AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Née au siècle dernier au Sahara, Marie-Hélène Branciard a passé son enfance et son adolescence à Gleizé (Rhône). Elle a ensuite vécu à Lyon, Paris et Dijon. Webmaster et graphiste, elle tient un blog dédié au journalisme, au design et à l’écriture.
Elle est l'auteure de deux romans : Les Loups du remords et #Jenaipasportéplainte ainsi que de nombreuses nouvelles.

http://poutan.fr/site/etiquette-produit/marie-helene-branciard/

Source : http://poutan.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
mosaique92   03 mars 2017
Les loups du remords de Marie-Hélène Branciard
Tu parles à Psylvia de ce que Storm t’a confié à propos de leur jeunesse. Cette révolution qu’ils voulaient faire. Tu lui dis à quel point ça t’avait impressionnée… Elle soupire, te lance son regard si intelligent et te dit qu’ils ont souvent été très cons, manipulés par de tout petits livres rouges qu’elle n’aurait même pas la force de relire. Elle t’explique le bourrage de crâne, l’intégrisme, la méfiance face à tout ce qui était beau et léger et la dureté des rapports entre les gens. La douceur, l’amour… tout ça c’était bourgeois. Et une fois qu’on avait dit ça, on avait tout dit. Il y a peut-être une chose qu’elle regrette : la recherche d’un absolu, le fait d’être prêt à tout pour défendre une cause qu’on croit juste. Mais sinon…
Commenter  J’apprécie          90
ladyoga   01 février 2017
Les loups du remords de Marie-Hélène Branciard
C'est bizarre comme on prend goût à la solitude. Comme elle vous empoisonne tout doucement. On pourrait sortir, voir du monde... mais on y a goûté et c'est trop tard.

Mais il faut faire gaffe, comme toutes les drogues, la solitude se venge un jour ou l'autre.
Commenter  J’apprécie          100
MarieFaust   06 août 2016
#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard
Mafalda ignore superbement la bande de morveux qui ricane sur son passage. Avec ses cent kilos, elle a appris à gérer les moqueries au quotidien. Quoi qu’il arrive, où qu’elle se trouve, on la remarque… Son perfecto rose et sa perruque peroxydée n’arrangent rien à l’affaire mais la font se sentir bien, calée dans son armure délirante. Elle ne résiste pourtant pas longtemps à coller une trouille bleu à ces merdeux qui la suivent en la sifflant. Elle se retourne d’un bloc en imitant le Haka des All Blacks :

— Ka mate ! Ka mate ! Ka ora ! Ka ora ! Tenei te tangata puhuruhuru !

Plus un mot. Maf enchaîne ses postures menaçantes du haut de son mètre quatre-vingt. Calmés les mômes !

Elle s’arrête aussi vite qu’elle a commencé. Pas que ça à foutre non plus. Elle s’engouffre dans sa Smart en lançant aux gosses tétanisés :

— Eh ouais, j’ai une Smart ! Ça vous fait marrer aussi les p’tits cons ?

Alors que sa bagnole renâcle à démarrer, elle lance un regard vers l’armée de lutins, prête à en découdre. Plus un chat : son Haka a encore fait ses preuves.

— Non mais ! lance-t-elle en démarrant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Branciard_Mh   07 janvier 2016
Les loups du remords de Marie-Hélène Branciard
Tu n’arrives pas à t’endormir. Tu fais un truc que tu aimes bien : t’imaginer dans chacun des autres lits où tu as dormi depuis ton enfance. Tu fermes les yeux, tu oublies la disposition de la pièce et tu voyages de lit en lit. Les portes et les fenêtres changent de place ainsi que l’orientation des meubles. Si tu te concentres bien, tu arrives parfois à entendre le souffle de ceux qui étaient avec toi. Tu aimes bien faire ça. C’est peut-être la seule façon d’avoir une impression de continuité dans ta vie…
Commenter  J’apprécie          80
Adel89   01 octobre 2016
#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard
Tout à l'heure, Margaret Thatcher l'a fait tournoyer sur lui-même à deux ou trois reprises, par pur sadisme. A ses côtés, l'autre, cachée derrière son masque de Kim Jong-un, pianote nonchalamment sur son I-phone.
Commenter  J’apprécie          80
Branciard_Mh   28 juin 2016
#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard
« Bâtardes … Hermaphrodites… Dégénérées… »

La DJ arrache son casque, lâche la manette et se fige. Après tous ses efforts pour pondre un texte qui dirait enfin ce qu’elle ressent, les mots se sont posés. On dirait qu’ils attendaient qu’elle lâche l’affaire, qu’elle se plonge dans ses jeux vidéo pour émerger. Elle ne sait pas trop pourquoi, mais cette fois la musique ne suffit plus. Elle a envie de dire, d’hurler… et ces trois petits mots vont lui ouvrir la voie.

