AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.06 /5 (sur 319 notes)

Nationalité : Sénégal
Né(e) à : Dakar , 1929
Mort(e) : 1981
Biographie :

Mariama Bâ est une écrivain sénégalaise.

Issue d’une famille traditionnelle et musulmane, Mariama Bâ intègre une école française après la mort de sa mère et se fait remarquer par de bons résultats. A cette époque, son père devient Premier Ministre de la Santé au Sénégal.

En 1943 elle intégre l’École Normale de Rufisque qu’elle quittera avec un diplôme d’enseignement en 1947.

Après douze ans d'exercice, et sa santé étant devenue fragile, elle demande sa mutation au sein de l’Inspection régionale de l’enseignement.

Suite à son expérience du mariage avec Obéye Diop dont elle a eu 9 enfants, Mariama Bâ s’engage pour nombre d’associations féminines en propageant l’éducation et les droits des femmes. À cette fin, elle prononce des discours et publie des articles dans la presse locale.

Dès sa publication en 1980, son premier roman, Une si longue lettre, en forme épistolaire connaît un réel succès et est retenu pour la remise du Prix Noma lors de la Foire du livre de Francfort.

Elle meurt peu de temps plus tard d’un cancer avant la sortie de son deuxième roman Le Chant écarlate.

Un Lycée de Dakar porte son nom : La Maison d’Éducation Mariama Bâ.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59228&motExact=0&motcle=&mode=AND VOUS AVEZ DIT FÉMINISTE ? Suivi de (In)certitudes. Nouvelle Ndèye Fatou Kane Harmattan Sénégal En remontant le cours de l'histoire, on se rend compte que des femmes se sont battues de par le monde pour que les droits de leurs congénères soient reconnus. Simone de Beauvoir, Chimamanda Ngozi Adichie, Awa Thiam, Mariama Bâ, voilà quatre femmes qui ont donné leur perception du féminisme suivant les époques et les contextes. Ce livre puise dans les écrits de ces femmes de lettres, en analysant les tenants et les aboutissants de leurs combats. de la France, en passant par le Nigeria pour arriver au Sénégal, la cause féministe a évolué. Ndèye Fatou Kane est d'origine sénégalaise. Diplômée d'une école de commerce en transport et logistique internationale, l'écriture ne la quitte pas. Ce qui l'amène à publier son premier roman le malheur de vivre (L'Harmattan, 2014), suivi par Franklin, l'insoumis (La Doxa, 2016). Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-14374-3 ? 9 mars 2018 ? 110 pages
+ Lire la suite
Citations et extraits (98) Voir plus Ajouter une citation
TheBee   01 octobre 2010
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Le mot bonheur recouvre bien quelque chose, n'est-ce pas? J'irai à sa recherche.
Commenter  J’apprécie          4470
Gwordia   16 mai 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
On ne prend pas rendez-vous avec le destin. Le destin empoigne qui il veut, quand il veut. Dans le sens de vos désirs, il vous apporte la plénitude. Mais le plus souvent, il déséquilibre et heurte. Alors, on subit.
Commenter  J’apprécie          4130
Gwordia   16 mai 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Alors que la femme puise, dans le cours des ans, la force de s'attacher, malgré le vieillissement de son compagnon, l'homme, lui, rétrécit de plus en plus son champ de tendresse. Son œil égoïste regarde par-dessus l'épaule de sa conjointe. Il compare ce qu'il eut à ce qu'il n'a plus, ce qu'il a à ce qu'il pourrait avoir.
Commenter  J’apprécie          2630
Gwordia   16 mai 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Le sang des blessures coagulé dessine sur le sol des taches sombres et répugnantes. Tout en les brossant, je pense à l'identité des hommes : même sang rouge irriguant les mêmes organes. Ces organes, situés aux mêmes endroits, remplissent les mêmes fonctions. Les mêmes remèdes soignent les mêmes maux sous tous les cieux, que l'individu soit noir ou blanc : tout unit les hommes. Alors, pourquoi s'entretuent-ils dans des batailles ignobles pour des causes futiles en regard des massacres de vies humaines ? Que de guerres dévastatrices ! Et pourtant, l'homme se prend pour une créature supérieure. A quoi lui sert son intelligence ? Son intelligence enfante aussi bien le beau que le mal, plus souvent le mal que le bien.
Commenter  J’apprécie          2060
Gwordia   16 mai 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Pour vaincre ma rancoeur, je pense à la destinée humaine. Chaque vie recèle une parcelle d'héroïsme, un héroïsme obscur fait d'abdications, de renoncements et d'aquiescements, sous le fouet impitoyable de la fatalité.



