AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.01 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Ex Bari: Paris , le 5/06/1942
Biographie :

Luciano Canfora (né à Bari, Italie, le 5 juin 1942) est un philologue classique, un historien et l'un des plus grands spécialistes italiens de l'Antiquité.

Après une licence d'Histoire romaine, obtenue en 1964, puis une spécialisation en philologie classique à l'École Normale de Pise, il commença une carrière universitaire comme assistant en Antiquité, puis en littérature grecque.

Aujourd'hui il est professeur de philologie grecque et latine à l'Université de Bari et directeur scientifique de l'École Supérieure d'Études Historiques de Saint-Marin.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Luciano Canfora   (17)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Fifrildi   23 janvier 2019
La Véritable Histoire de la Bibliothèque d'Alexandrie de Luciano Canfora
Le bibliothécaire personnel de Sylla avait pour tâche de les dérouler sous les yeux de visiteurs, et il restait là à surveiller pendant que les visiteurs en prenaient éventuellement une copie. Mais ce bibliothécaire n'était pas incorruptible, et il est connu d'autre part que les savants sont prêts à toutes les bassesses pour mettre la main sur un livre convoité.
Commenter  J’apprécie          170
Fifrildi   23 janvier 2019
La Véritable Histoire de la Bibliothèque d'Alexandrie de Luciano Canfora
C'est ainsi que les bibliothèques royales naquirent dans toutes les capitales hellénistiques : non seulement comme facteur de prestige, mais aussi comme instrument de domination.
Commenter  J’apprécie          80
Fifrildi   23 janvier 2019
La Véritable Histoire de la Bibliothèque d'Alexandrie de Luciano Canfora
Juste après, il y avait la bibliothèque sacrée, au-dessus de laquelle était écrit OFFICINE DE L'ÂME.
Commenter  J’apprécie          70
lanard   12 octobre 2010
La nature du pouvoir de Luciano Canfora
p. 65

Un auteur de peu postérieur à Périclès (Aristote, l'auteur de la Constitution d'Athènes), et qui dépréciait le modèle Athénien, observe malicieusement qu'Athènes est au premier rang de toute la Grèce pour le nombre de festivités et de jours de fête. Et les fêtes signifient des animaux sacrifiés aux dieux, c'est-à-dire de la viande gratuite pour le peuple. Dans une société archaïque (et notoirement pauvre) cela aussi est une ressource politique essentielle.

En définitive, l'approbation du peuple n'était pas "achetée" mais obtenue par des moyens qui comportaient aussi une évidente utilité sociale. C'est sur ce solide consensus que Périclès a fondé sa suprématie, qu'il faisait confirmer régulièrement en se faisant élire stratège; et cela avec une continuité qui suggérait à Thucydide l'idée de princeps et à ses adversaires l'ombre terrifiante du "tyran". Tout le reste, qui apparaît à Thucydide comme ses qualités essentielles, en découle: sa parole à contre-courant; sa capacité d'affronter une baisse de popularité; "guider, plutôt que se laisser entraîner".

Au siècle suivant, Démosthène, lecteur attentif des livres de Thucydide, a voulu se poser en nouveau Périclès. Il parle à la manière de ce dernier et imite le style pédagogique de son art oratoire, mais il sait que désormais la corruption est appréciée au lieu d'être traînée devant les tribunaux; "Si l'on avoue sans détour que l'on vole, le peuple rit avec complaisance (Démosthène, Troisième philippique, 39). Le politicien corrompu, donc riche et donc puissant, suscite l'admiration et le désir de l'imiter: de faire comme lui et - sait-on jamais? - de devenir comme lui. La parole victorieuse, celle qui emporte l'adhésion de la "multitude", commençait à ne plus être indispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lilianelafond   14 mars 2018
La Démocratie comme violence de Luciano Canfora
AVANT-PROPOS

PAR

LUCIANO CANFORA











Il n’est pas possible de rendre compte de façon sommaire et satisfaisante des hypothèses suscitées par cet opuscule, parvenu jusqu’à nous parmi les œuvres de Xénophon sous le titre d’Athenaiôn Politeia, mais qui n’a certainement pas été écrit par lui. Il s’agit en réalité de la plus ancienne prose attique subsistante : la première voix à s’être exprimée dans la langue de Thucydide et de Platon est une critique sévère et lucide du système politique — la démocratie directe — qui fut caractéristique d’Athènes.



