AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.61 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : Brésil
Né(e) à : Cataguases , le 04/021961
Biographie :

Luiz Ruffato est un écrivain brésilien
Il est issu d’un milieu modeste et ses parents souhaitaient le voir devenir ouvrier, mais il découvre la littérature en parallèle d’une formation de mécanicien tourneur. Il suit des cours du soir en communication puis se lance dans le journalisme.
Son premier livre, un recueil de nouvelles publié en 1998, est remarqué. Son premier roman, "Tant et tant de chevaux", a été salué à sa sortie par la critique littéraire comme comme une révolution esthétique dans le monde de la fiction contemporaine brésilienne. Ce roman lui a valu de remporter le prix Jabuti. En 2005 , il a commencé la série " Enfer provisoire" conçue pour cinq volumes,
Son dernier roman, "Le monde ennemi", est paru en France en 2010.
Il a aussi publié des poèmes et il a reçu une mention spéciale en 2001 pour le Prix Casa de las Americas à La Havane pour son livre "Les survivants".Désormais traduit à l’étranger, Luiz Ruffato est devenu l’un des auteurs contemporains les plus en vue de son pays.
Il vit actuellement à São Paulo.



















+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Luiz Ruffato   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Luiz Ruffato - À Lisbonne, j'ai pensé à toi .
Luiz Ruffato vous présente son ouvrages "À Lisbonne, j'ai pensé à toi" aux éditions Chandeigne. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/ruffato-luiz-lisbonne-pense-toi-9782367321059.html Notes de Musique : We are bears par Tinyfolk. Vimeo Music. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   01 juin 2021
Remords de Luiz Ruffato
La phrase, il disait, est féminine. Et, comme toute les femmes, elle est coquette, elle aime se parer. La parure de la phrase, c’est l’adjectif. En excès, il la rend vulgaire. Absent, il masque sa beauté.
Commenter  J’apprécie          404
Bookycooky   02 juin 2021
Remords de Luiz Ruffato
Elle sourit, blagueuse, “Mercredi, c’est day off…”. “Comment ça ?” “Aujourd’hui, c’est le jour où on se repose tous les uns des autres. Ricardo passe la nuit dehors.” Elle lève son verre, “Santé !”. “Santé !”, je répète en avalant une gorgée, qui descend comme une trombe dans ma gorge. “Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais… qu’est-ce que… qu’est-ce qu’il… fait…” “Je ne sais pas. Il dit qu’il passe la nuit à jouer au poker avec des amis. Ça m’est égal.” “Ça t’est égal ?” “Oui, ça m’est égal.” Elle remplit de nouveau son verre. “Alors, tu n’aimes plus Ricardo, Rosana ?” “Tu parles comme un adolescent, Zézo ! L’amour… c’est quoi, l’amour ? Un lien affectif qui se défait au fil des ans… J’ai été pragmatique, je me suis mariée sans lien affectif. Par conséquent, il n’y a pas eu de détérioration. La tendance, avec le temps, c’est qu’on finisse par juste se tolérer l’un l’autre. Comme je tolère juste Ricardo depuis toujours, je ne suis pas passée par toutes ces phases, déception, réconciliation, frustration, réconciliation, dépression, résignation, etc. Je suis allée droit au but.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
PhilippeSAINTMARTIN   28 novembre 2016
A Lisbonne, j'ai pensé à toi de Luiz Ruffato
Lisbonne sent la sardine en été et les marrons chauds en hiver, j’ai découvert ça en parcourant la ville dans tous les sens, en métro, en électrico, en autocarro, en comboio, à pied, tout seul ou accompagné par Sheyla. Avec elle pour guide, on a visité un tas d’endroits monstres, le Château de São Jorge, l’Ascenseur de Santa Justa, Bélem (pour y manger un pastel), le Patron des Découvertes et l’Aquarium, à la gare de Oriente.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaoui   15 avril 2021
Remords de Luiz Ruffato