Sur son Home cinéma, Arya Stark traverse péniblement un territoire dévasté. Accrochée à son épée, La Belette attend comme un bête avatar en panne qu’elle veuille bien l’aider. DJ Amy s’en détourne pourtant : Game of Thrones attendra...

Posé sur son lit, un petit ordi somnole en ronronnant. Elle le réveille sans scrupule en posant ses deux mains sur le clavier encore chaud… Les paroles coulent sans effort :



Casquées de bruits et de fureur

Elles traversent le temps

Le soleil est en deuil

Il neige sur les écrans fêlés

De leurs vies blanches…



Elle ferme les yeux, s’étire, secoue la tête et lance un SOS à la nuit qui colle aux immenses baies vitrées… Dehors Londres bouillonne. Il faut faire le vide, revenir à ces trois mots qui ont surgi comme par magie…



Bâtardes… Hermaphrodites… Dégénérées…

Perchées sur leurs clouds

Casquées de bruits et de fureur

Dans leurs armures 3D

Elles ont tout oublié…

La clé des mots clés

Le tag des hashtags…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Poutan   28 juin 2016
#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard
Ils sont cinq, alignés devant l’immense mur. Ils ont préparé les panneaux numérotés qu’ils encollent avant de les passer à Fifi. Daria est impressionnée par l’organisation. Excepté le froissement du papier et les seaux de colle qui heurtent parfois le sol ou le mur, les street-artistes œuvrent dans un silence parfait. Derrière elle, Zabou enregistre la scène. Elle se déplace avec agilité le regard bloqué sur son écran de contrôle. Sous leurs yeux, la fresque prend forme à toute allure. La journaliste la découvre pour la première fois. Elle sait que d’autres équipes d’artistes sévissent au même moment dans plusieurs quartiers de Paris et dans toutes les grandes villes d’Europe. A Porto, Berlin, Édimbourg… des artistes de tous horizons dénoncent le silence et l’hypocrisie de l’Église face à la pédophilie de ses prêtres.

Tout a été minutieusement préparé depuis des mois. Daria n’est qu’un minuscule rouage dans la machine à dénoncer mais elle prend son rôle très au sérieux. Elle a été recrutée par Zabou qui connaît son travail et les articles qu’elle écrit, principalement pour Têtu. La jeune journaliste est chargée de rédiger un texte qui sera lu en voix off. Elle balance quelques phrases dans son dictaphone mais elle sait qu’il ne sera pas nécessaire de les réécouter. Ce qui se passe sous ses yeux est tellement fort qu’elle n’aura qu’à s’installer devant son clavier pour que tout se mette en place…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Adel89   28 septembre 2016
#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard
Marco ricane, il attrape le menton de Fanette et l'oblige à le regarder en face. Presque aussi grande que lui, la jeune femme lui lance un regard noir avant de lui cracher au visage. Après un temps assez long, Marco s'essuie calmement, comme pensif, puis la gifle avec une violence inouïe. Fanette rebondit contre le mur en parpaings et s'écroule au sol. Elle retient ses larmes.

Surtout ne pas pleurer, ne pas montrer sa vulnérabilité, ces salauds adorent ça!
Commenter  J’apprécie          60
Branciard_Mh   07 janvier 2016
Les loups du remords de Marie-Hélène Branciard
Antoine vient de passer le tunnel de Fourvière... Il aime bien ça les tunnels : le côté train fantôme, les lumières rouges sur le carrelage blanc et ce bout de ciel qui saute au visage à la sortie. Il prend in extremis la direction de Marseille, manque se planter dans le brusque virage de la bretelle d’autoroute et gicle enfin, comme une boule de flipper vers sa partie gratuite…
Commenter  J’apprécie          60
MarieFaust   03 mars 2017
Les loups du remords de Marie-Hélène Branciard
Storm et Psylvia parlent de l’An 2000… Dans six mois ce sera le vingt et unième siècle… Les jeunes parleront du vingtième comme on parlait du dix-neuvième : comme d’un vieux temps, poussiéreux, vers lequel on ne retournerait pour rien au monde. Tu ne sais pas ce qui t’attend, mais ce siècle plein de promesses ne t’attire pas plus que ça. Psylvia a dit un truc qui t’a fait comprendre pourquoi. Elle a parlé des technologies qui allaient tout accélérer. Elle a dit qu’il serait sans doute de plus en plus difficile d’échapper au mouvement, de se garder un endroit à soi dans lequel aucun écran, ni téléphone ne vienne vous distraire. C’est cet endroit-là que tu regretteras, cette pièce en dehors du temps, ta chambre noire dans laquelle tu cuisines tes photos, le ciel vide à contempler ou à peindre, le silence. Un temps qui n’existe pas pour les autres mais qu’on peut leur faire visiter par œuvre interposée…
Commenter  J’apprécie          40
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..