali   25 janvier 2013
L'âge de toutes les peurs de Louise Deschênes
Les questions sont encore des oiseaux

elles rêvent des pays

où le soleil

ne se cache pas

derrière les mots

où la nuit

respire

du souffle des fées



Mes questions se brisent

au mur de l’impatience

à la vérité tavelée

se parent

d’une lassitude contagieuse

que nul mot

ne peut guérir
Commenter  J’apprécie          90
Lali   22 janvier 2013
L'âge de toutes les peurs de Louise Deschênes
Il faut tant de temps

de patience

pour survivre

au rêve brisé d’une autre



Des miettes d’amour

sur la peau

je marche

au rythme d’une seule pensée :



À quel moment ma chute

a commencé
Commenter  J’apprécie          80
Lali   23 janvier 2013
L'âge de toutes les peurs de Louise Deschênes
À pas comptés, le temps

rumine

écueils et rivages



Quelle est cette langueur

qui m’accompagne

cette chaleur perdue

Mon sang s’écoule

raz-de-marée dans le silence



Trop près des autres

j’écoute l’écho des pas

Mon indifférence est feinte

J’appelle l’amour sans conditions

la nuit escale

où jeter le peu de mon corps
Commenter  J’apprécie          50
Lali   24 janvier 2013
L'âge de toutes les peurs de Louise Deschênes
Je suis fidèle

à la loi des mots

qui se greffent à mon corps

comme une sépulture

d’avant le temps



Je me méfie, ô combien

de cette langue triste

brumeuse et inquiétante

des pays

où je n’ai pas dormi
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   09 juin 2021
Porte dérobée de Louise Deschênes
La mémoire existe-t-elle hors de ce chemin…







La mémoire existe-t-elle hors de ce chemin ombré

    d’arbres et de murmures ?

Comme lucioles au fond des bois éclairent la folle nuit.

Cette folie a un nom, un seul. Penser à toi est déjà te

    perdre.

Te chercher, puisque tu n’existais pas, ailleurs que

    dans ce mystère.

Des vagues grondent, je remonte les mers sans te

    voir.

Tu dors, petit crabe aux yeux de sable.
Commenter  J’apprécie          00
Lali   05 juillet 2015
Porte dérobée de Louise Deschênes
N’avoir plus le droit à l’émoi. Le craindre, l’appeler sans voix, l’inventer timidement.



Le pleurer sans relâche. Puisqu’il n’éclaire que lui-même.



Entrer dans le souvenir par la porte dérobée.



La voix viendra-t-elle désenfiler la peur de perdre?
Commenter  J’apprécie          00
Lali   05 juillet 2015
Porte dérobée de Louise Deschênes
Quelle heure est-il? Ai-je dit un mot de trop?



Quelle est cette inquiétude qui ne tient à rien, qui épouse tous les miroirs?



L’histoire a-t-elle refusé sa fin?



La nuit, seulement, je peux la lire et pleurer d’avance l’agonie qu’elle avance.
Commenter  J’apprécie          00
Lali   05 juillet 2015
Porte dérobée de Louise Deschênes
Des mots qui plongent dans les remous, qui sont des remous.



Preuve tangible de ton obscur pouvoir. Si obscur qu’il était ignoré, même de moi.



Qui aime consent à la perte du temps. À la tyrannie des mots enroulés comme suaire.
Commenter  J’apprécie          00
Lali   05 juillet 2015
Porte dérobée de Louise Deschênes
Heure après heure, je compte hallucinée les visages qui ne sont pas le tien.



Ne le seront jamais,



Comme si cela n’avait pas de fin : cette lumière qui fuit, s’éteint et prive l’amour de son chemin.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Louise Deschênes (3)Voir plus