AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.2 /5 (sur 215 notes)

Nationalité : Palestine
Né(e) à : Al-Birwah (Galilée, Palestine) , le 13/03/1941
Mort(e) à : Houston (États-Unis) , le 09/08/2008
Biographie :

Mahmoud Darwich (en arabe : محمود درويش) est une des figures de proue de la poésie palestinienne.

Profondément engagé dans la lutte de son peuple, il n'a pour autant jamais cessé d'espérer la paix et sa renommée dépasse largement les frontières de son pays. Il est le président de l'Union des écrivains palestiniens. Il a publié plus de vingt volumes de poésie, sept livres en prose et a été rédacteur de plusieurs publications, comme Al-jadid - (الجديد - Le nouveau), Al-fajr (الفجر - L'aube), Shu'un filistiniyya (شؤون فلسطينية - Affaires palestiniennes) et Al-Karmel (الكرمل). Il est reconnu internationalement pour sa poésie qui se concentre sur sa nostalgie de la patrie perdue. Ses œuvres lui ont valu de multiples récompenses et il a été publié dans au moins vingt-deux langues.

Dans les années 1960, Darwich a rejoint le Parti Communiste d'Israël, la Rakah, mais il est plus connu pour son engagement au sein de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Élu membre du comité exécutif de l'OLP en 1987, il quitte l'organisation en 1993 pour protester contre les accords d'Oslo. Après plus de 30 ans de vie en exil, il peut rentrer sous conditions en Palestine, où il s'installe à Ramallah.

En mars 2000, Yossi Sarid, ministre israélien de l'Éducation, proposa que certains des poèmes de Mahmoud Darwish soient inclus dans les programmes scolaires israéliens. Mais le premier ministre Ehud Barak refusa.

De nombreux poèmes de Mahmoud Darwich ont été interprétés par le chanteur Marcel Khalifé.

Décédé dans un hôpital de Houston après une une intervention chirurgicalev au coeur, il a eu des obsèques nationales à Ramallah en présence de nombreux dignitaires palestiniens dont le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il est enterré dans un lopin de terre près du palais de la Culture de Ramallah.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Pierre Gorkynian lit ''Une mémoire pour l'oubli'' de Mahmoud Darwich. Le 15 mars dernier marquait le 9e anniversaire de la révolution syrienne. En cette époque de confinement, Jean-Pierre Gorkynian nous rappelle que les Syrien.nes sont eux et elles aussi passé.es par là, avec les bombes et les snipers en plus. Courage, santé et vigilance à tous et à toutes.
Podcasts (10) Voir tous

Citations et extraits (201) Voir plus Ajouter une citation
chartel   04 septembre 2010
La Terre nous est étroite et autres poèmes de Mahmoud Darwich
J’ai la nostalgie du café de ma mère,

Du pain de ma mère,

Des caresses de ma mère…

Et l’enfance grandit en moi,

Jour après jour,

Et je chéris ma vie, car

Si je mourais,

J’aurais honte des larmes de ma mère !

Commenter  J’apprécie          2030
Marium   08 avril 2012
État de siège de Mahmoud Darwich
Je crierai dans ma solitude,

Non pour réveiller ceux qui dorment,

Mais pour que mon cri me réveille

De mon imaginaire captive !
Commenter  J’apprécie          1310
nadejda   19 février 2013
La Terre nous est étroite et autres poèmes de Mahmoud Darwich
Mon père



Un astre passa à l’horizon,

Descendant...descendant.

Ma chemise était

Entre feu et vent,

Et mes yeux pensaient

A des dessins sur le sable.

Et mon père a dit un jour :

Celui qui n’a pas de patrie,

N’a pas de sépulture

... Et il m’interdit de voyager !

Commenter  J’apprécie          1030
Piatka   20 mai 2015
Le Lit de l'étrangère de Mahmoud Darwich
L'ART D'AIMER



Avec la coupe sertie d’azur,

Attends-la

Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir,

Attends-la

Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne,

Attends-la

Avec le bon goût du prince raffiné et beau,

Attends-la

Avec sept coussins remplis de nuées légères,

Attends-la

Avec le feu de l’encens féminin partout,

Attends-la

Avec le parfum masculin du santal drapant le dos des chevaux,

Attends-la.

