AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 81 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 10/06/1932
Mort(e) à : Paris , le 24/06/2020
Biographie :

Marc Fumaroli est un historien, essayiste et académicien français.

Il passe son enfance et son adolescence à Fès (Maroc). Il effectue des études secondaires au lycée Mixte de Fès (où il obtient un baccalauréat de Lettres) et des études supérieures au lycée Thiers à Marseille, à l’Université d’Aix-en-Provence et à la Sorbonne.

En 1958, Marc Fumaroli est reçu à l'Agrégation de lettres classiques. De septembre 1958 à janvier 1961, il effectue son service militaire à l’École militaire interarmes de Coëtquidan et dans le VIe Régiment d’artillerie à Colbert, dans le Constantinois.

De septembre 1963 à août 1966, il est pensionnaire de la Fondation Thiers. Assistant à la Faculté des lettres de Lille de 1966 à 1969, puis chargé d'enseignement à l'Université de Lille III de 1969 à 1976, il devient docteur ès Lettres et maître de conférences à Paris IV-Sorbonne en juin 1976. De 1978 à 1985, il est Professeur à l'Université de Paris IV Sorbonne.

En 1986 il est élu professeur au Collège de France et chargé de conférence sur « Rhétorique et société en Europe (XVIe-XVIIe siècles) ».

Il est élu à l'Académie française le 2 mars 1995 au fauteuil 6, succédant à Eugène Ionesco et le 30 janvier 1998, à l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil laissé par Georges Duby.

En 1996, Marc Fumaroli a été élu président de la Société des Amis du Louvre.

Depuis 1997, Marc Fumaroli est Professor at large de l’Université de Chicago au titre du Department of Romance Languages et du Committee on Social Thought.

Depuis 2003, Marc Fumaroli est professeur honoraire au Collège de France et fait partie de plusieurs commissions.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Cette émission "Une Vie, une Œuvre", consacrée à Boèce, dans laquelle intervient Marc Fumaroli, est diffusée le 11 juillet 1991, sur France Culture, et réalisée par Françoise Estèbe et Isabelle Yhuel. Autres invités : Philippe Hoffman, Colette Lazam, André Miquel et Michel Onfray.

Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   12 juillet 2018
Chateaubriand : Poésie et Terreur de Marc Fumaroli
Le principe néfaste qui est à l'origine de ces errements est le même qui avait fait s'installer l'absolutisme en France après la Fronde et ce qui avait porté le despotisme à des sommets inconnus sous la Révolution et sous l'Empire : la terreur panique qu'inspire la société civile française à ceux qui la gouvernent et l'intimidation rétractée et préventive qu'ils mettent en oeuvre pour s'en protéger. Avec le génie satirique de Swift, Chateaubriand s'amuse à décrire la peur irraisonnée qui s'était emparée de la famille royale et de la camarilla de cour au moment de regagner Paris après Waterloo, les poussant à se jeter dans les pattes du régicide Fouché, l'inventeur et le patron de la police politique. Le même mécanisme de crainte avait poussé le roi trois mois plus tôt à la fuite précipitée, prématurée et sans le moindre effort pour organiser la résistance et galvaniser les forces fidèles, alors que Napoléon, jouant d'audace, était loin encore d'avoir la partie gagnée. Dans ses Mémoires, où il a raconté ses vains efforts pour rappeler Louis XVIII à la dignité et au véritable réalisme, le récit des journées de 1830 stigmatise l'alternance analogue, chez Charles X, entre l'autoritarisme imbécile des Ordonnances, dicté par une peur injustifiée, et la débandade panique aux premiers signes d'une rébellion populaire provoquée par les mesures mêmes qui prétendaient la prévenir.



Ainsi la méfiance de principe envers la société française, dont Louis XIV, tout triomphant qu'il était alors, avait donné l'exemple en 1661, est devenue une constante qui a résisté à 1789 et qui corrompt le premier régime renouant avec l'avant-1789 ; tantôt elle conseille la pleutrerie, tantôt le despotisme, rendant difficiles, sinon impossibles la confiance et le naturel que suppose une règle du jeu politique authentiquement libérale. La liberté est inséparable de la grandeur et du courage. La passion qui tenaille les tyrans comme leurs esclaves est une peur réciproque incontrôlable et incontrôlée. Et la peur est le principe de la terreur.



pp. 470-471, "Interregnum", Chateaubriand en politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
hupomnemata   19 mars 2014
L'Antiquité rêvée : Innovations et résistances au XVIIIe siècle de Marc Fumaroli
Par ailleurs les arts visuels, comme la poésie, et comme le suprême modèle des uns et de l'autre, la nature, sont assujettis à la loi harmonique des convenances, internes et externes, qui devrait les prévenir de tomber aussi bien dans l'excès d'ornementation et de séduction que dans le désordre contraire, l'excès de sécheresse et de lourdeur, l'un et l'autre trahissant la nature. D'où la nécessité de combattre ces hérésies, qu'on les qualifie selon les époques de maniéristes, naturalistes, baroques, ou rocaille, pour ramener l'aiguille de la beauté au milieu, dans son orientation juste.
Commenter  J’apprécie          111
ivredelivres   02 septembre 2011
Le Poète et le roi de Marc Fumaroli
J’ai fait parler le loup et répondre l’agneau.

j’ai passé plus avant : les arbres et les plantes

Sont devenues chez moi créatures parlantes.

Jean de La Fontaine
Commenter  J’apprécie          110
Julian_Morrow   26 mars 2017
La diplomatie de l'esprit : De Montaigne à La Fontaine de Marc Fumaroli
Dans la France classique, la découverte du bien-dire en prose et la préférence marquée à celui-ci sur la poésie étaient des nouveautés dans toute leur fraîcheur. Elles s'allièrent à un sentiment d'épanouissement, de liberté et d'énergie collective retrouvée. Elles s'accompagnèrent d'un véritable printemps des genres littéraires.

