AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.2 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : Portugal
Né(e) à : Constância (Santarém) , 1525
Mort(e) à : Lisbonne , le 10/06/1580
Biographie :

Luís Vaz de Camões, dit « le Camoëns » est un important poète portugais.

Il est l’auteur de poèmes dans la tradition médiévale (redondilhas) ou pastorale, de sonnets inspirés de la Renaissance italienne, et particulièrement de l’épopée nationale des "Lusiades" (en 1572 mais peut-être déjà achevée en 1556).

En 1547, il part au Maroc comme soldat. C’est là qu’il perd son œil droit. De retour à Lisbonne, il mène une vie de bohème. En 1552, il est incarcéré pour avoir blessé un gentilhomme de la maison du roi. Libéré le 13 mars 1553, il s’embarque pour l’Orient dix jours plus tard.

Entre 1556 et 1560, il réside à Macao (Chine), puis il visite les Moluques, séjourne à Canton. Il fait naufrage au large du Cambodge, puis, arrivé à Goa en 1561, il y est emprisonné pour des raisons restées obscures, et libéré deux ou trois ans plus tard.

À partir de 1564, il bénéficiera de la protection du nouveau vice-roi, dom Antão de Noronha. Il entreprend le voyage de retour à Lisbonne en 1567. Après une longue escale au Mozambique, c'est démuni de toute ressource qu'il arrive au Portugal, le 7 avril 1570.

Pendant son voyage, il a écrit sa fameuse épopée "Les Lusiades" qu’il publie à Lisbonne en 1572. Il la dédie au jeune roi Sébastien qui lui accorde une petite pension qui lui permettra de vivre, modestement, jusqu’à la fin de ses jours.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Émission "Une Vie, une Œuvre", par Jacqueline Kelen, diffusée le 15 décembre 1988 sur France Culture. Invités : Vasco Graca Moura, Joao Marinho Dos Santos, Jorge Cardoso Branco et des étudiants.


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
genou   22 février 2020
Les Lusiades de Luís de Camões
Triste condition des humains ! Sur mer, les tourmentes et les naufrages, à chaque instant la mort sous les yeux ! Sur terre, les combats, les trahisons, l'indigence et toutes ses horreurs ! Où fuir ? où trouver un asile pour cette existence si malheureuse et si courte ?
Commenter  J’apprécie          470
Pessoa   19 juin 2011
Sonnets de Luís de Camões
L'amour est un feu qui brûle sans se voir;

Est une blessure qui fait mal mais ne se ressent pas;

Est un contentement mécontent;

Est une douleur qui rend fou sans faire mal;



Est un non vouloir plus que bien vouloir;

Est être solitaire parmi des gens;

Est ne jamais se contenter d'être content;

Est un soin qui se gagne en le perdant;



Est vouloir être emprisonné par sa propre volonté;

Est servir celui qui vainc, le vainqueur;

Est avoir pour qui nous tue de la loyauté;



Mais comment peut-il causer, s'il vous plait;

Dans les cœurs humains l'amitié;

Si tant contraire à lui-même est ce même amour?
Commenter  J’apprécie          270
SZRAMOWO   31 janvier 2015
Sonnets lyriques de Luís de Camões
J'ai chanté jadis, à présent je pleure

le temps que je chantais si assuré ;

il semble dans le temps déjà passé

que mes larmes étaient ensemencées.
Commenter  J’apprécie          192
Lali   13 février 2011
Sonnets de Luís de Camões
De mon état je suis si incertain

Que consumé d’ardeur je suis tremblant de froid;

Et sans motif je pleure et je ris à la fois,

J’embrasse l’univers et j’étreins le néant.



Tout ce que je ressens est une confusion;

Un feu sort de mon âme, un fleuve de mes yeux

Tantôt j.espère et tantôt j’ai des doutes,

Tantôt je déraisonne et tantôt je vois clair.



Je suis sur terre et je m’envole au Ciel,

Je découvre en une heure mille années,

Et en mille ans ne puis trouver une heure.



Si quelqu’un veut savoir pourquoi je suis ainsi,

Je dis que je l’ignore; et pourtant je soupçonne,

Madame, que ce n’est que pour vous avoir vue.
Commenter  J’apprécie          120
sabine59   31 juillet 2017
Poètes de Lisbonne de Luís de Camões


Dispersion( extrait)



Je me suis perdu en moi,

Labyrinthe que j 'ėtais;

Et voici que désormais

Je sens le manque de moi.



Et j'ai traversé la vie

En astre fou qui rêvait.

Anxieux d'outrepasser,

J'ai même oublié ma vie...



Poème de Sá-Carneiro
Commenter  J’apprécie          110
Kanelbulle   02 juin 2013
Les Lusiades de Luís de Camões
Faites, Seigneur, que jamais les peuples que l'on admire, Allemands, Français, Italiens, Anglais, ne puissent dire que les Portugais sont faits pour obéir plus que pour commander. Ne prenez conseil que d'hommes d'expérience, qui ont vu de longues années, de longs mois : car si une tête savante contient beaucoup de choses, l'homme d'expérience sait mieux les détails.
Commenter  J’apprécie          80
sabine59   04 août 2017
Poètes de Lisbonne de Luís de Camões
Un peu plus de soleil-et j'aurais été braise.

Un peu plus d'azur-j'aurais été au-delà.

Pour l'atteindre, me manqua un coup d'aile ...

Si au moins j'étais resté en-deçà...



Mario De Sà-Carneiro
Commenter  J’apprécie          80
Lali   12 février 2011
Sonnets de Luís de Camões
Dans mon âme sans trêve il est un feu vivant;

si je ne lui donnais de répit quand je parle,

cendre seraient et ma plume et ma peine;

mais l’immense douleur qui ne me quitte pas

s’adoucit sous les pleurs qui coulent de mes yeux;

ainsi s’enfuit, sans prendre vie, ma vie.
Commenter  J’apprécie          70
Lali   17 février 2011
Sonnets de Luís de Camões
Sans toi, tout me chagrine et m’impatiente;

Sans toi, je suis perpétuellement

Au plus fort de la joie dans la pire tristesse.
Commenter  J’apprécie          70
Danieljean   07 décembre 2015
Les Lusiades de Luís de Camões
L'or envahit les forteresses ; il fait les faux amis et les traîtres, conseille des bassesses aux plus nobles coeurs, et de lâches défections aux vaillants capitaines. Il ravit aux vierges timides les pudiques alarmes de l'honneur. Il tente quelquefois les enfants de Minerve, il déprave leur conscience et flétrit leur génie.

L'or interprète et dénature les oracles de Thémis. Il fait et défait les lois. Par lui le parjiure entre dans les familles, et la tyrannie dans le coeur des rois. Souvent même on l'a vu se glisser jusqu'au sanctuaire, éblouir le pieux cénobite et profaner la pureté des autels.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Pot-pourri littéraire 📚

Dans la liste suivante, cochez le roman qui n'a pas été écrit pas Alexandre Dumas

La Reine Margot
Les Trois Mousquetaires
Le Comte de Monte-Cristo
La Dame de Monsoreau
La Princesse de Clèves
La Tulipe noire
Vingt ans après

13 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , roman , incipit , personnages , poèmesCréer un quiz sur cet auteur