Alors que, dans les trente dernières années, la propension à donner un nom à cet auteur semble définitivement éteinte (la dernière tentative pour attribuer l’opuscule à Thucydide fut celle de Nestle en 1943), la question de la chronologie a été souvent reposée. On est passé d’un consensus général pour une datation correspondant aux premières années de la guerre du Péloponnèse (avec une préférence pour la période qui va de la mort de Périclès, 429 avant J.-C., à la représentation des Cavaliers d’Aristophane, 424) à des hypothèses plus archaïsantes, avec une préférence pour les années 40 du Ve siècle (Mazzarino) ; la tendance qui voudrait rapprocher l’époque de composition de cet opuscule de 411, l’année du sanglant coup d’état oligarchique à Athènes, reste isolée. La date la plus probable me semble être la période 429-424 avant J.-C. pour les raisons suivantes : 1) le tableau du personnel politique typique de la démocratie athénienne tracé par l’auteur paraît impliquer clairement que Périclès, figure imposante de dominateur de l’État « au-dessus » des partis, est mort ; 2) toute la partie de l’opuscule qui décrit comment les Athéniens se comportent en cas de guerre, montre justement qu’Athènes est en guerre lorsque l’auteur écrit, et qu’elle est aux prises avec une guerre qui a toutes les caractéristiques de la phase initiale de la guerre du Péloponnèse (dévastation de la campagne attique par les Spartiates, gêne des paysans, indifférence des marins).



Que l’opuscule soit en réalité un dialogue dont la subdivision des répliques s’était perdue dans la tradition (comme cela fut le cas, du reste, pour tant de textes scéniques athéniens), est une hypothèse formulée il y a plus d’un siècle par le philologue hollandais Carel Gabriel Cobet, qui signala les points du texte qui ne deviennent compréhensibles que si l’on pense à un dialogue. Cette hypothèse du dialogue a été reprise dernièrement par un savant américain, William Forrest, qui a observé que, tout au long de l’opuscule, chaque opinion est précédée de l’avis contraire, et qui en a déduit que nous sommes donc en face d’un débat entre un Athénien et un Spartiate, ou — comme le pensait Cobet — entre deux Athéniens d’opinions différentes. Dans cette traduction, on a tenté pour la première fois de reconstruire le dialogue de façon complète. La méconnaissance de la nature dialoguée de cet opuscule a aussi eu des répercussions sur sa présentation éditoriale. On a préféré en général conjecturer, tailler généreusement, bouleverser l’ordre habituel du texte, parce que celui-ci, tel qu’il était, semblait difficile, décousu, contradictoire : en réalité, tout s’éclaire si l’on admet qu’il y a deux locuteurs et que l’un contredit l’autre. J’ai désigné les interlocuteurs par les sigles A et B.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stefmet   01 mars 2014
1914 de Luciano Canfora
L'attentat finit par être au fond une sorte de manne venue du Ciel, un don de la Providence, permettant de faire cette guerre que tant de gouvernement - et peut-être tous les gouvernements - appelaient de leurs voeux.
Commenter  J’apprécie          30
stefmet   01 mars 2014
1914 de Luciano Canfora
La propagande en soi est un objet d'étude intéressant, mais à condition qu'on sache qu'elle ment.
Commenter  J’apprécie          30
lilianelafond   14 mars 2018
La Démocratie comme violence de Luciano Canfora
partout sur terre les meilleurs sont les ennemis de la démocratie : car c’est chez les meilleurs qu’il y a le moins de licence et d’injustice et le plus d’inclination au bien ; mais c’est chez le peuple qu’on trouve le plus d’ignorance, de désordre, de méchanceté : la pauvreté les pousse à l’ignominie, ainsi que le manque d’éducation et l’ignorance qui, chez certains, naît de l’indigence .... p.22
Commenter  J’apprécie          10
lilianelafond   14 mars 2018
La Démocratie comme violence de Luciano Canfora
si c’est un bon gouvernement que tu cherches, tu verras d’abord les plus habiles établir les lois ; puis les honnêtes gens châtieront les méchants et les honnêtes gens prendront les décisions politiques et ne permettront pas que les fous siègent au Conseil ou prennent la parole à l’assemblée. Ainsi, à la suite de ces sages mesures, le peuple ne tarderait pas à tomber dans la servitude .. P. 24.
Commenter  J’apprécie          10
Lenocherdeslivres   15 février 2021
Le Copiste comme auteur de Luciano Canfora
Nous n'avons pas d'originaux des auteurs grecs et romains, à part, peut-être, quelque fragment sur papyrus de lettrés à peine connus.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez le prénom

C'est un auteur (italien), ....... Eco, qui a écrit le roman "Le nom de la rose".

Roberto
Alberto
Pier Paolo
Umberto

12 questions
53 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..