AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.36 /5 (sur 105 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Née en Alsace. Ancienne journaliste de la presse féminine grand public, auteur de plusieurs centaines de nouvelles parues dans divers magazines, ainsi que de trois livres de tourisme et de loisirs, elle a longtemps dirigé des collections de livrets éducatifs pour enfants./>


Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
lanard   19 août 2010
Censure et bibliothèques au XXe siècle de Marie Kuhlmann
Censure / autocensure

P 155-156 Touts les techniques de mise à l'écart ou de repérage des livres jugés dangereux présentent l'inconvénient d'être apparentes. Leur utilisation entraîne pour le bibliothécaire le risque d'être qualifié de censeur, terme que le sens commun revêt d'une signification péjorative. De plus, les pratiques de marquage des livres attirent l'attention du lecteur sur les textes ainsi stigmatisés. Comme le remarque Pascal Pia, "l'emploi du mot enfer pour désigner les rayons de la bibliothèque, où sont rangés les ouvrages réputés contraires aux bonnes mœurs, n'aura pas été pour atténuer la curiosité que de tels ouvrages suscitent. Qu'il y ait enfer des imprimés, cela donne à rêver, même à qui ne lit jamais1".

Les bibliothécaires préfèrent de ce fait exercer une sélection à l'achat et éviter de commander des ouvrages qui leurs paraissent indésirables. Cette sélection sera d'autant plus forte que le budget de la bibliothèque est restreint et les choix flirteront dès lors d'un manière plus étroite avec les censures. Comme nous l'avons montré précédemment, la ligne de partage entre les exclusions qui procèdent du choix et celles qui relèvent de la censure est difficile à tracer. Le censure peut s'effectuer d'un manière volontaire, le bibliothécaire écartant tel ou tel titre, selon son propre vouloir et en mesurant les effets de ses choix, ou relever de autocensure.

On peut considérer que, lorsqu'il pratique des censures, le bibliothécaire projette ses propres craintes sur le lecteur, et n'offrira pas en lecture ce qu'il redoute pour lui même ou pour le pérennité des valeurs politiques ou philosophiques auxquelles il est attaché. Alors que, par l'autocensure, il ne commandera pas certains livres, qui ne l'inquiètent pas personnellement, mais dont il craint que le contenu ou la présence dans la bibliothèque ne soit ni compris ni accepté. Il redoute donc des réactions agressives pouvant survenir pour des motifs moraux, philosophiques, religieux ou politiques, mais, également, des reproches liés au rôle qui lui est assigné.

Encore faudrait-il introduire quelques nuances dans ces définitions. Il est, en effet, difficile de démêler l'écheveau dans lequel se confondent censures et autocensures. Les pressions que subit le bibliothécaire s'inscrivent plus fréquemment dans ses propres représentations que dans l'ordre du réel ; le bibliothécaire suppose, en fonction de ce qu'il sait de son autorité de tutelle et de ses lecteurs, mais aussi en fonction de ce qu'il a intégré de son rôle d'éducateur, qu'il est préférable de ne pas choisir tel ou tel titre. Lorsque les pressions ne s'exercent pas à travers des interventions concrètes, aucun élément ne prouve qu'il ne mêle pas ses propres hantises à celles supposées de l'autorité de tutelle et des lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gean25   19 février 2020
Passeurs d'ombre de Marie Kuhlmann
L'exploitation de la potasse, ce précieux sel rouge indispensable à l'agriculture et l'industrie chimique, débuta en février 1910 au puits Amélie de Wittelsheim près de Mulhouse.
Commenter  J’apprécie          40
veronique55   16 décembre 2018
Les filles du pasteur Muller de Marie Kuhlmann
P 114 Johan brassait toujours ces perpectives pessimistes en marchant d’un bon pas sur la route qui le ramenait à Betschdorf, L’odeur qui l’avait dérangé si fort au début de son installation au village, celle des ateliers de poterie, le saisit de loin. Un voile étrange reposait sur les environs tel un couvercle étouffant et l’avait obligé’ dans les premiers temps, à se réfugier dans sa chambre en fermant soigneusement les fenêtres, il y avait bien longtemps, au dix-huitième siècle selon certains, deux siècles auparavant selon d’autres sources, des potiers venant de Rhenanie du nord avaient importé leur technique originale, celle du grès verni au sel. Ils avaient trouvé sur les bords de la Sauer, la terre argileuse nécessaire à leur artisanat. Cette poterie caractéristique, grise, rehaussée par des décors au bleu cobalt, offrait une dureté et une imperméabilité remarquables, due à la cuisson à très haute température, plus de mille deux cnt cinquante degrés. Le sel jeté dans le feu en fin de cuisson formait un vernis transparent. C’était précisément cette étape qui provoquait l’odeur désagréable, à laquelle Johan avait fini par s’habituer, mais qu’il ne voulait pas respirer jusqu’à la fin de ses jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brinvilliers   11 avril 2013
Les revenants du haut-Barr de Marie Kuhlmann
Sa lettre codée en poche, Florent reprit le chemin de la ville haute. Le courrier devrait partir le jour même, il fallait au plus vite rendre compte à monsieur Permon. L'affaire se révelait beaucoup plus importantes que prévu, avec des complicités, des ramifications à l'étranger. Peut-être faudrait-il s'enquérir d'un messager de confiance pour acheminer rapidement les rapports à Strasbourg.
Commenter  J’apprécie          20
luocine   22 janvier 2014
Les Frères amish de Marie Kuhlmann
Là-bas, comme il ne parvenait pas à ses fins, il excommunia les opposants, qui firent de même à son encontre. Ancien contre Ancien, puisqu'ils étaient les seuls à pouvoir excommunier, chacun étant certain que l'autre commettait une grave erreur.





Commenter  J’apprécie          20
ParfaiteCoccinelle   05 juillet 2014
Les Frères amish de Marie Kuhlmann
Hanspeter avait répondu avec détermination qu'il ne s'agissait nullement d'une décision prise à la légère. Il y réfléchissait depuis des années. Des années. Elias ne parvenait pas à y croire. Pourquoi ne pas en avoir discuté avec lui, son père, un prédicateur ? Il entendait encore la réponse résonner à ses oreilles : "Tu aurais tout fait pour m'obliger à rester. Ma place n'est pas avec les amish. Je pense que le choix de la religion est un engagement personnel. Un ensemble de règles, que vous avez décidées vous-mêmes, ne peut représenter l'unique moyen d'atteindre le salut. Faut-il obligatoirement, pour être sauvé, abandonner les Eglises anciennes ? Ou peut-on être sauvé même dans ces Eglises, en dehors de la vôtre ? Je regrette, père. Ma décision est prise".
Commenter  J’apprécie          00
cvd64   07 avril 2019
Florent Schoebel de Marie Kuhlmann
Ce garçon ne sera jamais un exécutant servile. Monsieur De Permon, amusé, hocha la tête en guise d'acquiescement.

C'est un honnête voleur. Et maintenant, Schoebel, abordons les affaires sérieuses...
Commenter  J’apprécie          10
roadinette   20 août 2014
Les Frères amish de Marie Kuhlmann
Gerber, le migrant malgré lui de Steffisburg, arriva à Markich en Alsace sain et sauf, en ayant laissé derrière lui, femme, enfants et biens.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Occupons nous, faisons un bébé ...

1- On s’ennuie si on faisait un bébé … 2 - Ah non, c’est l’« apocalypse bébé »…

Stephen King
Virginie Despentes
Charlotte Link
Pascal Voisine

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , humour , enfantsCréer un quiz sur cet auteur