AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 209 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Simla (Inde) , le 21/08/1908
Mort(e) à : Lavenham , le 29/01/2004
Biographie :

Mary Margaret ('Mollie ') Kaye, dite M. M. Kaye était un auteur britannique.

Son enfance et une partie de sa vie de femme mariée se déroulèrent dans son pays natal. Les liens de sa famille avec ce que l'on appelait alors les Indes étaient aussi nombreux que solides : en effet, son grand-père, son père, son frère et son mari servirent tous les quatre le gouvernement britannique et le cousin de son grand-père, Sir John Kaye, fut le rapporteur de la Révolte des Cipayes et de la première guerre afghane.

Lorsque l'Inde accéda à l'indépendance, son mari, le général Goff Hamilton, du Queen Victoria's Own Corps of Guides, rejoignit l'armée britannique et M. M. Kaye le suivit au Kenya, à Zanzibar, en Égypte, etc ...

Elle a écrit six ou sept romans pour enfants (dont "The Ordinary Princess"), tous illustrés dans leur édition originale par Margaret Tempest sauf justement "The Ordinary Princess", qui date de 1980, et "Thistledown", publié un an plus tard, à peu près autant de romans policiers ("Death in Kashmir", le premier, parut en 1953), une autobiographie en trois parties intitulée "Share of Summer", et trois romans historiques parmi lequel le seul qui, à ce jour, ait été traduit dans notre langue : "Pavillons Lointains."

Paru en 1978, "Pavillons Lointains" fut un succès mondial et donna lieu à une adaptation par la BBC, supervisée par la romancière elle-même. Le roman est d'autant plus intéressant que son auteur a scrupuleusement respecté les événements historiques et dépeint les différents problèmes de la société anglo-indienne au XIXème siècle.
+ Voir plus
Source : notabene.forumactif.com
Ajouter des informations
Bibliographie de M.M. Kaye   (21)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21   15 décembre 2020
Pavillons lointains de M.M. Kaye
- La jalousie est un horrible défaut, dit pensivement Kara-ji, mais bien rares sont ceux qui ne la connaissent pas. Moi-même dans ma jeunesse, je n'ai pas fait exception et il m'arrive encore d'en éprouver les affres, alors que l'âge aurait dû m'apprendre à vaincre de tels sentiments.
Commenter  J’apprécie          100
Gwen21   13 décembre 2020
Pavillons lointains de M.M. Kaye
Rien dans son existence n'avait jusqu'alors préparé Ash à la vie que l'on mène dans un collège anglais, et il y trouva tout odieux : l'embrigadement, le manque de vie privée, le conformisme, à quoi s'ajoutaient les brutalités et vexations dont étaient victimes les faibles ou ceux dont l'opinion différait de celle généralement exprimée, le sport obligatoire avec ce culte témoigné à des dieux tels que le chef des Sports et le capitaine de l'équipe de cricket.
Commenter  J’apprécie          80
Crazynath   24 mars 2015
Pavillons lointains de M.M. Kaye
Bombay se cachait encore derrière l'horizon, mais le vent en rapportait les odeurs : des relents d'égouts et de végétation pourrissante s'y mêlaient à la poussière, aux senteurs des marchés enfiévrés, avec, planant sur le tout, un léger parfum de fleurs...œillets d'Inde, frangipaniers, jasmins et fleurs d'oranger...Tout concourait à lui faire sentir qu'il était de retour au pays.
Commenter  J’apprécie          60
Crazynath   05 décembre 2015
Mort au Cachemire de M.M. Kaye
La clarté lunaire qui inondait la véranda avait diminué maintenant que la lune était plus haut dans le ciel, mais la longue véranda poudrée de neige, avec son feston de stalactites brillantes, était silencieuse et vide.
Commenter  J’apprécie          60
Crazynath   05 décembre 2015
Zanzibar de M.M. Kaye
Elle s'était bien doutée qu'un visage aussi douloureux devait être quelque peu marqué, mais elle ne s'attendait absolument pas à l'effrayant tableau composé par un œil tuméfié, une joue enflée, une lèvre fendue, en sus d'une chevelure raidie par le sel qui lui donnait un air de gorgone.
Commenter  J’apprécie          50
Crazynath   24 mars 2015
Pavillons lointains de M.M. Kaye
Les quatre éléphants d'apparat étaient surmontés de splendides howdahs incrustés d'or et d'argent, dans lesquels prendraient place le jour du mariage les Rajkumaries avec leurs dames d'honneur, ainsi que leur jeune frère et certains hauts dignitaires.
Commenter  J’apprécie          50
Crazynath   04 janvier 2016
Mort aux îles Andaman de M.M. Kaye
A l'est, la fraicheur perlée de l'aube s'était muée en rose vif, s'approfondissant à l'horizon en une barre rouge et brillante qui baignait la mer calme et les iles endormies d'un étrange rougeoiement de soleil couchant.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaoui   01 décembre 2013
L'ombre de la lune de M.M. Kaye
L’existence ne lui paraissait plus longue du tout comme lorsqu’on est jeune et impatient, mais au contraire courte et rapide, telle l’ombre des nuages courant sur la terre. Mais cela n’était pas triste car le temps n’était qu’un. Anne-Marie avait porté cet anneau quand elle était jeune, maintenant elle était morte et l’épouse de son fils le portait, comme le ferait à son tour une fille de Sabrina. Anne-Marie était encore présente en Marcos et Juanita, comme elle le serait dans les enfants et petits-enfants des nouveaux mariés.
Commenter  J’apprécie          40
Gwen21   20 décembre 2020
Pavillons lointains de M.M. Kaye
- [..] Kaboul ! Ne seriez-vous pas aussi prêt à tout pour y aller ?

