AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.03/5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 18/08/1906
Mort(e) à : Clamart , le 31/10/1996
Biographie :

Marcel Carné est un réalisateur français.

D'abord photographe puis assistant opérateur pour Jacques Feyder, Marcel Carné réalise en 1929 son premier court métrage 'Nogent, eldorado du dimanche', documentaire poétique sur les guinguettes.

Journaliste et critique, il est l'assistant de René Clair pour 'Sous les toits de Paris'. De sa rencontre avec Jacques Prévert naît en 1936 son premier long métrage 'Jenny'. Si leur film suivant, 'Drôle de drame' (1937) n'est pas compris, il scelle le tandem pour dix ans.

Avec 'Quai des brumes' (1938), 'Hôtel du Nord' (1938) ou 'Le jour se lève' (1939), Carné s'impose comme un réalisateur d'envergure, à la portée populaire.

C'est l'apogée du 'réalisme poétique' initié par Jean Vigo. Les plus grands acteurs donnent vie aux mots de Prévert : Jouvet, Gabin, Morgan, Pierre Brasseur, Michel Simon...

Ses films illustrent un certain pittoresque parisien, souvent copié depuis, et qui tient en un mot dans la bouche d'Arletty : atmosphère.

Si 'Les enfants du paradis' tourné en 1943, reste son plus grand succès, il produira par la suite des films aussi distincts que 'Les visiteurs du soir' (1943), 'Thérèse Raquin' (1953) ou 'Les tricheurs' (1958).

+ Voir plus
Source : www.evene.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Marcel Carné   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Marcel Carné


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
« Les rêves, la vie, c'est pareil ! ou alors ça vaut pas la peine de vivre. Et puis qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse la vie, c'est pas la vie que j'aime, c'est vous ! »
Commenter  J’apprécie          350
Le personnage de Lacenaire se distingue tout de suite par son goût pour le verbe et son mépris pour l'humanité. Il possède une dimension de subversion sociale qui force la sympathie. C'est un modèle de révolte individuelle.

L'idéalisation du personnage qui tue par vengeance sociale contre la morgue des puissants, correspond bien à l'esprit des "Mémoires" de celui qui mourut sur l'échafaud en 1836, après avoir revendiqué et justifié tous ses crimes.
Commenter  J’apprécie          250
" Ici Jupiter, dit Jéricho, à cause de la trompette, dit la Méduse à cause du radeau..."

L'inquiétante étrangeté "du marchand d'habits" se marque d'abord par ses auto-présentations pleines de métaphores à tiroir : Le jeu phonique sur Jéricho-Géricault, permettant un coq à l'âne entre les trompettes et le célèbre tableau, nous rappelle l'appartenance de Prévert au groupe surréalisme, et leurs rapports jubilatoires aux mots.
Commenter  J’apprécie          173
A quoi s'ajoute la légende du Boulevard du Crime, surnom du boulevard du Temple, haut lieu du spectacle populaire détruit par Haussmann en 1862.
Ce qui au départ évoquait les crimes nombreux qui se perpétraient chaque soir sur les scènes de théâtre, est devenu après la disparition du mélodrame sanglant une allusion aux individus peu recommandables que les bourgeois risquaient de rencontrer en allant s'encanailler dans cet endroit populaire.
Commenter  J’apprécie          140
Édouard. :- Garance comprenez-moi, je voudrais tellement que vous m'aimiez.
Garance. : - Pour vous même ?
E : - Je vous en prie Garance ne me tourmentez pas vous savez ce que je suis capable de faire pour vous, à cause de vous.
G : - A cause de moi ?
E : - Je vous aime Garance comme aucun homme...
G: - ... ne pourra jamais m'aimer ! Alors, de quoi vous plaigniez vous ?
E: - Je voudrais que vous m'aimiez.
G :- Mais je vous aime, mon Ami ! vous êtes séduisant, vous êtes riche, vous avez beaucoup d'esprit, vos amis vous admirent, les autres vous craignent, vous plaisez beaucoup aux femmes. Enfin, tout le monde vous aime Édouard, vraiment il faudrait que je sois bien difficile pour ne pas faire comme tout le monde.
E : - Taisez-vous Garance, vous savez ce que je désire, je veux...
G : - Vous êtes extraordinaire Édouard, non seulement vous êtes riche mais encore vous voulez qu'on vous aime comme si vous étiez pauvre. Et les pauvres alors ? soyez un peu raisonnable mon ami. On ne peut tout de même pas tout leur prendre.
Commenter  J’apprécie          110
L'enjeu de cette scène est aussi historique et politico-culturel : le jugement dédaigneux des trois aristocrates sur Shakespeare devient le révélateur de leur bêtise et de leur grossièreté, face à l'humour de Frédérik.

Carné et Prévert règlent joyeusement leurs comptes avec l'académisme de la culture "légitime" et avec le sens bourgeois des convenances qui ont fait un retour en force dans cette nouvelle Restauration qu'est le régime de Vichy.
Commenter  J’apprécie          110
Mais c'est leur cœur que j'entends,
Leur cœur qui bat,
Qui ne cesse de battre,
Qui bat,
Qui bat,
Qui bat,
Qui bat.....
Commenter  J’apprécie          40
Marcel Carné
“Oublié dans son pays, inconnu ailleurs, tel est le destin du voyageur. ”.
Extrait de Les Visiteurs du soir - Marcel Carné
Commenter  J’apprécie          20
Toujours est-il que Le Breton tenait - et peut-être tient-il encore sa réputation de "dur".
Invariablement coiffé d'un faux Borsalino, le visage talqué, il ne lui manquait que le foulard de soie blanche et quelques centimètres pour ressembler à Pépé le Moko qui aurait survécu à une brève aventure amoureuse.
Commenter  J’apprécie          10
Je n'avait jamais eu l'intention de mettre le film dans le commerce.Je l'avais entrepris,je le répète, pour me démontrer a moi-meme que je pouvais faire autre chose que de parler du travail d'autrui....
Aussi,quel ne fit pas mon étonnement quand les directeurs du Studio des Ursulines,une salle d'avant-garde,a l'époque de tout premier plan,demandèrent a le visionner...
Ils le retinrent sur-le-champ.Le film,qui durait vingt minutes,passa ainsi en première partie entre un documentaire de Jean Painlevé et Le Mystère du Chateau du Dé,de Man Ray.
Alors que je m'attendais a ce que la presse parlat exclusivement du long métrage américain Après la Rafle,donné en seconde partie,les critiques,unanimement accordèrent leurs préférence a Nogent,qui eut une presse disproportionnée avec son importance.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Marcel Carné (36)Voir plus

Quiz Voir plus

Dix auteurs

Elle a grandi au Japon et en garde la nostalgie (heureuse!) . Elle publie un roman à chaque rentrée littéraire. Pourtant, elle en écrit quatre par an.

Virginie Despentes
Delphine de Vigan
Amélie Nothomb

10 questions
315 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}