AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.67 /5 (sur 316 notes)

Nationalité : Norvège
Né(e) à : Oslo , le 30/07/1975
Biographie :

Maja Lunde est une scénariste et romancière norvégienne.

Diplômée de l'université d'Oslo, elle entre en littérature en 2012 avec son roman "À travers la frontière" ("Over grensen").

Maja Lunde a écrit des scénarios pour la télévision et huit livres pour la jeunesse avant de se lancer dans la rédaction d'"Une histoire des abeilles" ("Bienes historie", 2015), son premier roman pour adultes, sur la disparition progressive des abeilles et ses conséquences, couronné du Fabelprisen en 2016.

Son roman "Blå" (2017) est paru en 2019 aux éditions "Presses de la Cité" sous le titre "Bleue", puis chez Pocket, en 2020, sous le titre "La fin des océans".

Maja Lunde vit avec son mari et ses trois enfants à Godlia, à Oslo.

son site : http://www.majalunde.com/
Twitter : https://twitter.com/majalunde
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Maja Lunde   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Maja Lunde - Une histoire des abeilles


Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
Ptitgateau   22 août 2017
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
L'abeille meurt quand ses ailes sont usées, déchiquetées par trop de battements, comme les voiles du hollandais volant. Alors qu'elle prend son envol, gorgée de nectar et de pollen, ses ailes, sans prévenir, refusent de la porter. Elle ne retourne jamais à la ruche, mais s'écrase au sol avec son butin. Si les abeilles étaient douées de sentiments humains, sans doute éprouveraient-elles à ce moment-là un bonheur sans mélange : la satisfaction d'entrer au royaume des cieux en ayant accompli leur devoir d'abeille, en ayant fourni pour ce faire des efforts gigantesques compte tenu de la petitesse de leur corps.
Commenter  J’apprécie          472
Cancie   26 mai 2019
La fin des océans (Bleue) de Maja Lunde
Les hommes s'étaient mis eux-mêmes dans le pétrin, constatait Thomas, amusé. Alors que la production d'électricité issue des centrales à charbon avait participé au réchauffement climatique et à la pénurie d'eau, nous avions maintenant besoin de plus de courant encore pour produire de l'eau potable.
Commenter  J’apprécie          420
NathalC   19 novembre 2018
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
Nous ne sommes rien sans passion.
Commenter  J’apprécie          330
iris29   28 octobre 2017
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
- Saviez-vous que la première référence au café apparaît dans une histoire éthiopienne vieille de mille cinq cents ans ? demanda Rick. (..)

- Eh oui. Un jour un berger a constaté que se chèvres avaient un comportement étrange depuis qu'elles avaient mangé des baies rouges. Elles ne dormaient plus. Il alla voir un moine. (...) le moine luttait pour ne pas s'endormir pendant la prière. Il décida donc de mettre ces baies dans de l'eau bouillante puis de la boire. Et voilà ! Le café était né.
Commenter  J’apprécie          270
iris29   30 octobre 2017
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
(...) l'éducation : sans elle, nous ne sommes rien. Sans elle, nous sommes des animaux.
Commenter  J’apprécie          241
Harioutz   19 mai 2018
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
Bien vite, ma mère se détacha du monde comme les pétales de fleur qui s'envolent à la fin du printemps. Il y avait du vent dans son regard devenu impossible à saisir.

Elle ne put se rendre aux champs. Cloîtrée chez elle, se nourrissant à peine, elle maigrit à vue d’œil, se mit à tousser, perdit toute force. Puis elle contracta une pneumonie.

Un jour que je lui rendais visite, je trouvai porte close. Après avoir sonné à plusieurs reprises,, je décidai d'utiliser mon double de clé pour entrer chez elle. Ordonné et propre, l'appartement avait été vidé de toutes ses affaires personnelles : le coussin, sur le canapé, auquel elle avait l'habitude de s'adosser, le bonsaï dont elle prenait un soin si minutieux, la couverture brodée dont, frileuse, elle aimait se couvrir les cuisses.

