AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.36 /5 (sur 29 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Germont, commune de Chamberet,Corrèze , le 02/09/1925
Mort(e) à : Germont , le 06/02/1998
Biographie :

Marcelle Delpastre est une auteure limousine de langue occitane et française.

Elle est écolière à Surdoux puis à Saint-Léonard-de-Noblat en Haute-Vienne avant de rentrer au collège de Brive-la-Gaillarde où elle obtient le baccalauréat philosophie-littérature. Elle fait ensuite un passage à l'Ecole des Arts décoratifs de Limoges.

En 1945 Marcelle Delpastre retourne vivre dans la ferme familiale de Germont où elle sera paysanne tout le restant de sa vie. À la fin des années 1940 et au début des années 1950, alors que ses cahiers de poèmes et de notes commencent à s'entasser, Marcelle Delpastre envoie des textes à quelques revues et anthologies de poésie.

Au début des années 1960, Marcelle Delpastre constate avec douleur la mort de son petit village de Germont et avec lui de toute la civilisation paysanne pourtant millénaire en Limousin. C'est à ce moment que la Marcela (comme l'appelle ses amis en occitan) commence à beaucoup s'intéresser aux contes, proverbes et traditions de son pays limousin.

Dans les années 1970 Marcelle Delpastre fait deux rencontres importantes, celles de Michel Chadeuil et de Jan dau Melhau, deux jeunes auteurs en langue limousine. Elle participera régulièrement à leur revue Lo Leberaubre.

Poète , conteuse, romancière et ethnologue, Marcelle Delpastre est aujourd'hui reconnue comme l'un des dix plus grands écrivains occitans du XXe siècle.

+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcelle_Delpastre
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marcelle DELPASTRE – Une Vie, une Œuvre : poète et paysanne (France Culture, 2008) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Élise Andrieu, diffusée le 27 novembre 2008 sur France Culture. Invités : deux voisines, une amie d'enfance et les éditeurs René Rougerie et Dominique Missika.
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
moravia   01 mars 2015
Sorcellerie et magie en Limousin de Marcelle Delpastre
De même que celles de noisetier, les aiguillades de vergne et de sorbier sont très fastes. Et plus encore celle de sorbier, s'il se peut. Puisqu'il suffit d'avoir du sorbier derrière la porte de l'étable pour que l'on soit à l'abri des sorciers.
Commenter  J’apprécie          110
coco4649   10 mai 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
Le poète debout



Le poète est debout sur la haute colline.

Il regarde ― mais quoi ? ― Ce qu'il regarde ? ― Et ce qu'il voit ?



De la forêt, de la rivière et de la ville au loin,

de l'horizon ni de la mer, du sable ni du ciel ?



( Et la mer se devine aux figures de ciel, aux ombres des nuées,

la montagne à l'odeur de la neige ).



Ni le ciel ni la mer qui soient la mer, qui soient le ciel.

Ni l'horizon ni la forêt. Et ni ce qui ressemble



au sable, à la rivière, à l'ombre des forêts.

Ni dans le ciel les signes des oiseaux,



à grands bruits d'ailes, à grands bruits d'eau

( et la mort se devine à l'ombre des oiseaux ).



Ce qu'il voit lui traverse les yeux, lui traverse le cœur,

passe à travers son âme, au travers de son corps.



La neige, la montagne, le sable et la mer ;

les figures sans fin des nuages.



Et la célébration secrète, les obscures noces,

les noces cachées, de la parole avec la bouche.



4 décembre 1972

p.62-63

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649   01 mai 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
La lune



Couteau de sel, lame d'argent,

la lune est blanche à l'horizon.

Que sais-tu de la lune ?

Lame de cuivre, goutte de sang,

la lune est rouge à l'horizon.

Que de fois je l'ai vu e sur le sillon noirci

luire comme une eau vive, et sur les feuilles des tilleuls.

Frange de sel, vague d'argent,

La lune est blanche à l'horizon.

La lune et la nuit se ressemblent.

Plume de givre, flaque de sang,

la lune est rouge à l'horizon.

Que de fois je l'ai vue au milieu de l'étang

plonger sa face endolorie, comme un noyé, comme un pendu

pour quel supplice méconnu,

quelle figure et quelle solitude,

quel symbole et quelle similitude.

Couteau de feu, face d'argent,

la lune est blanche à l'horizon.

Lame d'acier, face de sang,

la lune est rouge à l'horizon.



3 février 1973

p.63-64

Commenter  J’apprécie          70
coco4649   29 avril 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
Le petit peintre japonais



Sur la branche du mirabellier l'oiseau s'est posé. Le petit

peintre japonais voudrait peindre l'oiseau. Il a pris ses par-

chemins, ses pinceaux. Il s'approche et l'oiseau s'envole.

Le petit peintre japonais attend que l'oiseau revienne, et

l'oiseau revient. Mais le peintre ne voit pas bien juste à l'endroit

près du bec où trois plumes jaunes s'ouvrent sur six plumes

rouges. Il s'approche encore, et l'oiseau s'envole.

Le peintre a dessiné la branche du mirabellier. Il a posé

l'oiseau parmi les fleurs demi-ouvertes. Il a peint les ailes, le cou,

et le petit duvet doré sous le jabot. Mais il voit mal trois plumes

jaunes qui tremblent sur six plumes rouges, à l'angle du bec. Il

s'approche et l'oiseau s'envole.