Les adolescents papotent dans une langue bourrée d’argot, que j’ai du mal à comprendre. Tamires revient, en traînant les pieds. “Oncle Oséias, et euh… comment s’appelle ton fils, déjà ?” “Nicolau.” “Ah, oui, Nicolau. Je me rappelle qu’il était beau… Mamie Stella me montrait toujours une photo de lui, avec ses cheveux noirs et ces grands yeux bleus…” “Eh oui, un petit Polonais… Il n’a rien d’un Moretto. Il est comme les gens de la famille de sa mère.” “Et qu’est-ce qu’il fait, oncle Oséias ?” Je rougis, respire à fond, pas moyen de camoufler mon malaise. Mais alors le sifflement d’un train, tout proche, nous fait sursauter.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   14 avril 2021
Remords de Luiz Ruffato
Graciano faisait partie des fauteurs de troubles – du fond de la salle il narguait les professeurs, pendant les récréations il provoquait ses ennemis. On enviait tous ses boucles blondes, au-dessus d’un tronc aux bras et aux pectoraux bien découplés. Bagarreur et vaniteux, il souffrait d’indigence intellectuelle. Sans son talent hors pair pour tricher aux épreuves – des connivences obtenues par le charme ou la menace – il n’aurait peut-être même pas fini le secondaire.
Commenter  J’apprécie          20
MELANYA   06 juillet 2021
Remords de Luiz Ruffato
Mes pieds me traînent à travers un immense désert. (…) A bout de forces, je me laisse rouler en bas du ravin.
Commenter  J’apprécie          30
chachourak   28 juin 2015
Tant et tant de chevaux de Luiz Ruffato
La seule chose qui reste, c'est la mémoire des gens, mais qu'est-ce que c'est la mémoire des gens ? (p.95)
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaoui   14 avril 2021
Remords de Luiz Ruffato
Et je cherchais à lui plaire, pas par admiration ni par vanité, comme se le figuraient les autres, mais par pur sentiment d’étrangeté. Pour qu’on ne m’importune pas, je me laissais convaincre – les gens autour de moi, satisfaits, se retiraient et je restais seul, en miettes à l’intérieur, séparé du monde. Avec le temps, une espèce de lassitude m’a transformé en personnage de moi-même, enclin à être toujours d’accord, à toujours dissimuler mes opinions ou sentiments, en m’isolant de plus en plus.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   14 avril 2021
Remords de Luiz Ruffato
Quand j’ai déménagé à São Paulo, au début j’aimais bien revenir traîner à la gare routière, le week-end, en cherchant à deviner la trajectoire de chacun de ces innombrables visages qui défilaient hagards. À leur façon de marcher, aux vêtements qu’ils portaient, aux accessoires, et même à ce qu’ils mangeaient, j’imaginais si les choses allaient bien ou mal. Je faisais ça pour atténuer la solitude qui les samedis et dimanches me chassait de ma modeste chambre de pension du quartier de Pari – ou peut-être pour me savoir réel, moi qui souvent, quand j’errais anonyme au milieu de la multitude, me croyais invisible. Là, dans cette espèce de purgatoire, je reconnaissais des créatures semblables à moi, sombres mais décidées, manquant d’assurance mais tenaces, et ça me confirmait, en un sens, que, sans être grand-chose, j’existais.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   14 avril 2021
Remords de Luiz Ruffato
J’essaie de contrôler mes mains tremblantes, je ne sais pas si c’est dû à la peur d’être agressé, à mon cauchemar de la nuit, aux médicaments que j’ai pris. Avec effort je mastique mon pain, le fais descendre dans ma gorge en buvant de courtes gorgées de café au lait. Intimidé, je demande combien c’est, il grogne quelque chose, je laisse l’argent sur le comptoir. Je repars en chancelant vers la salle d’attente. La vieille n’est plus là. Je me rassois sur le banc de bois, à côté d’une femme qui lit la Bible, cheveux noirs enroulés en chignon, chemisier gris clair à manches longues, jupe gris foncé sous les genoux, lourdes chaussures qui la masculinisent.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Astérix : quelques noms gaulois

Une belle jeune gauloise aux longs cheveux blonds fait un effet boeuf à Obélix. Dans un album, Astérix et lui voyagent pour elle :

Organza
Falbala
Taffeta
Crinoline

12 questions
128 lecteurs ont répondu
Thème : Astérix, tome 1 : Astérix le gaulois de René GoscinnyCréer un quiz sur cet auteur