Ces genres qui naissent ou prospèrent alors sont originaux. Ils n'ont pas au dix-septième siècle, et ils n'auront pas avant le dix-huitième siècle, où la France est imitée partout, d'équivalent en Europe. Ni l'essai, ni les Mémoires, ni la correspondance, ni le recueil de moralistes n'ont trouvé hors de France des conditions aussi favorables à leur éclosion à leur floraison. Nulle part, l'art de la conversation n'est devenu, comme en France, le genre-gigogne qui contient et qui juge en dernier ressort toutes les oeuvres de l'esprit, à commencer par les oeuvres littéraires.
Commenter  J’apprécie          90
claudeparis   16 novembre 2015
La République des Lettres de Marc Fumaroli
L'art épistolaire (écartons de nous ce monstre du pédantisme scolastique actuel, l'épistolarité !) doit savoir faire aller de pair, avec l'expression personnelle de qui écrit, la juste intuition du destinataire. Il éduque à la conversation urbaine et polie.
Commenter  J’apprécie          100
5Arabella   10 octobre 2017
Héros et orateurs: Rhétorique et dramaturgie cornéliennes de Marc Fumaroli
On ne saurait être plus clair ; il faut admettre que pour Corneille, comme plus tard pour Gide, "ce que d'autres appellent carrière littéraire...(il) veut (l') appeler (sa) vie". Il ne s'agit donc pas en son cas d'une biographie habituelle, mais d'une biographie d'écrivain, né avec ce trait particulier que son "Je", incapable de trouver son expression dans la "vie" et dans l' "homme" que ses contemporains percevaient, s'est "retranché" dans une oeuvre littéraire et a trouvé dans la création son site.
Commenter  J’apprécie          92
hupomnemata   21 mars 2014
L'Antiquité rêvée : Innovations et résistances au XVIIIe siècle de Marc Fumaroli
Pour Boileau, ces maîtres étaient apparus dans les grands siècles de l'Antiquité gréco-latine, souche mère de la Renaissance du XVIe siècle qui avait fait de la Poétique d'Aristote la pierre angulaire de la théorie de la poésie et des arts européens. Pour Perrault, puisque le Grand Siècle français résume, contient et dépasse tous les précédents, y compris la Renaissance, les maîtres et modèles en langue française qui y on surgi, en poésie et dans les arts visuels, dans les sciences et dans les techniques, s'imposaient désormais à l'imitation et à l'émulation des Européens, sans faire de détour par les modèles antiques. Molière tenait lieu de Térence, Racine d'Euripide, et Le Brun de Raphaël.
Commenter  J’apprécie          81
Julian_Morrow   23 avril 2019
Partis pris de Marc Fumaroli
Toute éducation devrait donner le goût de la lecture des bons livres, à contre-courant du remue-ménage médiatique qui retarde ou empêche l’éclosion du jugement et de l’imagination personnels. Les bons livres ne sont pas nécessairement ésotériques et réservés à leurs spécialistes siégeant en séminaires et colloques. C’est une faiblesse de la littérature actuelle que sa polarisation extrême entre livres pour coteries et livres pour supermarché.



(p.641)
Commenter  J’apprécie          80
hupomnemata   25 mars 2014
L'Antiquité rêvée : Innovations et résistances au XVIIIe siècle de Marc Fumaroli
Winckelmann est un antiquaire de stature européenne qui, une fois à Rome, peut mettre au service de sa science des dons d'historien et d'orateur longuement mûris à la lecture de Montesquieu et de Voltaire. Son Histoire de l'art chez les Anciens introduit une véritable révolution copernicienne dans la littérature artistique. Le point de vue privilégié par Winckelmann n'est plus celui de l'artiste et des divers paramètres poétiques et rhétoriques à l'intérieur desquels son talent devient fécond et sa production classique. Le thème hégélien de "la mort de l'Art" est présupposé dans ce changement radical d'optique. La supériorité de l'art grec classique, irrépétable à jamais, Winckelmann l'explique de l'extérieur par le climat, qui fit croître de superbes modèles d'humanité, et par la liberté, qui instaura une fertile émulation entre pairs. Toutes ces conditions d'apparition sont refusées aux spectateurs tardifs, mélancoliques, bannis de la liesse méditerranéenne, mais transportés hors d'eux-mêmes à la fois par la beauté sublime et disparue des modèles de l'art grec et par l'art suprême avec lequel les sculpteurs grecs, qui avaient ces modèles sous les yeux, en ont fixé pour notre mémoire les archétypes idéaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
karavane   07 août 2012
Le livre des métaphores : Essai sur la mémoire de la langue française de Marc Fumaroli
Oyez dire métonymie,métaphore,allégorie et autres tels noms de la grammaire,semble- t'il pas qu'on signifie quelque forme de langage rare et pellegrin: ce sont titres qui touchent le babil de votre chambrière.



Montaigne (les essais)
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit quiz 14 Juillet

Qui a chanté en premier cette chanson ON N'EST PAS LÀ POUR SE FAIRE ENGUEULER dont voici un extrait: "On n'est pas là pour se faire engueuler on est là pour voir le défilé! On n'est pas là pour se faire assommer on est venu pour voir le défilé! Si tout le monde était resté chez soi, ça f'rait du tort à la République."

Coluche
Boris Vian
Bobby Lapointe

7 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : 14 juillet , fêtes traditionnelles , france , nation , français , defiles , littérature , cinema , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..