Alors le peintre japonais s'est fait tout petit, tout petit,

comme un oiseau il s'est posé sur la branche du mirabellier.

Lorsque l'oiseau est revenu, il l'a bien vu, mais à peine à-t-il pris

ses pinceaux que l'oiseau a peur et s'envole.

Alors le peintre japonais s'est fait plus minuscule encore, il

est entré dans une fleur de mirabellier, il s'est caché dans la

corolle, et il a peint l'oiseau, même les plumes jaunes à l'angle du

bec, contre les plumes rouges.

Or l'oiseau a vu remuer la fleur, il a pensé c'est un moustique,

il a tendu le bec, et clac ! il avale le peintre. Il n'y a plus de petit

peintre japonais. Mais le parchemin est tombé à terre, avec le

portrait de l'oiseau dessus, même les plumes jaunes et les plumes

rouges.



30 avril 1963

p.16-17

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   29 avril 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
L'oiseau né dans sa cage



L'oiseau qui est né dans sa cage a des ailes de soie, plumes

étincelantes ! L'oiseau qui est né là ne heurte pas les arbres ni

l'herbage, les murs de sa cage, le ciel de l'été.

L'oiseau qui est né là s'étonne de ces ailes dont il n'a rien à

faire et qui lui pèsent sur le corps. Se souvient-il de son père

libre ? De sa mère au milieu des forêts ?

Non. Il ne sait pas l'eau vive et la feuille donnant sont son parfum.

Il ne sait pas la chasse et la poursuite de la proie. Il ne sait pas le

goût du sang sauvage, ni l'odeur.

Jamais il n'a touché à la fontaine vierge, il n'a jamais cueilli

le grain qu'on arrache à la tige et qui tient. Il n'a pas mesuré

l'espace de l'un jusqu'à l'autre rivage,

de l'un à l'autre bord du champ. Mais il sent bien ces ailes

comme un germe battant sur le rythme du cœur, et comme le

ferment d'un rêve éblouissant, l'éclosion du soleil.



15 novembre 1967

p.44

Commenter  J’apprécie          60
coco4649   10 mai 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
Le merveilleux voyage



Enfant – je voudrais être enfant pour t'aimer comme font les

enfants, sans honte et sans calcul.

Et qu'un sourire me suffise, et qu'un regard me dise tout

l'amour.

Je voudrais être enfant pour t'aimer sans honte et sans

remords. Et pour faire avec toi le merveilleux voyage.

Ferme les yeux. Le merveilleux voyage.



9 avril 1976

p.70

Commenter  J’apprécie          60
coco4649   29 avril 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
La pluie qui commence



La pluie qui commence arrache à la terre une odeur sauvage

et forte comme le plaisir.



Viendront les jours, les jours de brume, les jours d'ombre.

Viendront les jours mouillés de la pluie.

Pesants de pluie. Noyés de pluie.

Et le temps monotone des jours comme de vagues automnes,

où le vent pleure les feuilles mortes

parmi les guenilles du ciel.



Qu'importe. La pluie qui commence fait naître à la terre une

odeur violente et forte comme l'amour.



1er mai 1980

p.85

Commenter  J’apprécie          50
syssylle   12 juin 2017
Proses pour l'après-midi, tome 2 : Cinq heures du soir de Marcelle Delpastre
Je mélange!

Il y a dans mon corps de la merde et du sang.Il y a dans me tête du ciel, de la fange et du vent. comme la tourbe des bas-fonds, est-ce poison-- est-ce mélange? Non! Mais il y a de très secrètes connivences et de contacts constants, à cause de l'équivalence et des nécessités du nourrissement.....
Commenter  J’apprécie          50
moravia   01 mars 2015
Sorcellerie et magie en Limousin de Marcelle Delpastre
Même le feuillage, les feuilles, figurent parmi les herbes de la Saint-Jean, pour faire les bouquets aux portes et aux fenêtres des bâtiments, et pour être passés, neuf fois, dans les flammes du feu de Saint-Jean. Après quoi, on les garde et il suffit d'en brûler quelques brindilles quand l'orage approche pour fondre les nuages de foudre.

Les nuages disparaissent sans que l'on voie où ils sont passés, et le tonnerre cesse de gronder.
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   01 mai 2014
Les disparates de Marcelle Delpastre
Mes amis



Ils ont

pour maîtresse une image

qui chante

les nuits de printemps.

Ils ont

les yeux sereins des sages

qui tiennent

les rênes du temps.



Ils sont

la vie, la joie, l'amour, le rêve.

Ils sont

les voyageurs de l'inconnu.

Ils sont

les paysans cherchant la sève.

Ils sont

les retrouvés et les perdus.



Ils sont

tous mes amis de par le monde,

Ils sont

les hors-la-loi et les élus.

Ils sont

les inventeurs de Trébizonde.

Ils sont

dessinateurs de femmes nues.



Ils ont

pour langue-mère la musique.

Ils ont,

pour seules armes, un roseau.

Ils ont

suivi le fleuve fantastique.

Ils ont

̶− ils ont souffert à pleine peau.



Ils ont

tous les pouvoirs, toutes les gloires.

Ils sont

les adieux et le souvenir.

Ils sont

les échappés de la mémoire.

Ils sont

le désespoir et l'avenir.



Je veux

poser sur leur visage

une couronne de bonheur.

Je veux

leur donner voisinage

dans les

arcanes de mon cœur.



19 février 1980

p.83-84

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..