AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.17 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Londres , le 20/05/1904
Mort(e) à : Colchester , le 30/06/1966
Biographie :

Margery Louise Allingham est une romancière britannique.

Elle suit sa scolarité dans un collège pour filles de Cambridge et prend aussi des cours de théâtre tout en désirant toujours devenir écrivain. Elle écrit son premier vrai roman, "Blackkerchief Dick", publié en 1923.

Dans le Londres d'après-guerre, elle fait toujours du théâtre en amateur et fréquente des milieux bohèmes. C'est là qu'elle rencontre son futur époux, le fils d'une famille d'artistes, Philip Yougman-Carter, écrivain, peintre et rédacteur en chef du journal Tatler. Leur mariage a lieu en septembre 1927. Le jeune couple emménage dans un appartement d'Holborn Street où Philip conseille les essais littéraires de son épouse et dont il réalise parfois les illustrations.

Avec "Crime à Black Dudley" (The Crime at Black Dudley, 1929), Margery s'impose comme une auteure de roman policier. C'est aussi à l'occasion de ce roman qu'elle crée le personnage d'Albert Campion, détective excentrique qui apparaît dans dix-sept romans et de nombreuses nouvelles.

En 1931, Margery fait l'acquisition d'une maison au cœur du village de Tolleshunt d'Arcy dans l'Essex : d'Arcy House. Elle lui sera dorénavant toujours associée.

Elle est considérée, dans les années 1930 et 1940, comme une figure importante de la littérature policière du whodunit, au même titre que Dorothy L. Sayers et Agatha Christie.

Margery Allingham continue d'écrire jusqu'à sa mort, rencontrant toujours un beau succès et utilisant à trois reprises le pseudonyme de Maxwell March pour publier des romans sans Albert Campion.

Elle est décédée à la suite d'un cancer du sein.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Livre de bord N°78 .
Livre de bord sur Liberty TVUne émission présentée par Nicky & Brice DepasseChroniqueur : Bernard DelcordEntretien : Corinne HoexDestinations : le rattachement de Didier van Cauwelaert (Albin Michel), Les dessous de la littérature : pastiches cochons de Christine Brusson (Editions des équateurs), le Dictionnaire des mots du sexe d'Agnès Pierron (Balland), Dix recettes pour recevoir un pompier sans son extincteur et Dix recettes pour recevoir une hôtesse de l'air de Sophie et Marie-Pierre Morel (Marabout), A quoi ça sert un livre ? de Chloé Legay (Alice jeunesse), Thomas le magicien de Sébastien Perez (Seuil jeunesse), Barabara de Pierre Ryckmans (Luc Pire/Espace Nord), Nouvelles belges à l'usage de tous (Luc Pire/Espace Nord), Décidément, je t'assassine de Corinne Hoex (Impressions nouvelles), La maison des morts étranges et autres aventures d?Albert Campion de Margery Allingham (Omnibus), En Verve : Talleyrand et Che Guevara (Horay), La dernière heure du dernier jour de Jordi Soler (10:18), Paradis sur mesure de Bernard Werber (Livre de poche), Melnitz de Charles Lewinsky (Livre de poche), Arthurs, va te coucher ! de Barroux (Seuil jeunesse), La jeune mariée de Singer, Je vous aime avec excès, folie, transport et désespoir de Madame de Lespinasse et Lettres familières d'Italie du Chevalier De Brosses (André Versaille éditeur) et Les châteaux de la Loire par Alain Vigneron et Irène Frain (Ouest France).
+ Lire la suite
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Nadge   13 avril 2020
Des fleurs pour la couronne de Margery Allingham
Londres est un drôle d'endroit. [...] Londres ça fascine comme une fille qu'on arrive jamais à connaître vraiment.
Commenter  J’apprécie          30
Nadge   13 avril 2020
Des fleurs pour la couronne de Margery Allingham
L'accusation parait toujours convaincante tant qu'on n'a pas entendu la défense.
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincent   12 mai 2014
Crime à Black Dudley de Margery Allingham
Mr Albert Campion fit alors la première chose intelligente de la soirée. Il s'effaça et disparut dans l'obscurité du couloir, les laissant seuls.
Commenter  J’apprécie          20
TheFangirl   18 mai 2017
Cercueils et Cie de Margery Allingham
«Un jour, je suis tombé sur un macchabée là, au fond, derrière la voûte, annonça Stanislas Oates en s'arrêtant devant la vitrine du magasin. Ça m'est resté, parce que, quand je me suis baissé, il a soudain levé les bras et j'ai senti ses mains froides serrer mon cou ; mais le coeur n'y était pas, heureusement. Il était à bout de course et il est mort pendant que j'essayais de me dégager. Mais ça m'a fichu un coup tout de même. J'étais inspecteur de seconde classe à l'époque.»

