AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.91 /5 (sur 141 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Cherbourg , le 12/07/1973
Biographie :

Lydie Blaizot est une écrivaine française de fantastique, de science-fiction et de fantasy.

Dès son plus jeune âge, elle se passionne pour les littératures dites "parallèles", qu'elle découvre par hasard au détour des rayonnages d'une bibliothèque municipale. Elle ne lâchera plus ces trois genres, sauf pour quelques incursions du côté du polar ou de rares classiques (Shakespeare notamment).

A 30 ans, elle se décide à prendre la plume et, fan de Terry Pratchett et James Blaylock, aime écrire des romans servis par une bonne dose d'humour et des personnages hauts en couleurs. Son premier roman, "La Maison de Londres", est publié en 2010.

Aujourd’hui, elle partage son temps entre l’écriture et son travail de correspondante de presse. L'auteure vit avec son mari dans la Manche.

son site : https://www.lydie-blaizot.fr/
page Facebook : https://www.facebook.com/lydie.blaizot
Twitter : https://twitter.com/lydieblaizot

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Lydie Blaizot   (32)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Lauryn   01 juin 2022
Les enquêtes d’Etsy Westbrooke, tome 3 : Le pendu de Wickfield de Lydie Blaizot
Puis la silhouette apparut. D’un gabarit indéterminable – sa toge difforme lui faisait des ailes sous les aisselles – elle avançait d’un pas lent, les bras en croix. Son visage informe ne laissait entrevoir que deux yeux brillants, abrités par un chapeau mou élimé. Il portait une corde autour du cou, et cet élément le rendait facile à identifier. Le pendu de Wickfield. En se présentant face à un vieillard, ce dernier s’attendait certainement à lui inspirer une profonde terreur, voire un choc terrible. Mais Réginald Lawkins était d’une toute autre trempe. Sans se départir de son calme, il saisit un fusil qu’il gardait à côté de son alambic depuis les premières apparitions du terrible spectre, le leva dans sa direction et tira. Bien entendu, sa vue de taupe n’aidait guère à la précision, mais le vieux bonhomme compensait ce handicap par l’utilisation de munitions fabriquées maison, dotées d’une capacité de dispersion largement supérieure à la normale. Il toucha le pendu qui hurla de douleur – un cri tout ce qu’il y a de plus humain – avant de battre en retraite dans le sous-bois. Réginald, jamais à court de bonnes intentions, tira une nouvelle salve dans sa direction.

— Y fait beaucoup de bruit, pour un fantôme, lâcha le vieux bonhomme pour lui-même.

Puis, tout aussi tranquillement, il sortit son téléphone pour appeler la police.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tatooa   14 septembre 2016
Vampire malgré lui - Anthologie de Lydie Blaizot
La vieille était un savant mélange de Carmen Cru et de Soeur Marie-Thérèse des Batignolles, ce qui constituait un motif suffisant pour l'éviter comme la peste. Vêtue d'une robe noire sans fioritures et d'un chapeau de la même couleur, plus large que ses imposantes épaules, elle donnait volontiers des coups de son lourd cabas à ceux qui gênaient sa progression.

(Dans "Noblesse d'âme")
Commenter  J’apprécie          60
FungiLumini   29 août 2017
Larmes de cendres, tome 2 : Cabale de Lydie Blaizot
Un silence plus pur que le cristal tomba soudain sur l’assemblée. Une cabale. Le privilège ultime de consommer le sang d’un vampire plus âgé, plus puissant. L’opportunité de voir, par cet acte rare, leurs capacités décuplées, et leur rang dans la société vampirique affermie. Bien sûr, il n’y en aurait pas pour tout le monde et la bataille serait rude, mais le jeu en valait la chandelle, pour chacun d’entre eux.
Commenter  J’apprécie          40
Lauryn   13 mars 2022
Les Corbeaux : Les vestiges de l'Arsenal de Lydie Blaizot
À bout de souffle, elle arriva à la porte de bois, bardée de fer, qui protégeait l’accès à la ville. Une tirette permettait d’actionner une cloche suspendue en hauteur et Nayeli tira dessus comme une forcenée. Un homme en uniforme lui ouvrit et la considéra d’un air agacé.

— Pas la peine de vous acharner comme une sauvage ! s’exclama-t-il.

— Il y a quelque chose sous l’eau !

Elle bondit à ses côtés et le regarda refermer la porte avec soulagement. Il vérifia la qualité de son travail avant de se tourner vers sa visiteuse, occupée à reprendre son souffle.

— Il y a toujours quelque chose sous l’eau, ma p’tite dame, il ne faut pas vous mettre dans des états pareils. La plupart du temps, ça n’est trois fois rien.