Et ne t’impatiente pas. Si elle arrivait après son heure,

Attends-la

Et si elle arrivait, avant,

Attends-la

Et n’effraye pas l’oiseau posé sur ses nattes,

Et attends-la

Qu’elle prenne place, apaisée, comme le jardin à sa pleine floraison,

Et attends-la

Qu’elle respire cet air étranger à son cœur,

Et attends-la

Qu’elle soulève sa robe qu’apparaissent ses jambes, nuage après nuage,

Et attends-la

Et mène-la à une fenêtre, qu’elle voit une lune noyée dans le lait,

Et attends-la

Et offre-lui l’eau avant le vin et

Ne regarde pas la paire de perdrix sommeillant sur sa poitrine,

Et attends-la

Et comme si tu la délestais du fardeau de la rosée,

Effleure doucement sa main lorsque

Tu poseras la coupe sur le marbre,

Et attends-la

Et converse avec elle, comme la flûte avec la corde craintive du violon,

Comme si vous étiez les deux témoins de ce que vous réserve un lendemain,

Et attends-la

Et polis sa nuit, bague après bague,

Et attends-la

Jusqu’à ce que la nuit te dise :

Il ne reste plus que vous deux au monde.

Alors, porte-la avec douceur vers ta mort désirée

Et attends-la...!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          990
neimad6891   05 avril 2010
La Trace du papillon : Pages d'un journal (été 2006-été 2007) de Mahmoud Darwich
J'imagine



J'imagine

et il n' y a pas de mal à cela

ni d'illusion;

que, d'un fil de soie, je coupe le fer,

que d'un fil de laine,

je construits les tentes du lointain

et que je leur échappe

et échappe à moi-même

car je suis...comme je suis!
Commenter  J’apprécie          930
Mahmoud Darwich
Piatka   26 octobre 2013
Mahmoud Darwich
On dit que la poésie se définit par son contraire.

Mais quel est le contraire de la poésie ?
Commenter  J’apprécie          860
Moan   10 mai 2012
Anthologie poétique de Mahmoud Darwich
Vous, qui tenez sur les seuils, entrez

Et prenez avec nous le café arabe.

Vous pourriez vous sentir des humains, comme nous.

Vous, qui tenez sur les seuils,

Sortez de nos matins

Et nous serons rassurés d'être comme vous,

Des humains!
Commenter  J’apprécie          730
Mahmoud Darwich
alzaia   19 mars 2013
Mahmoud Darwich
La Palestine est belle - oui la Palestine est belle

Variée riche - riche en histoire

C'est une terre de mythes

de pluralismes

et elle est fertile malgré le manque d'eau

elle est modeste aussi

la nature y est modeste

c'est un pays simple

Voici la terre de mon poème

et dans ces terres je me sens un peu étranger

il est vrai que l'on peut se sentir étranger

même dans son propre miroir

il y a quelque chose qui me manque

et ça me fait mal

je me sens comme un touriste

sans les libertés du touriste.

Etre en visite me mine,

quoi de plus éprouvant que se rendre visite à soi même...



________



Extrait d'un documentaire "Mamhoud Darwich : Et la terre comme une langue" de Simone Bitton

Commenter  J’apprécie          690
Mahmoud Darwich
Piatka   22 septembre 2013
Mahmoud Darwich
Le point de départ du poème peut-être une idée, une situation, un événement, une interrogation métaphysique ou un fait divers.

Le poème ressemble à des nuages dont il faut transformer les formes en images, et les images surviennent lorsqu'elles trouvent leur cadence. Je commence invariablement par un tempo.
Commenter  J’apprécie          660
cicou45   22 juillet 2012
Ne t'excuse pas de Mahmoud Darwich
"La poésie, mon ami, est cette nostalgie inexplicable qui fait d'une chose un spectre et d'un spectre une chose."
Commenter  J’apprécie          670
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes mieux connus du siècle passé 2

En ce temps-là j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus / de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers / et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon cœur tour à tour brûlait comme le temple / d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou / Quand le soleil se couche. / .................................... - Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Paul Valéry
Paul Fort
Blaise Cendrars
Charles Péguy
Pierre Mac Orlan
Jean Tardieu
Matéi Visniec

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie française , poésie en prose , poésie contemporaine , poésie française contemporaine , poésie roumaineCréer un quiz sur cet auteur
.. ..