L'après-midi même on m'informa que ma mère avait été envoyée dans le Nord. Le responsable de la santé du district m'assura qu'elle était entre de bonnes mains, et me donna le nom de la maison de retraite, en même temps qu'une vidéo de mauvaise qualité qui présentait l'institution. De belles chambres, grandes et lumineuses, hautes de plafond, un personnel souriant. Mais quand je demandai l'autorisation de m'absenter pour aller la voir, on me répondit qu'il me faudrait attendre la fin de la période de floraison.

Quelques semaines plus tard, j'appris qu'elle "s'en était allée".

"S'en était allée" : c'étaient les mots. Comme si elle s'était levée un matin, avait fait ses valises et était partie. Je m'interdisais de penser à ses derniers jours. A la toux rauque, la fièvre, la peur, la solitude. A cette mort sordide. Mais qu'aurais-je pu faire ? Qu'aurais-je pu faire de plus ? me répétait Kuan, et moi après lui. J'avais presque fini par y croire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Harioutz   17 mai 2018
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
Je me régalai en silence et n'en laissai pas une miette, il y avait au moins une personne dans cette maison qui savait apprécier les bonnes choses. Je sauçai mon assiette avec un morceau de pain, posai mes couverts et me levai.

Tom voulut m'imiter alors que son assiette était encore à moitié pleine.

- Merci, c'était bon, dit-il.

- Tu dois finir ce que ta mère a préparé, fis-je remarquer.

Je m'étais efforcé de garder un ton désinvolte, mais sans doute m'étais-je exprimé d'une voix un peu acerbe.

- Il a déjà bien mangé, le défendit Emma.

- Elle a passé des heures en cuisine.

Ce en quoi j'exagérais grandement. Tom se rassit. Souleva sa fourchette.

- Ce n'est qu'un pain de viande, George ! s'exclama Emma. Ça ne m'a pas pris tant de temps que ça.

Je voulus protester. Elle s'était décarcassée, aucun doute là-dessus, elle était tellement contente d'avoir Tom à la maison. Elle méritait vraiment que le gamin sache le mal qu'elle s'était donné.

- J'ai mangé un sandwich dans le car, avoua Tom, le nez dans son assiette.

- Tu as mangé juste avant de retrouver les bons petits plats de ta mère ? Ils ne t'ont pas manqué ? As-tu déjà goûté meilleur pain de viande que celui-ci ?

- Mais papa ... c'est juste que ...

Il se tut.

J'évitais de regarder Emma, je savais qu'elle me fixait, la bouche pincée, avec un "Stop !" dans les yeux.

- C'est juste que quoi ?

Tom tripota la nourriture dans son assiette.

- Je ne mange plus de viande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
iris29   29 octobre 2017
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
Tous ceux qui élèvent des abeilles le savaient : ce n'était pas le miel qui rapportait gros. C'était la pollinisation. Sans les abeilles, il n'y avait pas d'agriculture possible. Des hectares et des hectares d'amandiers ou de myrtilliers ne valaient rien si les abeilles ne butinaient pas leurs fleurs. Elles pouvaient parcourir plusieurs kilomètres par jour. Ce qui représentait des milliers de fleurs. Sans abeilles, les fleurs se révélaient aussi vaines que les participantes à un concours de Miss. Leur beauté s'évanouissaient avec le temps et elles mouraient sans donner le moindre fruit.
Commenter  J’apprécie          210
Asterios   24 mai 2019
La fin des océans (Bleue) de Maja Lunde
Quand on est seul avec un enfant, on est pas deux mais un être humain et demi.
Commenter  J’apprécie          230
iris29   01 novembre 2017
Une histoire des abeilles de Maja Lunde
Les sept filles me donnaient la migraine. Elles ne cessaient de crier, brailler, s'agiter, pleurnicher, glousser, cavaler, tousser, renifler et surtout jacasser...
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-56469

Que change-t-il dans l'une de ses premières chansons, en 1964?

Un peu de vent
Sa vie de vaurien

12 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , france , titresCréer un quiz sur cet auteur

.. ..