AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 433 notes)

Nationalité : Pakistan
Né(e) à : Mingora, Khyber Pakhtunkhwa , le 12/07/1997
Biographie :

Malala Yousafzai ou Malala Yousufzai (en ourdou : ملالہ یوسف زئی) est une militante des droits de la femme pakistanaise.

Elle se fait connaître du grand public début 2009, à 11 ans, par son témoignage intitulé "Journal d'une écolière pakistanaise" sur un blog en ourdou de la BBC.
Sous le pseudonyme de Gul Makai, elle dénonce les violences des talibans qui après avoir pris le contrôle de la vallée de Swat en 2007, incendient les écoles pour filles et assassinent leurs opposants. Elle apparaît alors en larmes dans une vidéo et dit vouloir devenir médecin.

Le 9 octobre 2012, elle est victime d'une tentative d'assassinat par des talibans du Tehrik-e-Taliban Pakistan à la sortie de son école où elle est grièvement blessée au cou et à la tête, attentat condamné par toute la classe politique du pays. Hospitalisée au Pakistan, elle est transférée vers l'hôpital Queen Elizabeth de Birmingham au Royaume-Uni le 15 octobre pour suivre un traitement plus poussé. Le 3 janvier 2013, Malala Yousafzai quitte l'hôpital afin de poursuivre sa rééducation à domicile.

Le 19 décembre 2011, elle reçoit le premier prix national de la jeunesse pour la paix du gouvernement pakistanais. En septembre 2013, à Dublin, elle reçoit le prix le plus prestigieux d'Amnesty International, l'organisation de défense des droits de l'homme.

Son livre, "Moi, Malala, je lutte pour l'éducation et je résiste aux talibans", est lancé dans 21 pays simultanément en octobre 2013. Le 20 novembre 2013, à Strasbourg, elle reçoit le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit du Parlement européen.

Le 10 octobre 2014, âgée de 17 ans, elle obtient le Prix Nobel de la paix avec l'Indien Kailash Satyarthi, ce qui fait d'elle la plus jeune lauréate de l'histoire de ce prix.

En 2015, elle fait l’objet d’un documentaire "Je m’appelle Malala" évoquant son enfance. Il a été tourné pendant 18 mois, dans différents pays.
Elle est également auteur de "Le crayon magique de Malala" (Malala's Magic Pencil , 2017).

Elle est acceptée comme étudiante au Lady Margaret Hall de l'Université d'Oxford à la rentrée 2017, après avoir obtenu des notes qui le lui permettent aux A-level.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

C?est avec une grande fierté que Hachette Romans publiera le 17 avril 2019 le nouveau livre de Malala Yousafzai : Nous avons dû partir. Les chiffres sont accablants. D?après les dernières statistiques du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés, plus de 44 000 personnes sont obligées de fuir de chez elle chaque jour tandis qu?il y a 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde. Malala est partie à la rencontre de jeunes femmes qui, comme elle, ont dû fuir leur pays. Ce recueil de témoignages inédit aborde leurs histoires, leurs rêves et comment elles se sont construites ou reconstruites loin de chez elles. Précommander Nous avons dû partir : https://amzn.to/2UH66K7 https://bit.ly/2UoN5wH https://bit.ly/2uTJmYQ

+ Lire la suite

Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaoui   04 novembre 2013
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Les talibans sont contre l’instruction parce qu’ils pensent que lorsqu’un enfant lit un livre, apprend l’anglais ou étudie la science, il s’occidentalise. Mais moi, je dis : « L’instruction, c’est l’instruction. Nous devons tout apprendre et choisir ensuite quelle voie nous suivons. » L’instruction n’appartient ni à l’Occident ni à l’Orient, elle appartient à l’humanité.
Commenter  J’apprécie          941
jeunejane   18 février 2015
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Mon père gardait dans sa poche un poème de Martin Niemöller, qui vivait dans l'Allemagne nazie. Il disait :

"Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les socialistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas socialiste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit parce que je n'étais pas juif.

Lorsqu'ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit, parce que je n'étais pas catholique.

Lorsqu'ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester."

Il avait raison. Si les gens se taisaient, rien ne changerait.
Commenter  J’apprécie          805
ssstella   02 mars 2016
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Quand des filles disparaissent, ce n'est pas toujours parce qu'elles sont mariées. Il y avait une jolie fille de quinze ans appelée Seema. Tout le monde savait qu'elle était amoureuse d'un garçon et, parfois quand il passait non loin, elle le regardait de sous ses longs cils noirs que toutes les autres filles lui enviaient. Dans notre société, une fille qui flirte avec un jeune garçon apporte la honte sur sa famille. Mais un homme a tous les droits ! On nous a annoncé qu'elle s'était suicidée. Mais nous avons fini par apprendre que c'était sa famille qui l'avait empoisonnée.
Commenter  J’apprécie          631
ssstella   09 mars 2016
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Après cela, Radio Mollah consacra toute son énergie aux écoles. Il se mit à s'élever contre les administrateurs et à féliciter nommément les filles qui se déscolarisaient : "Mlle Untel a cessé d'aller à l'école et ira au paradis." Ou encore : "Mlle Kulsoom, de tel village, a quitté l'école en CM2 et je la félicite." Les filles comme moi qui continuaient d'aller en cours, il les qualifiaient de buffles et de moutons.

Mes amies et moi n'arrivions pas à comprendre pourquoi c'était mal.

- Pourquoi ne veulent-ils pas que les filles aillent à l'école ? demandai-je à mon père.

- Ils ont peur de la plume, répondit-il.
Commenter  J’apprécie          580
Malala Yousafzai
Noellye   02 octobre 2015
Malala Yousafzai
Quand le monde entier est silencieux, une seule voix peut faire la différence.
Commenter  J’apprécie          510
DilanYilmaz   13 octobre 2014
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde
Commenter  J’apprécie          460
Judithbou   18 juillet 2015
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Quand un garçon naît au Pakistan, c'est l'occasion de grandes réjouissances. On tire des coups de feu en l'air. On dépose des cadeaux dans le berceau du bébé. Et on inscrit le prénom du garçon dans l'arbre généalogique de la famille. Mais quand c'est une fille, personne ne vient rendre visite aux parents, et les femmes éprouvent simplement de la sympathie pour la mère.

Mon père n'accordait aucune attention à ces coutumes. J'ai vu mon prénom - écrit à l'encre bleue brillante - juste là, au milieu des prénoms masculins de notre arbre généalogique. Le premier prénom féminin en trois cents ans !

Toute mon enfance, il m'a chanté une chanson sur ma fameuse homonyme pachtoune : " O Malalai de Mainwand fredonnait-il, lève toi encore pour faire comprendre le chant de l'honneur aux Pachtounes, Tes paroles poétiques font se retourner les mondes, Je t'en prie, lève-toi encore une fois."
Commenter  J’apprécie          342
luocine   01 mai 2015
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Le terrorisme c’est la peur tout autour de soi. C’est aller se coucher le soir sans savoir quelles horreurs le lendemain matin apportera. C’est se réfugier avec sa famille dans la pièce centrale parce qu’on a décidé d’un commun accord que c’est l’endroit le plus sûr où se tenir. C’est descendre sa propre rue sans savoir à qui on peut faire confiance.

Le terrorisme, c’est la crainte, quand votre père passe la porte pour sortir le matin, de ne pas le voir revenir le soir…..

Pendant la seule année 2008, les talibans ont fait exploser deux cents écoles.