- Non, répondit Ash. Une fois suffit.

- Une fois... Oh ! oui, bien sûr, vous y êtes déjà allé ! Qu'est-ce que vous n'y avez pas aimé ?

- Un tas de choses. Certes, l'endroit ne manque pas de charme, surtout au printemps lorsque les amandiers sont en fleur et les montagnes environnantes encore blanches de neige. Mais ses rues et ses marchés sont sales, ses maisons croulantes, et ça n'est pas pour rien qu'on l'appelle le Pays de Caïn !

Ash ajouta que, selon lui, il n'y avait rien d'étrange à ce qu'une ville passant pour avoir été fondée par le premier assassin de notre monde ait cette réputation de violence et de fourberie, ni que ses dirigeants aient suivi la tradition de Caïn en s'adonnant au meurtre et au fratricide. Le passé des Emirs afghans n'était qu'une longue et sanglante histoire de pères tuant leurs fils, de fils complotant contre leurs pères et s'entre-tuant, d'oncles supprimant leurs neveux.
Commenter  J’apprécie          30
nanashi   20 février 2019
Mort à Berlin de M.M. Kaye
Seule à la maison... Pourquoi cette pensée la troublait-elle soudain? Pourquoi ressentait-elle à nouveau cette vague anxiété qu'elle n'avait plus éprouvée pendant tout cet après-midi ensoleillé et cette soirée tranquille?

D'ailleurs, elle n'était pas seule. Lottie dormait au premier étage.

Miranda se mit résolument à manger sa soupe qui refroidissait, puis elle alla poser l'assiette vide sur le buffet et se servit de viande froide et de salade, faisant autant de bruit que possible pour se protéger du silence.

Le choc des assiettes et des couteaux la réconfortait obscurément. C'était un bruit agréable, ordinaire, un bruit de tous les jours. Avec ce que Friedel avait laissé sur la table, elle se préparait une vinaigrette pour la salade lorsqu'elle entendit des pas légers sur le palier de l'étage.

Pendant un court instant, sa gorge se serra, puis elle comprit ce qui se passait et en fut agacée. Elle se leva de table, alla jusqu'à la porte et cria:

- Retourne au lit, Lottie. Il est largement temps que tu dormes. Si je t'entends encore sortir du lit, je monterai te donner une fessée, c'est promis!

Elle entendit quelqu'un qui se déplaçait subrepticement en toute hâte, puis le silence.

Miranda attendit un instant, puis revint à son repas interrompu.

Le son de sa propre voix et le fait que quelqu'un d'autre était éveillé dans la maison, même si c'était si une petite fille de sept dans, avaient temporairement dissipé son inquiétude; mais cela ne dura pas.

L'angoisse revint, accrue par le silence régnant dans la maison. Le tic-tac de l'horloge du salon semblait absurdement fort, car c'était le seul son audible. Une fois de plus, comme dans le couloir du train, Miranda s'aperçut qu'elle luttait contre l'envie de regarder par-dessus son épaule.

Elle posa son couteau et sa fourchette doucement, avec un soin exagéré, en retenant sa respiration. Pourquoi sentait-elle tout à coup qu'elle ne devait faire aucun bruit, que n'importe quel son semblerait effrayant et exagérément intense dans ce silence? Qu'est-ce qu'elle écoutait?

Une planche grinça au-dessus de sa tête, et Miranda se mordit la lèvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Femme ou homme dans les titres de roman

Qui a écrit "Des hommes" ? Qui a écrit "Des hommes" ?

Laurent Gaudé
Jean-Paul Dubois
Laurent Mauvignier
David Foënkinos

20 questions
12 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..