AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Reims , le 17/06/1925
Mort(e) à : Rome , le 06/03/2001
Biographie :

Luce d’Eramo, nom de plume de Lucette Mangione, est une écrivaine italienne.

Née à Reims de parents italiens, elle vit en France jusqu’à ses quatorze ans, puis retourne avec sa famille en Italie. En 1944, elle s’oppose à son père – alors sous-secrétaire d’État de la République de Salò –, s’enfuit de chez elle et se porte volontaire pour rejoindre un camp de travail en Allemagne.

D’abord envoyée à Francfort, elle se rebelle contre ce qu’elle découvre et se retrouve déportée à Dachau. Après maintes péripéties, elle finit par s’évader et travaille sous une fausse identité dans un hôtel, à Mayence. Lors d’un bombardement des forces alliées, un mur s’effondre sur elle. Très gravement blessée et brûlée, elle survit miraculeusement.

Commence alors un périple à travers des zones dévastées par la guerre, au bout duquel Luce retrouve l’Italie, le 4 décembre 1945. Elle fait la connaissance et épouse Pacifico d’Eramo, de retour de l’expédition de Russie – où il a été blessé – et futur professeur de philosophie. Elle devient mère d'un fils en 1947. Elle passe une licence de lettres en 1951, puis en histoire et philosophie, en 1954. Elle ne cesse d’écrire aussi.

À partir de 1953, elle rédige notamment plusieurs textes qui reviennent sur son expérience durant la guerre et questionnent peu à peu la véracité de ses souvenirs. Cette recherche s’achève en 1979 avec la publication de "Le détour" ("Deviazione"). Le recueil crée la stupeur et devient un best-seller.

C’est le point de départ pour Luce d’Eramo d’un nouvel élan littéraire qui se concrétise dans les décennies suivantes par la publication de plusieurs romans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Luce d`Eramo   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

France Inter Il m’aura fallu un détour pour enfin découvrir Le Détour. Ce récit « histoire vraie » et de est une "attaque" tant le point de départ est stupéfiant... "Le détour" de Luce d’Eramo aux éditions Le Tripode. La chronique de Juliette Arnaud - (13 Février 2020 - Bertrand Usclat) Retrouvez toutes les chroniques de Juliette Arnaud dans « Par Jupiter ! » sur France Inter et sur https://www.franceinter.fr/emissions/...


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Litteraflure   24 mars 2020
Le détour de Luce d'Eramo
Le sifflement des oiseaux, avant l’aube, le bruissement des feuilles le soir, les cris excités des enfants mutilés et estropiés qui jouaient dehors avec une énergie barbare, tout et rien me serrait la gorge, me faisait monter les larmes aux yeux, me réchauffait, me remplissait d’un « oui » intime et diffus.
Commenter  J’apprécie          70
Romileon   28 mars 2021
Le détour de Luce d'Eramo
J'avais compris que je me trouvais en face d'esclaves et cela me donnait une force infinie, me libérait du besoin de riposter du tac au tac aux nazis comme s'ils avaient été responsables de leurs propres actes. Alors qu'ils ne l'étaient pas. Ils étaient les exécutants de ceux qui avaient désagrégé leur conscience à partir des années vingt, dans cette chute vertigineuse du mark qui avait mis sur le pavé des millions de petits épargnants ruinés, des millions de travailleurs allemands. Le tout était de ne pas se laisser impressioner par le ton autoritaire que les esclaves-tyrans se donnaient. C'était un masque derrière lequel il n'y avait rien? Il fallait les clouer à leur esclavage.
Commenter  J’apprécie          50
SebastienFritsch   17 mai 2020
Le détour de Luce d'Eramo
À présent je me demandais : si notre abrutissement, je l'ai imputé aux nazis, l'abêtissement des nazis à qui je dois l'imputer? Ils sont à leur tour les Untermenschen de qui? Ils se défoulent sur nous parce que nous leur avons été désignés comme sous-hommes ou plutôt, ils nous ont assumés comme tels. Mais eux, sont-ils des hommes libres ? Ils en sont réduits aux plus basses corvées de négriers, de geôliers, d'exterminateurs, de pillards, de tortionnaires et donc d'ultra sous-hommes. Pour le compte de qui? Il doit bien rester quelque part des gens qui ne font pas ces choses-là, sans qu'ils soient pour autant des victimes. Une humanité rien que de sous-hommes? Rien que d'esclaves-tyrans et d'esclaves-esclaves ou les premiers trient, embrigadent et surveillent les seconds? Un univers d'esclaves-victimes et d'esclaves-bourreaux? Impossible.

Réfléchissons.

[...]

J'avais compris que je me trouvais en face d'esclaves et cela me donnait une force infinie, me libérait du besoin de riposter du tac au tac aux nazis comme s'ils avaient été responsables de leurs propres actions. Alors qu'ils ne l'étaient pas. Ils étaient les exécutants de ceux qui avaient désagrégé leur conscience à partir des années vingt, dans cette chute vertigineuse du mark qui avait mis sur le pavé des millions de petits épargnants ruinés, des millions de travailleurs allemands. Le tout était de ne pas se laisser impressionner par le ton autoritaire que les esclaves-tyrans se donnaient.