— La plupart du temps ? releva la jeune fille, sarcastique.
Commenter  J’apprécie          30
ptitelily01   07 juillet 2013
Sang d'Ocre, tome 4 : Cabale de Lydie Blaizot
Enoch congédia les fêtards d'un beuglement rauque. En peu de temps, la salle se vida. Seuls les humains trop faibles – ou morts – restèrent vautrés sur les coussins. Ainsi, il demeura seul avec son lieutenant et ils s'installèrent confortablement autour d'un bon whisky. Philmore lui raconta son enquête – en évitant de mentionner le fait que Leydenfield voulait voler un pouvoir d'Ashleigh – et la conclusion qui l'avait amené à prendre la décision de conduire la jeune sorcière à leur repaire. Son supérieur maugréa, ennuyé de voir son terrain de jeu pollué par des querelles qui ne le concernaient pas.
Commenter  J’apprécie          30
ptitelily01   07 juillet 2013
Sang d'Ocre, tome 1 : Traquée de Lydie Blaizot
Au quatorzième siècle, les Sorciers, organisés en castes, se livrèrent une lutte de pouvoir sans merci. Acharnés, incapables de percevoir la véritable source de danger, ils s'entre-tuèrent jusqu'à réduire leurs rangs à quelques membres. Alors, les serviteurs de l'Église n'eurent aucune difficulté à mener contre eux une répression sanglante qui se solda par l'extermination de la plupart des castes. Aujourd'hui ne subsiste que les Rosaire d'Argent et les Sang d'Ocre... mais pour combien de temps ?
Commenter  J’apprécie          30
Lauryn   13 mars 2022
La Maison de Londres de Lydie Blaizot
L'éternité n'améliore pas les imbéciles.
Commenter  J’apprécie          50
FungiLumini   16 octobre 2016
Vampire malgré lui - Anthologie de Lydie Blaizot
– Un soir, ton heure sera venue, tu le sauras. Tu me croiras perdu. Je rejoindrai ma loge après une ultime mauvaise scène. Je ne marcherai plus aussi facilement. Là, tu comprendras qu’il est temps de prendre ma place. Alors tu viendras me féliciter, avec ton sourire de petit trou du cul. Tu me glisseras quelques mots sur la douceur d’une retraite à l’ombre des hexavarechs. Et avant même que tu aies eu le temps de jouir de ta victoire, je m’offrirai un repas trop gras à la source de ta gorge.

(Cuttle Feesh parAlice B. Griffin)
Commenter  J’apprécie          20
ptitelily01   07 juillet 2013
Sang d'Ocre, tome 5 : Transgression de Lydie Blaizot
Soudain, de gros nuages s'amoncelèrent au-dessus de sa tête jusqu'à former une masse compacte. Une musique discordante retentit partout alentour comme pour annoncer l'arrivée du Messie. Cette mélodie, jouée par des trompettes, était digne des pires bandes-sons cinématographiques de péplum. Les vampires, beaucoup plus sensibles que les sorciers, se bouchèrent aussitôt les oreilles.
Commenter  J’apprécie          20
Lauryn   01 juin 2022
Les enquêtes d'Etsy Westbrooke, tome 2 : L'étrange M. Finley de Lydie Blaizot
— Avez-vous une migraine ? Des vertiges ?

— Non, madame. Faites attention, vous risquez de tacher votre belle robe avec mon sang.

Jenny répondit par un sourire et une petite moue distinguée. C’était décidé, elle adorait cet homme. Les soins du visage terminés, elle sortit son stéthoscope et procéda à un examen de routine.

— Vous avez un cœur de jeune homme, monsieur Finley.

— Merci, madame. J’essaie de l’entretenir.

— Il va falloir faire un effort pour le reste du corps, nota-t-elle avec malice. Peut-être pourriez-vous éviter les poings de vos concitoyens à l’avenir ?

— Madame, je…

— Je vous en prie, épargnez-moi l’accident idiot avec la porte, je ne suis pas née de la dernière pluie. Et mentir à une dame n’est pas correct, je vous signale.

Jenny fut amusée de constater que l’homme rougissait, visiblement blessé par le reproche. Elle lui tapota la main d’un geste affectueux.

— Je vous rassure, vous n’avez rien de grave. Votre visage va juste ressembler à un tableau de Picasso dans ses mauvais jours, durant quelque temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Bibliothécaire Babelio

Comment s’appellent les membres ayant des droits spécifiques

A la Franzen : Les corrections
A la Musil : Les bibliothécaires
A la Coelho : Les alchimistes
A la Werber : Les fourmis

9 questions
464 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur