AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.41 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 13/08/1973
Biographie :

Elle a grandi dans les beaux quartiers, fut élève en khâgne au lycée Fénelon pour devenir professeure d’histoire-géographie, et s’est retrouvée dans un collège "sensible" de Seine-Saint-Denis. Une expérience narrée dans un best-seller paru en 2003 dans "Collèges de France".

Aujourd’hui, Mara Goyet quitte sa ZEP et revient à Paris. Un échec personnel, que la jeune prof raconte dans "Tombeau pour le collège". Désabusée, elle y explique pourquoi le modèle républicain ne peut pas fonctionner en ZEP. Tout en décochant ses flèches sur les enseignants, les parents, les syndicats, et sur elle-même.

Elle tourné dans "La vie de famille" de Jacques Doillon en 1984.

Source : Le Point
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Mara Goyet - Le livre qui a changé ma vie
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   16 novembre 2018
Ça va mieux, ton père ? de Mara Goyet
Quand je vois mon père déambuler toute la journée, dans les couloirs roses, de part et d’autre sertis de rampes de sécurité, comme un spectre bien aimé, dénué de toute amertume, de toute agressivité, je regrette paradoxalement ce monde dans lequel un père faisait ployer les flammes des chandelles, faisait taire les enfants et dont les pas n’étaient pas une errance.
Commenter  J’apprécie          220
Ladybirdy   16 novembre 2018
Ça va mieux, ton père ? de Mara Goyet
Dans un premier temps, je m’étais dit que la solution, pour ne pas avoir peur de l’Ehpad, de sa haute concentration en vieillesse et déchéance, c’était de faire abstraction. De ne voir que mon père et de ne pas prêter attention aux autres résidents. Sans lien avec eux, car je pensais que leur présence ne pouvait être qu’insupportable et déprimante.

C’est le contraire. Il faut imaginer des gens parfois totalement isolés. Sans famille ni enfants. Qui restent toute leur vie dans l’unité fermée, dans cet étage limité. Des gens de tout âge (de 70 à 100 ans environ), perdus, malades, désorientés mais capables de parler, de rigoler, d’aimer. De serrer dans leurs bras des peluches, des poupées.
Commenter  J’apprécie          170
Ladybirdy   17 novembre 2018
Ça va mieux, ton père ? de Mara Goyet
À quoi bon disparaître si personne ne s’en aperçoit ? À quoi bon pleurer si l’on n’est pas écoutée ? À quoi bon se désoler, si l’on ne peut pas en faire profiter les autres ? À quoi bon vivre ce qui ne peut être raconté ? À quoi bon désespérer dans un coin de plage si l’on n’est pas regardé ? Tant qu’il y a de la vie, il faut faire beaucoup de bruit. La discrétion, c’est déjà une forme de mort à bas bruit. Tant qu’il y a de l’hystérie, il y a de la vie.

Commenter  J’apprécie          153
Ladybirdy   16 novembre 2018
Ça va mieux, ton père ? de Mara Goyet
En réalité, j’organise ma solitude. Je la mets en scène. De manière assez agressive, mais aussi protectrice : je suis très entourée. Il y a mon mari avec lequel je ne cesse de discuter, à qui je ne cesse de demander de me réconforter, de me consoler, de me rassurer. Il le fait. C’est sans doute pour cela que je ne me suis pas effondrée. Il y a mes enfants, mes beaux-enfants. Et le chat, aussi. Qui s’en fout. C’est bien aussi d’avoir quelqu’un qui s’en fout.
Commenter  J’apprécie          140
chardonette   07 février 2012
Tombeau pour le collège de Mara Goyet
Entre collègues, nous parlons beaucoup des élèves, des classes, de nos cours. Mais nous ne parlons que rarement du niveau des élèves. Tout se passe comme si les résultats et le travail scolaire étaient devenus une question secondaire.
Commenter  J’apprécie          60
meeva   10 mars 2015
Collège brutal de Mara Goyet
[…] il est bien plus simple de mettre l’élève au centre du système.

Cela ne le rendra ni con, ni criminel, ni confit dans son ego. Cela ne le rendra pas acteur de sa propre scolarité ni producteur de son savoir (foutaises, il faudrait pour ce faire rendre l’école obligatoire jusqu’à trente-cinq ans tant cela prendrait du temps). Cela l’aidera sans vous transformer pour autant en larbin ancillaire pédophile pédagogue gâteux.

Commenter  J’apprécie          50
meeva   11 mars 2015
Collège brutal de Mara Goyet
Vous ne savez plus, par exemple, si la modernité est une bonne ou une mauvaise chose et vous vous demandez si cette question a le moindre sens. Vous vous demandez aussi si vous devez fatalement enseigner en rempart, faire cours contre. Contre quoi d’ailleurs ? Le racisme. La bêtise. L’éphémère. La barbarie. L’ignorance. Notre époque. Rihanna.
Commenter  J’apprécie          40
chardonette   07 février 2012
Tombeau pour le collège de Mara Goyet
Doit-on accuser les parents? Certains, sans doute. Mais qui peut prétendre qu'il est facile d'élever ses enfants aujourd'hui. Surtout quand vous avez des revenus modestes, que vous parlez mal français et que la télé qui occupe si bien les enfants vous fait comprendre que, sans Nike ni portable dernier cri, votre enfant ne sera que la moitié d'un élève.
Commenter  J’apprécie          30
Giwago   28 avril 2008
Collèges de France de Mara Goyet
« Les élèves sont toujours stupéfaits lorsqu’on leur apprend que la majorité des musulmans de la planète sont asiatiques. Pour eux, comme pour beaucoup de gens, musulman et arabe, c’est la même chose. Cela les trouble donc beaucoup. Au point qu’un élève, qui n’en revenait pas, m’a demandé si en Indonésie on faisait le couscous avec du riz. »
Commenter  J’apprécie          30
rbreizh   22 septembre 2018
Jules Ferry et l'enfant sauvage. Sauver le collège de Mara Goyet
J'ai passé mes dix premières années d'enseignement à refuser de déroger. J'ai tenu dur comme fer à être un enseignant digne, droit, ferme. Cela m'a demandé beaucoup de contorsions, d'efforts, de souffrances. Puis j'ai compris: l'essentiel n'est pas de refuser de déroger mais de s'interdire d'abdiquer. D'abdiquer sa responsabilité.

En face de soi, au cours de sa carrière, on a quantité d'élèves. Certains, parmi eux, un petit nombre (mais cela suffit à vous miner, à vous décourager), ont un comportement impossible, abominable, pervers, manipulateur. Ils vous roulent dans la farine, ont un certain talent pour la victimisation, ruinent des tonnes de cours, repèrent vos failles, celles de vos collègues. Leur présence finit par diffuser un malaise, le sentiment de quelque chose de scandaleux. A vrai dire, sans eux, tout irait mieux. Ils nuisent, non seulement à leur propre scolarité, mais aussi à celle de leurs camarades, au travail de leurs professeurs, à la vie d'un établissement. C'est intolérable. [...] Il faut dire qu'il n'y a souvent pas grand chose à faire. On n'aurait peut-être pas pu espérer mieux. Il y avait cependant une possibilité de faire un peu autrement. Se sentir responsable de cet élève jusqu'au bout. Se sentir son professeur, malgré lui, malgré nous, malgré tout. Cette attitude responsable n'est en rien une forme d'empathie, de mièvrerie, d'angélisme ou de sadomasochisme. Elle ne se traduit pas, dans un premier temps, en acte mais en esprit. C'est un axe, une idée régulatrice qui, à terme, pourrait quand même changer un peu les choses, nous permettre de sortir de cette logique d'exclusion, de rupture, d'affrontement qui occupe encore trop de place dans l’Éducation nationale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Comment j'ai survécu aux défis babelio

Quel est le point de vue de Matho sur les quiz scolaires ?

il s'en fiche
que ne pas les valider ne gênerait ni le public ni les élèves

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : entente , harmonie , jeunesse , scolaire , pédagogie , défiCréer un quiz sur cet auteur
.. ..