AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.76 /5 (sur 43 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) à : Dacca (actuelle Bangladesh) , le 14/09/1926
Mort(e) à : KOLKATA (Inde) , le 28/07/2016
Biographie :

Mahasweta Devi est une écrivain indienne (bengalie) et activiste. Engagée, liée au parti communiste indien, elle a souvent écrit sur les opprimés et la condition de la femme.
Elle a écrit un nombre incalculable de romans et de nouvelles dont de nombreux n'ont jamais été publiés. Son roman le plus connu est "La mère du 1084" qui a été également adapté au cinéma.
En France, seulement un roman a été publié "La mère du 1084" et deux recueils de nouvelles : Indiennes et le Char de Jagannath.

Son don de l'écriture, elle le doit à son père Manish Ghatak poète et nouvelliste qui a écrit sous la plume de Jubanashwa.

Source : Atasi
Ajouter des informations
Bibliographie de Mahasweta Devi   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
enjie77   16 mai 2018
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Voilà comment ils étaient morts : en faisant confiance à trop de gens. Ils n'avaient pas su voir qu'aux yeux de certains en qui ils croyaient, un boulot, la sécurité, la promesse d'une vie heureuse comptaient davantage. Ils n'avaient pas su voir que beaucoup s'étaient liés à eux dans le seul but de les trahir. Brati était jeune. Sa foi, leur foi les avaient aveuglés. Ils n'avaient pas compris que le système qu'ils combattaient pervertit l'individu jusque dans l'embryon. Ils ne savaient pas que tous les jeunes ne sont pas fidèles à un idéal, qu'ils ne méprisent pas tous la mort. Voilà pourquoi Brati avait cru qu'on les avait prévenus, que ses camarades se tiendraient sur leurs gardes et qu'ils l'appelleraient pour lui dire que tout allait bien.
Commenter  J’apprécie          290
diablotin0   23 mars 2019
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
(...) les grands criminels de cette société, ceux qui frelatent la nourriture, les médicaments, les aliments pour enfants, peuvent rester en vie, les dirigeants de ce système ceux- là mêmes qui poussent la population du village sous les balles de la police, et bénéficient de la protection de cette même police peuvent rester en vie. Mais puisqu'il ne croit plus en eux, en ces hommes d'affaires avides de profit et en ces dirigeants cupides et sans scrupules, Brati est bien plus coupable qu'eux.
Commenter  J’apprécie          210
isanne   25 octobre 2021
Indiennes de Mahasweta Devi
Dhauli était libre de laisser ses pensées vagabonder tandis que les chèvres paissaient dans la forêt. Parfois, elle étalait le pan de son sari et se reposait, allongée au sol. Elle n'avait pas peur ni des loups ni des léopards. Car si les humains craignent les bêtes sauvages, la réciproque est tout aussi vraie. Le calme régnait dans la forêt (...). Elle retrouvait la paix.
Commenter  J’apprécie          191
diablotin0   23 mars 2019
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Le temps est plus fort que la douleur : il est le fleuve, elle est la rive. Le temps jette sans cesse ses alluvions sur la rive de la douleur et la recouvre. Puis, un jour, comme le veut la loi de la nature, de jeunes pousses se mettent à germer sur les alluvions du temps qui ont recouvert la douleur.
Commenter  J’apprécie          191
isanne   13 octobre 2021
Indiennes de Mahasweta Devi
Une belle querelle se préparait. Sanichari s'en réjouissait d'avance. Rien de tel qu'une bonne dispute pour débarrasser l'esprit de ses scories et faire place nette. Voilà pourquoi la mère de Dhatua s'en prenait même aux corbeaux et aux milans. Une dispute, c'est bon pour le moral, pour le corps, ça vous fait circuler le sang dans les veines comme les balles d'un fusil.
Commenter  J’apprécie          180
diablotin0   22 mars 2019
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Allongé à côté de Sujata, il ignorait que pour avoir, ce jour-là donné la priorité à sa réputation, à sa sécurité, plutôt qu'à son fils mort, il avait cessé d'exister pour elle.
Commenter  J’apprécie          160
Acerola13   20 janvier 2022
Indiennes : Rudali et autres nouvelles de Mahasweta Devi
- Vraiment, tu es une incarnation de la déesse.

- La déesse, elle, est en pleine forme grâce aux offrandes et aux pujas mais son incarnation, elle, est en train de mourir de faim. La maison des Haldar ne veut plus la nourrir.
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24   29 octobre 2021
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Brati était différent. Tout petit déjà, on ne pouvait l’apaiser par des mensonges. Il n’écoutait que si l’on utilisait la raison et pas si on le menaçait. Quand il eut grandi, Sujata vit en lui un esprit en complète opposition à celui de son mari ou de ses autres enfants.

Sujata essaya de s’intéresser à sa vie, de lire les livres qu’il lisait, d’aller au zoo avec lui, de discuter longtemps avec ses amis. Il était devenu sa seule raison de continuer à vivre. Peut-être, peut-être Sujata était-elle devenue trop possessive à son égard. (…) Pour Brati, elle n’avait pas renoncé à son rôle de mère. Brati était obstiné, sensible, rêveur. Pour l’élever, Sujata, avait déployé toute son attention et tout son amour. Elle avait dû se battre pour sauver Brati du zèle dominateur de son mari et de sa belle-mère . (p. 47)
Commenter  J’apprécie          80
visages   08 mars 2019
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Le seul crime qu'il avait commis avait été de perdre la foi en la société, dans le système, de penser que le chemin dans lequel cette société s'était engagée n'était pas celui qui mène vers la liberté. Pire encoe, non content d'écrire des slogans, il avait cru en eux.
Commenter  J’apprécie          81
Atasi   29 octobre 2014
La mère du 1084 de Mahasweta Devi
Il est impossible de revenir en arrière. Le temps passe inexorablement, assassin, fatal. Le temps est le Gange et la douleur sa rive. Les flots du temps déposent des alluvions sur la douleur. Un jour, des nouvelles graines éclosent et percent la couverture alluviale. Ces pousses veulent tendre vers le ciel. Graines bourgeonnantes de l'espoir, de la douleur, du bonheur de la joie.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

cinéma : répliques de films cultes

"Personne n'est parfait", c'est la dernière réplique de...

Sept ans de réflexion
La Garçonnière
Le Canard à l'orange
Certains l'aiment chaud

10 questions
272 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , cinéma americain , cinéma français , répliques , Citations françaisesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..