Il se détourna de la devanture et reprit sa marche glissante sur le trottoir encombré, son imperméable noirâtre moucheté de gris se gonflant derrière lui comme une toge académique.

Sa nomination à la tête de Scotland Yard dix-huit mois auparavant n'avait guère affecté son apparence. Tenue toujours aussi négligée, silhouette perpétuellement voûtée s'épaississant soudain à la taille, et un visage gris au nez anguleux qui avait gardé son air triste et réfléchi sous son feutre noir.
Commenter  J’apprécie          00
ClarissaDalloway   04 juin 2010
Cercueils et Cie de Margery Allingham
Sa petite silhouette ramassée s’ornait d’un assortiment de vêtements de longueur diverse, et ses jambes croisées révélaient un fouillis de liserés multicolores tombant en festons sur des bas en accordéon. Vue de loin, sa chaussure paraissait remplie d’herbe. On en voyait jaillir de toutes les ouvertures, y compris celle située à l’extrémité. Malgré la chaleur du plein soleil, elle portait sur les épaules quelque chose qui eût pu être jadis de la fourrure ; elle leur tournait le dos, mais Campion aperçut des mèches mutines s’échappant des plis jaunissants d’une vieille voilette de voyage boutonnée sur dessus. Elle l’avait posée sur un morceau de carton grossièrement déchirée placé sur le haut du crâne, ce qui lui donnait un air excentrique, voire pitoyable, rappelant l’allure qu’ont parfois les petites filles déguisées.
Commenter  J’apprécie          00
ClarissaDalloway   04 juin 2010
Cercueils et Cie de Margery Allingham
Un grand échalas osseux vêtu d’un de ces pulls rétrécis qui lui donne l’air d’un lapin écorché.
Commenter  J’apprécie          20
savannahmourier   26 avril 2020
Des fleurs pour la couronne de Margery Allingham
Les gens ne parlent pas, de nos jours. La passion les effraye. Ils se mettent à lutter contre elle, comme si c'était quelque chose d'indécent. Ce que c'est, bien entendu. Comme beaucoup d'autres choses.
Commenter  J’apprécie          10
ClarissaDalloway   04 juin 2010
Cercueils et Cie de Margery Allingham
Arrivé au sommet de la butte, l’homme mince ralentit l’allure et se retourna. Derrière lui, la scène s’étala en radieuse miniature, comme emprisonnée dans le globe en verre d’un presse-papiers. La pelouse scintillante, la ligne droite de l’allée et, au-delà, rétrécie à la taille d’une poupée, la silhouette chiffonnée à tête de champignon, énigme brouillée sur le banc sombre.
Commenter  J’apprécie          00
savannahmourier   26 avril 2020
Crime à Black Dudley de Margery Allingham
Puis, en prenant du recul sur les évènements, il se dit que le mal engendrait inexorablement le mal. C'était comme s'il se propageait en cercles de plus en plus larges, telles les rides sur la surface d'une mare où l'on vient de jeter un pavé.
Commenter  J’apprécie          00
ClarissaDalloway   04 juin 2010
Cercueils et Cie de Margery Allingham
Si vous entendez cogner, ce n’est que le croque-mort.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Céréales quiz !

Poursuivis par la police, Walter, un truand sans envergure, et Francesca, sa maîtresse, se réfugient dans un campement de «mondines», ces repiqueuses de riz de la plaine du Pô, où ils découvrent le dur travail des ouvrières agricoles. Ils y font la connaissance de la belle mais dangereuse Silvana. Celle-ci, voyant clair dans le jeu des deux fugitifs, dénonce Francesca au sergent Marco et, une fois la voie libre, devient la maîtresse de Walter. Le truand tombe vite sous le charme de cette femme aux mœurs libres et à l'allure farouche. Les deux amants, sentant tourner le vent, décident de s'enfuir. Le sergent Marco se lance à leur poursuite...

Riz amer
Blé amer
Orge amer
Seigle amer

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , céréales , films , bd adulte , romans policiers et polarsCréer un quiz sur cet auteur
.. ..