AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.11/5 (sur 82 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lille , 1975
Biographie :

Ludivine Bantigny est historienne, docteur en histoire, maître de conférences à l’Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po. Elle a soutenu en 2003 une thèse sur la jeunesse entre 1950 et 1960, sous la direction de Jean-François Sirinelli.

Source : http://centre-histoire.sciences-po.f
Ajouter des informations
Bibliographie de Ludivine Bantigny   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Ludivine Bantigny & Quentin Deluermoz vous présentent son ouvrage "Une histoire globale des révolutions" aux éditions La découverte. Entretien avec Rémi Monnier. En partenariat avec Sciences Po Bordeaux et Sud Ouest. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2916021/une-histoire-globale-des-revolutions Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
“Liberté, égalité, fraternité“ : c'est beau comme devise ; dommage qu'elle soit platonique. (Maxime Lisbonne)
Commenter  J’apprécie          140
Il fallait injecter de nouveaux formatages et d’abord la grande idée qu’il n’y avait pas d’alternative.
Commenter  J’apprécie          140
La hargne à s'en prendre au service public et à qui y travaille, les attaques permanentes contre les fonctionnaires, les chômeurs, les précaires, contre celles et ceux qui se battent aussi pour des conditions de vie dignes, c'est le monde renversé, mis à terre : le monde à l’envers. 
Commenter  J’apprécie          110
 Ensauvagement : ce mot n'est pas réservé au passé. Il peut tout autant désigner la prédation qui enrégimente le vivant dans la sombre loi du marché. De ce point de vue, le capitalisme a toujours été ensauvagé : ses origines sont tachées de sang.
Commenter  J’apprécie          110
Si le nom de révolution a subi tous les assauts, il importe de revenir à ce que les révolutions ont d’essentiel sur le fond : rupture avec les routines de l’ordinaire, perte de légitimité des pouvoirs en place, extension du politique, effets de dévoilement sur les puissants. La révolution est une manière de rompre avec l’obéissance et l’allégeance. 
Commenter  J’apprécie          100
L’événement révolutionnaire bouleverse le rapport à l’histoire, au passé comme au futur. Car ce qui arrive survient parfois en contradiction frontale avec ce que l’on attendait. 
Commenter  J’apprécie          80
« Comment nous pourrions vivre » : en 1884, un socialiste anglais, William Morris, peintre et poète, imprimeur, enlumineur, traducteur, intitulait de cette façon le discours qu'il prononçait et par lequel il concluait : « Ce n'est pas une revanche que nous désirons pour les pauvres, c'est le bonheur. » Il voulait en finir avec les objets frelatés, succédanés et pacotilles « dont les gens, cessant d'être des esclaves, cesseraient d'être les preneurs ». Il soutenait aussi le droit à la beauté. Qu'on respire. Qu'on retrouve du temps pour des vies accomplies. Qu'on en finisse avec des productions ravageuses, superficielles et inutiles. Qu'on forge des villes et des vies belles, de l'art dans nos rues au lieu de la publicité, de l'espace et des couleurs. Au fond c'est bien de ça qu'il est question : du bonheur.
Commenter  J’apprécie          60
Impossible de laisser dire, comme l’a fait Richard Ferrand, que les grèves voudraient “conserver des inégalités“ (Ferrand qui parle tranquillement sous le coup d'une mise en examen pour prise illégale d’intérêt…).
Commenter  J’apprécie          70
« Je crois qu’aucun être humain ne peut être considéré comme clandestin. Ce mot devrait disparaître du vocabulaire. C’est humiliant pour la dignité. »
« Il faut pouvoir être désobéissant chaque fois que nous recevons des ordres qui humilient notre conscience. »
(Domenico Lucano , condamné pour incitation à l’immigration clandestine. Il avait lutté pour l’accueil de personnes réfugiées dans son village dépeuplé, développé leur formation professionnelle, relancé les traditions artisanales locales laissées à l’abandon faute de main-d’œuvre.)
Commenter  J’apprécie          50
On vous tue comme ça, pour rien, pour une allure, pour une mine. Une femme a l'air pauvre ? Fusillée. Un homme a l'air laid ? Fusillé. Si l'une pleure, c'est une « femelle d'insurgé ». Fusillée. « La douleur est une preuve de complicité. » Une jeune fille porte une cocarde rouge ? Fusillée. N'importe quel prétexte est bon pour vous faire suspecter. Mais de quoi au fond ? Souvent seulement d'être des prolétaires, des êtres qu'on méprise, dont on réduit la vie à rien. Pour Dumas fils vous n'êtes que des « femelles » : vous ne ressemblez à des femmes qu'une fois mortes, d'après lui. Peut-on vraiment expliquer autant de cruauté ?
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Ludivine Bantigny (148)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz autour du livre Tant que nous sommes vivants

Qu’arrive-t-il à Hama à la suite de l’explosion ?

Elle fait une fausse couche
Elle perd ses deux mains
Elle est brûlée au premier degré

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Tant que nous sommes vivants de Anne-Laure BondouxCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..