AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Alençon , 1640
Mort(e) à : Saint-Rémy-du-Val , le 20/10/1683
Biographie :

Marie-Catherine Desjardins, dite de Villedieu, est une écrivaine et dramaturge française du Grand Siècle.
Marie-Catherine Desjardins est issue de la petite noblesse terrienne. Fille d’un couple au service d’une famille illustre, les Rohan-Montbazon, elle ne gardera de son père, Guillaume Desjardins, qu’un souvenir de violentes chicanes. Ses parents se séparent alors qu’elle est encore très jeune, ce qui lui donne une indépendance et une liberté assez rares pour l’époque : installée dans le Paris de l’après-Fronde, Tallemant des Réaux dit d’elle qu’elle y « vit sous sa bonne foy». Là, elle compense rapidement son manque de naissance et de richesse, mais aussi sa laideur, par l’exercice de son esprit, lequel, de son propre aveu, est brillant .
L’année de ses dix-huit ans, Marie-Catherine fait la rencontre décisive de son existence en tombant éperdument amoureuse d’Antoine de Boësset, sieur de Villedieu, fils d’un célèbre musicien du roi Louis XIII. Commence une liaison tumultueuse célébrée par l’écrivaine dans un sonnet jugé scandaleusement libertin. Après une promesse solennelle de mariage signée en Provence, devant prêtre et notaire, le 21 juin 1664, survient la rupture définitive en 1667. Au cours du « tragique été » de la même année, Marie-Catherine Desjardins voit son amant mourir au siège de Lille et sa correspondance amoureuse publiée sans son consentement par le libraire-éditeur Claude Barbin. C’est forte de cette seule promesse que Marie-Catherine put se faire appeler « de Villedieu »
Alors qu’elle avait donné trois pièces à la scène (la tragi-comédie Manlius, jouée avec succès par les comédiens de l’hôtel de Bourgogne en 1662 et qui suscita une querelle entre Donneau de Visé et l’abbé d’Aubignac concernant l’authenticité historique de la pièce; la tragédie Nitétis, jouée le 27 avril 1663 et la tragi-comédie le Favori, le 14 janvier 1665 à Versailles et en juin 1665 à Paris), Marie-Catherine de Villedieu délaisse son activité de dramaturge pour se tourner résolument vers l’écriture romanesque. Les succès s’enchaînent au prix d’un intense labeur : de 1669 à 1675, pressée par de sérieuses difficultés financières, la romancière ne cesse d’écrire et de publier. Avec ses Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière, parues en 1671, elle invente le genre littéraire du roman-mémoires. Les célèbres Désordres de l’amour (1675) marquent son retrait officiel de la scène littéraire.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu   (43)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Piatka   08 octobre 2013
Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
JOUISSANCE 1658



Aujourd’hui dans tes bras j’ai demeuré pâmée,

Aujourd’hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur

Triomphe impunément de toute ma pudeur

Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.



Ta flamme et ton respect m’ont enfin désarmée ;

Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur

Et je ne connais plus de vertu ni d’honneur

Puisque j’aime Tirsis et que j’en suis aimée.



Ô vous, faibles d’esprits, qui ne connaissez pas,

Les plaisirs les plus doux que l’on goûte ici-bas,

Apprenez les transports dont mon âme est ravie !



Une douce langueur m’ôte le sentiment,

Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,

Et c’est dans cette mort que je trouve la vie.



Commenter  J’apprécie          275
5Arabella   11 mai 2019
Le favori de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Hé la ruse en amour ne passe point pour crime,

Ce sont vieilles erreurs et soucis superflus

Tant d'estime ne sert que quand on ne plaît plus,

Quand on n'a plus d'appas pour paraître agréable,

Il est bon de tâcher à se rendre estimable,

Il faut charmer l'esprit ne pouvant faire mieux ;

Mais quand un jeune amant se rend à de beaux yeux,

Il borne à ce qu'il voit son estime et sa flamme,

Et ne s'avise pas d'aller jusques à l'âme ;

Le secret est de plaire, et l'on voit en effet

Que chacun croit toujours ce qu'il aime, parfait :

Plaisons donc dans le temps d'une belle jeunesse,

Et laissons sans regret l'estime à la vieillesse,

Se pique qui voudra de grande probité,

Pour moi je ne veux point de cette qualité

Et comme par le temps elle m'est destinée,

J'attends pour l'obtenir ma cinquantième année.
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella   12 mai 2019
Le favori de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
LÉONOR.

Dussé-je être pour vous une amie incommode ;

Non je ne puis souffrir cette étrange méthode,

Dans une heure Moncade est par vous oublié,

Cet homme si parfait.



DONA ELVIRE.

Il est disgracié.
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella   11 mai 2019
Le favori de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Il m'aime, hé ! Justes Dieux, ce lâche est mon rival,

Les yeux de Lindamire ont embrasé son âme :

Mais il n'ose avouer une si belle flamme,

Par la crainte qu'il a de choquer ma faveur,

Et de s'ôter en moi peut-être un protecteur,

Une terreur si basse a sur lui tant d'empire,

Qu'il me cède en tous lieux la main de Lindamire,

M'accable des effets de son zèle indiscret,

Et le traître qu'il est me poignarde en secret.
Commenter  J’apprécie          40
5Arabella   11 mai 2019
Le favori de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Oui sans doute, Seigneur, et de plus ordinaire ;

Je prends tous les matins un plaisir sans pareil,

À voir dans ce beau lieu le lever du Soleil ;

Il embellit alors, se mêlant à l'Aurore,

D'un émail naturel tous les endroits qu'il dore,

Dans ces moments on voit les folâtres zéphyrs

Pousser autour des fleurs mille faibles soupirs,

Et parfumant les airs de leurs douces haleines,

Reverdir, et sécher le gazon des fontaines,

Je vous en fais, Seigneur, un fidèle tableau,

Jugeant bien que pour vous il doit être nouveau ;

Un homme qui soutient le poids d'une couronne,

Goûte peu ces plaisirs que la campagne donne.
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   31 octobre 2017
Recueil de quelques lettres ou Relations galantes / par Mlle Des-Jardins [Edition de 1668] de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Jouissance.

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,

Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur

Triomphe impunément de toute ma pudeur

Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.



Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;

Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur

Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur

Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée



O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas

Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,

Apprenez les transports dont mon âme est ravie !



Une douce langueur m'ôte le sentiment,

Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,

Et c'est dans cette mort que je trouve la vie
Commenter  J’apprécie          20
Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
xTHX1138x   04 avril 2021
Marie-Catherine-Hortense de Villedieu
Il est des maris si charmants,

Qu'ils peuvent être époux sans cesser d'être amants.



L'amour conjugal
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Marie-Catherine-Hortense de Villedieu (14)Voir plus


Quiz Voir plus

La ferme des animaux

Qui est Mr Jones en Russie?

le tsar Nicolas I
le tsar Nicolas II
Trotski
Lénine

8 questions
1341 lecteurs ont répondu
Thème : La ferme des animaux de George OrwellCréer un quiz sur cet auteur