Je pense aux aveugles du monde entier qui se meurent dans le noir. Je pense aux paralytiques du monde entier qui se traînent. Je pense au lépreux du monde entier que leur mal ampute.



Victimes d'un triste sort que vous n'avez pas choisi, que sont, à côté de vos lamentations, mes démêlés, motivés cruellement, avec un mort qui n'a plus de mainmise sur ma destinée ? Justiciers, vous auriez pu, en liguant vos désespoirs, rendre tremblants ceux que la richesse enivre, ceux que le hasard favorise. Vous auriez pu, en une horde puissante de sa répugnance et de sa révolte, cracher le pain que votre faim convoite.



Votre stoïcisme fait de vous non des violents, non des inquiétants, mais de véritables héros, inconnus de grande histoire, qui ne dérangent jamais l'ordre établi, malgré votre situation misérable.



Je répète, que sont, à côté de vos tares visibles, les infirmités morales dont vous n'êtes d'ailleurs pas à l'abri ? En pensant à vous, je rends grâce à Dieu de mes yeux qui embrassent chaque jour le ciel et la terre. Si la fatigue morale m'ankylose aujourd'hui, elle désertera demain mon corps. Alors, ma jambe délivrée me portera lentement et, à nouveau, j'aurai autour de moi l'iode et le bleu de la mer. Seront miens l'étoile et le nuage blanc. Le souffle du vent rafraîchira encore mon front. Je m'étendrai, je me retournerai, je vibrerai. Ô ! santé, habite-moi. Ô ! santé...



Mes efforts ne me détournent pas longtemps de ma déception. Je pense au nourrisson orphelin à peine né. Je pense à l'aveugle qui ne verra jamais le sourire de son enfant. Je pense au calvaire du manchot... Je pense... Mais mon découragement persiste, mais ma rancoeur demeure, mais déferlent en moi les vagues d'une immense tristesse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1900
Emylit   10 juin 2012
Une si longue lettre de Mariama Bâ
"L'amitié a des grandeurs inconnues de l'amour"
Commenter  J’apprécie          1460
oassita65   21 décembre 2011
Un chant écarlate de Mariama Bâ
On ne peut rien contre l'amour. Celui qui lutte contre l'amour est semblable à celui qui veut assécher la mer.
Commenter  J’apprécie          1130
oassita65   19 décembre 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Pour vaincre la détresse quand elle vous assiège il faut de la volonté,quand on pense que chaque seconde écoulée abrège la vie,on doit profiter intensément de cette seconde,c'est la somme de toutes les secondes perdues ou cueillies qui fait les vies râtées ou réussies
Commenter  J’apprécie          1010
oassita65   18 juin 2011
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Les princes dominent leurs sentiments, pour honorer leurs devoirs



Commenter  J’apprécie          940
MissG   01 avril 2012
Une si longue lettre de Mariama Bâ
Mais l'Afrique est différente, morcelée. Un même pays change plusieurs fois de visage et de mentalité, du Nord au Sud ou de l'Est à l'Ouest.
Commenter  J’apprécie          880
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-45761

Quel est le nom de ce pays constitué de la grande île africaine séparée du continent par le canal de Mozambique?

Zanzibar
Madagascar
Sainte-Hélène

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : afrique , îles , géographieCréer un quiz sur cet auteur
.. ..