AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 124 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vroncourt-la-Côte , le 29/05/1830
Mort(e) à : Marseille , le 09/01/1905
Biographie :

Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte (Haute-Marne) et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, est une militante anarchiste et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste.

Louise Michel prendra des pseudonymes pour signer des articles. Dans ses Mémoires, elle écrit : "J'avais eu plusieurs fois l'occasion de remarquer qu'en jetant dans la boîte d'un journal quelconque des feuillets signés Louise Michel, il y avait cent à parier contre un que ce ne serait pas inséré ; en signant Louis Michel ou Enjolras, la chance était meilleure."

Préoccupée très tôt par l'éducation, elle enseigne quelques années avant de se rendre à Paris en 1856. Là, à 26 ans, elle développe une activité littéraire, pédagogique, politique et activiste importante et se lie avec plusieurs personnalités révolutionnaires blanquistes du Paris des années 1860. En 1871, elle participe activement aux événements de la Commune de Paris, autant en première ligne qu'en soutien. Capturée en mai, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie où elle s'éveille à la pensée anarchiste. Elle revient en France en 1880, et, très populaire, elle multiplie les manifestations et réunions en faveur des prolétaires. Elle reste surveillée par la police et est emprisonnée à plusieurs reprises, mais poursuit inlassablement un activisme politique important dans toute la France jusqu'à sa mort à l'âge de 74 ans.

Elle représente une figure importante de la Commune de Paris et de l'enseignement révolutionnaire des années 1860, et constitue encore aujourd'hui une personnalité influente dans la pensée révolutionnaire et anarchiste.


+ Voir plus
Source : Mémoires
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (129) Voir plus Ajouter une citation
Louise Michel
Alfaric   01 octobre 2015
Louise Michel
Notre plus grande erreur fut de n'avoir pas planté le pieu au cœur du vampire : la finance.
Commenter  J’apprécie          581
Louise Michel
sabine59   26 décembre 2019
Louise Michel
Hirondelle



Hirondelle qui vient de la nue orageuse

Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le moi.

Quelle brise t'emporte, errante voyageuse?

Écoute, je voudrais m'en aller avec toi,



Bien loin, bien loin d'ici, vers d'immenses rivages ,

Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,

Dans l'inconnu muet, ou bien vers d'autres âges,

Vers les astres errants qui roulent dans les airs.



Ah! laisse-moi pleurer, pleurer quand de tes ailes

Tu rases l'herbe verte et qu'aux profonds concerts

Des forêts et des vents tu réponds des tourelles ,

Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.



Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t'aime!

Je ne sais quel écho par toi m'est apporté

Des rivages lointains: pour vivre, loi suprême,

Il me faut, comme à toi, l'air et la liberté.



( Écrit en déportation, en Nouvelle-Calédonie...)
Commenter  J’apprécie          396
Louise Michel
Alfaric   17 octobre 2015
Louise Michel
CHANSON DES PRISONS (mai 1871)



Quand la foule aujourd’hui muette,

Comme l’Océan grondera,

Qu’à mourir elle sera prête,

La Commune se relèvera.



Nous reviendrons foule sans nombre,

Nous viendrons par tous les chemins,

Spectres vengeurs sortant de l’ombre,

Nous viendrons nous serrant les mains.



Les uns pâles, dans les suaires,

Les autres encore sanglants

Les trous de balles dans leurs flancs,

La mort portera les bannières.



Le drapeau noir, crêpe de sang ;

Et pourpre fleurira la terre,

Libre sous le ciel flamboyant.
Commenter  J’apprécie          360
palamede   24 novembre 2016
Poésies et Contes - LNGLD de Louise Michel
Hirondelle



Hirondelle qui vient de la nue orageuse

Hirondelle fidèle, où vas-tu ? dis-le-moi.

Quelle brise t’emporte, errante voyageuse ?

Écoute, je voudrais m’en aller avec toi,



Bien loin, bien loin d’ici, vers d’immenses rivages,

Vers de grands rochers nus, des grèves, des déserts,

Dans l’inconnu muet, ou bien vers d’autres âges,

Vers les astres errants qui roulent dans les airs.



Ah ! laisse-moi pleurer, pleurer, quand de tes ailes

Tu rases l’herbe verte et qu’aux profonds concerts

Des forêts et des vents tu réponds des tourelles,

Avec ta rauque voix, mon doux oiseau des mers.



Hirondelle aux yeux noirs, hirondelle, je t’aime !

Je ne sais quel écho par toi m’est apporté

Des rivages lointains ; pour vivre, loi suprême,

Il me faut, comme à toi, l’air et la liberté.
Commenter  J’apprécie          331
Louise Michel
pierre31   08 octobre 2018
Louise Michel
Plus l'homme est féroce envers la bête, plus il est rampant devant les hommes qui le dominent.
Commenter  J’apprécie          323
Louise Michel
Stockard   15 juin 2017
Louise Michel
Ce n'est pas une miette de pain, c'est la moisson du monde entier qu'il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.
Commenter  J’apprécie          200
Hulot   27 novembre 2019
LA COMMUNE de Louise Michel
C'est que le pouvoir est maudit, et c'est pour cela que je suis anarchiste.
Commenter  J’apprécie          192
colimasson   15 septembre 2013
Mémoires de Louise Michel
Au fond de ma révolte contre les forts, je trouve du plus loin qu’il me souvienne l’horreur des tortures infligées aux bêtes. […] On m’a souvent accusée de plus de sollicitude pour les bêtes que pour les gens : pourquoi s’attendrir sur les brutes quand les êtres raisonnables sont malheureux ? C’est que tout va ensemble, depuis l’oiseau dont on écrase la couvée jusqu’aux nids humains décimés par la guerre. La bête crève de faim dans son trou, l’homme en meurt au loin des bornes.
Commenter  J’apprécie          150
Belem   05 septembre 2013
Mémoires de Louise Michel
« J’ignore où se livrera le combat entre le vieux monde et le nouveau, mais peu importe : j’y serai. Que ce soit à Rome, à Berlin, à Moscou, je n’en sais rien, j’irai et sans doute bien d’autres aussi. Et quelque part que ce soit, l’étincelle gagnera le monde ; les foules seront debout, prêtes à secouer les vermines de leurs crinières de lions. »
Commenter  J’apprécie          150
Hulot   28 novembre 2019
LA COMMUNE de Louise Michel
Tout quartier pris par Versailles était changé en abattoir.



La rage du sang était si grande, que les Versaillais tuèrent de leurs propres agents allant à leur rencontre.
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..