Commenter  J’apprécie          340
AnneBoulangerPecout   10 octobre 2014
Moi, Malala de Malala Yousafzai
« Dans les camps de réfugiés afghans, par exemple, on fournit aux écoliers de manuels rédigés par des universitaires américains qui illustraient les mathématiques avec des images d’armes et donnaient des exemples comme : « Si sur 10 Russes infidèles, 5 sont tués par un musulman, il en restera 5 » ou encore : « 15 balles moins 10 balles égalent 5 balles. » (p 46-47)

« Le taliban parlait du djihad dans des termes si glorieux que mon père en fut captivé. L’étudiant ne cessait de souligner que la vie terrestre était brève et qu’il y avait peu d’espoir pour les jeunes hommes du village. […] De ce fait, l’idée d’un paradis doté de soixante-douze vierges devenait attirante. Chaque soir, mon père priait : ‘O Allah, fais qu’il y ait une guerre entre musulmans et infidèles afin que je puisse mourir pour toi et devenir un martyr.’ [Après la rencontre de son futur beau-frère :] Il se retrouva déchiré entre les deux extrêmes, laïcité et socialisme d’un côté, et islam militant de l’autre. Il finit par se retrouver quelque part au milieu. » (p 47-48)

« C’est la confiance absolue de ma grand-mère en mon père qui lui donna le courage de trouver la voie du milieu. » (p 51)

« La liberté n’a pas de valeur si elle ne comprend pas la liberté de faire des erreurs. » (Gandhi, cité p 95)

« Devant le bureau de mon père était accrochée une copie d’une lettre écrite par Abraham Lincoln au professeur de son fils, traduite en pachto. C’est une très belle lettre remplie de sages conseils. ‘Enseignez-lui, si vous pouvez, les merveilles des livres… Mais laissez-lui un peu de temps libre pour considérer le mystère éternel des oiseaux dans le ciel, des abeilles au soleil, et des fleurs au flanc d’un coteau vert. A l’école, enseignez-lui qu’il est bien plus honorable d’échouer que de tricher.’ » (p 95)

« La vie ne se résume pas à inspirer de l’oxygène pour expirer du gaz carbonique. Tu peux soit tout accepter des talibans, soit te dresser contre eux. » (Un ami du père de Malala à celui-ci, p 155)

« Parle un langage de vérité. La vérité abolit la peur. » (Le père de Malala à celle-ci, p 177)

« Durant cette période, le pire fut quand on commença à douter les uns des autres. » (p 191)

« Un jour, je vis mon petit frère Atal creuser avec acharnement dans le jardin. – Que fais-tu ? lui demandai-je. – Je creuse une tombe. Comme les informations débordaient de morts et de massacres, il était naturel qu’Atal pense à des tombes et à des cercueils. » (p 192)

« La terreur avait rendu les gens cruels. Les talibans mettaient à bas nos valeurs pachtounes comme celles de l’islam. » (p 194)

« Les talibans sont contre l’instruction parce qu’ils pensent que lorsqu’un enfant lit un livre, apprend l’anglais ou étudie la science, il s’occidentalise. Mais moi, je dis : L’instruction, c’est l’instruction. Nous devons tout apprendre et choisir ensuite quelle voie nous suivons. L’instruction n’appartient ni à l’Occident ni à l’Orient, elle appartient à l’humanité. » (p 206)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
jeunejane   21 février 2015
Moi, Malala de Malala Yousafzai
Je sais que c'est un combat d'envergure : sur la planète, il y a 57 millions d'enfants qui ne sont pas scolarisés, dont 32 millions de filles. Malheureusement, mon pays, le Pakistan est l'un des pires.

Nous avons presque 50 millions d'adultes analphabètes, dont deux tiers sont des femmes comme ma propre mère.
Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Malala Yousafzai (753)Voir plus


Quiz Voir plus

Malala

De quelle vallée du Pakistan Malala est-elle originaire ?

Hunza
Gojal
Swat

10 questions
153 lecteurs ont répondu
Thème : Moi, Malala de Malala YousafzaiCréer un quiz sur cet auteur

.. ..