C'était un masque derrière lequel il n'y avait rien. Il fallait les clouer à leur esclavage.

J'étais arrivée, à travers tant d'épouvantes et tant de coliques, à me convaincre qu'ils n'avaient aucun pouvoir sur moi si ce n'est celui que je leur donnais et je me suis réellement sentie soulagée. Je n'ai même pas été effleurée par le doute que mon diagnostic pouvait être subjectif. Pour moi, son objectivité était indiscutable, prouvée par ses effets sur mon esprit : je ne sentais plus ma peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Allaroundthecorner   18 septembre 2020
Le détour de Luce d'Eramo
Pendant les années fascistes de ma jeunesse, j’avais forgé une formule : vivre avec le courage du diable car Lucifer, lui seul, avait risqué le tout pour le tout. Petit à petit, j’avais affiné mon principe : prendre des risques était loin de suffire il fallait aussi se battre avec raison, pour un but juste et généreux, et mon expérience m’avait appris que le bien était toujours gagnant. Si, au premier abord, le mal avait du succès, c’était à cause des valeurs positives qui le rendaient efficace : sa charge de plaisir de vivre, son intelligence du monde, son absence de préjugés, sa hardiesse. Si, apparemment, le bien était opprimé, c’était à cause de sa torpeur, de son sentimentalisme, de son ignorance de la réalité. Il n’avait donc pas à pousser les hauts cris, après, quand il se décidait enfin, mais trop tard, à ouvrir les yeux : il avait manqué d’énergie, il n’avait pas été vraiment du bien mais seulement de la passivité.
Commenter  J’apprécie          30
Allaroundthecorner   17 septembre 2020
Le détour de Luce d'Eramo
C’est vrai, j’ai seulement dix-neuf ans mais je l’oublie toujours. Chaque fois que je m’en souviens, c’est comme une découverte. Sur le coup, je suis contente car je me vois toute une vie devant moi, mais aussitôt après, je deviens triste, l’avenir me panique, il me semble que je ne pourrai plus vivre après tout ça.
Commenter  J’apprécie          40
Allaroundthecorner   22 septembre 2020
Le détour de Luce d'Eramo
Que tout se soit passé ainsi, je l’ai nié ensuite à moi-même. Il m’a fallu arriver à cinquante ans pour reconnaître que j’avais été rapatriée. Après Vérone, j’ai pris l’habitude de raconter que j’avais été déportée à Dachau avec mes camarades à la suite de la grève, et j’ai fini par m’en convaincre. […] Mes souvenirs se rétrécissent. […] En 1961 seulement, année de « Sous les pierres » […], j’ai osé reconnaître ouvertement que je m’étais engagée volontaire dans un Lager. […] Et après, il m’a fallu encore quinze ans pour admettre que dans les Lager, j’y étais retournée de ma propre initiative.
Commenter  J’apprécie          30
Allaroundthecorner   23 septembre 2020
Le détour de Luce d'Eramo
[…] toujours est-il que mes souvenirs ne m’aidaient pas du tout. Ils en sont arrivés à se liguer ensemble contre moi pour m’empêcher de passer. C’était comme un embouteillage. Un épisode en tamponnait un autre, lequel en cabossait un troisième et ainsi de suite. Il en surgissait des nouveaux de partout, si bien que les positions respectives de chacun changeaient continuellement. Et puis, ils s’en prenaient à moi. Chacun d’eux prétendait être un souvenir authentique, contrairement à l’autre prétentieux d’à côté qui, poussé par mon imagination, voulait le doubler.
Commenter  J’apprécie          30
Chestakova   20 mars 2020
Le détour de Luce d'Eramo
Il était alors évident que même mon nouveau départ de Vérone ne pouvait tarder à m'apparaître. En fait, dès que j'eus l'esprit un peu désencombré, cet épisode s'imposa avec tant de violence qu'il m'absorba complètement. Tous les évènements refoulés, depuis la prison de Francfort, étaient là devant moi, nets, précis, sans problèmes: non seulement mon rapatriement et mes journées véronaises, mais peut être encore davantage ces douze semaines d'ébahissement continu devant la "normalité" de Dachau.

Et j'affrontai "la distorsion".
Commenter  J’apprécie          20
Dragnfly   19 mars 2021
Le détour de Luce d'Eramo
Je me répétais obsessionnellement "tout cela n'est pas normal", mais j'avais une sensation glaçante qui par moment m'ôtait tout espoir de m'en sortir : la société du K-Lager ne faisait que porter au paroxysme la sélection du monde extérieur, elle n'était pas une réalité autre, mais seulement une exaspération inouïe de l'ordre extérieur. [...]

Une constante se frayait un chemin dans ma tête : à Dachau comme à Francfort, des riches, des puissants, il n'y en avait pas.
Commenter  J’apprécie          20
Allaroundthecorner   25 septembre 2020
Le détour de Luce d'Eramo
— Au diable la littérature ! lui ai-je répondu, je veux savoir qui je suis, qui se niche dans ma peau. Depuis un demi-siècle que ça dure, tu comprends ?
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La vie de Château ( romans )

1924. Pierre Benoît me disait que j'étais jaloux de la " Châtelaine du ..... "

Gévaudan
Liban
Grésivaudan
Kazakhstan

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..