AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Marie de Hennezel (394)


castabea   28 juillet 2009
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Comme je lui demande ce qu'elle [Sœur Emmanuelle] aimerait dire à tous ceux qui entrent dans le troisième âge et qui ont peur de vieillir, elle conclut d'une voix qui me frappe par sa fermeté et sa douceur :

- N'ayez pas peur ! La vieillesse, c'est comme un couronnement. J'arrive à la cime de ma vie et je regarde le monde et les autres avec une infinie tendresse. Je les ressens dans mon cœur. Cette contemplation tendre me procure une immense joie. Pour moi, c'est comme du champagne ! La joie fuse dans mon cœur !
Vous pouvez, vous aussi, donner autour de vous cette joie. On devient vieux le jour où l'on ne croit plus en l'homme et en la valeur de chacun, quel qu'il soit. Faites vôtre cette parole d'un poète musulman que j'aime tant : "Fends le cœur de l'homme et tu y trouveras un soleil !"

Mais pour cela, il faut un peu s'oublier soi-même, s'intéresser aux autres !

Il faudrait que les personnes âgées prennent conscience que c'est leur mission d'aimer. Quel que soit l'état dans lequel on vieillit, on peut regarder, sourire, tendre la main, bénir. Et cela transfigure la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
1967fleurs   10 juin 2017
Sex and sixty de Marie de Hennezel
La révolution narcissique, c'est celle que Woody Allen définit ainsi : "Je ne me regarde plus jamais dans la glace, car c'est désespérant, je regarde à l'intérieur de moi parce qu'à l'intérieur je suis jeune". C'est aussi valable pour les femmes (....) je me fiche pas mal de voir mon corps vieillir, me dit une amie de mon âge, je me sens bien à l'intérieur. Cette femme là cherche d'abord à être bien avec elle-même, à se faire du bien. Elle a compris que les changements de son corps n'ont rien à voir avec la force de son désir. Elle estime plus important d'être radieuse que ridée.
Commenter  J’apprécie          418
castabea   22 juillet 2009
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Le philosophe Robert Misrahi, comme nous le verrons plus loin, estime qu'il faudrait éduquer les personnes âgées. C'est dire à quel point il croit à la capacité d'apprendre jusqu'au bout de sa vie. Olivier de Ladoucette est du même avis. Prenons par exemple la capacité de regarder le bon côté des choses. On sait maintenant que l'optimisme prolonge la vie. Une étude américaine, conduite pendant vingt-trois années auprès de six cents personnes, a montré que celles qui avaient une attitude positive au début de l'étude ont vécu en moyenne sept ans de plus que les autres. Tout se passe comme si le corps avait besoin de signaux d'espoir pour récupérer, s'adapter et rester en forme. Olivier de Ladoucette pense que "l'optimisme peut s'apprendre, y compris tard". On peut apprendre à être positif, à regarder la vie du bon côté à soixante ans même quand on a pas acquis cette aptitude dès l'enfance. On peut apprendre à remettre en question ses pensées négatives, on peut apprendre à faire confiance à l'existence. Bien sûr, cela suppose de le vouloir et de chercher de l'aide.
Il existe toutes sortes de méthodes pour développer une pensée positive et changer ses comportements. On connait la méthode Coué, la visualisation positive, les techniques de l'hypnose, les techniques de programmation neurolinguistiques, dites PNL. En psychologie comportementale des protocoles d'entraînement à l'optimisme ont fait leurs preuves et des thérapies qui développent la "sécurité de base" des personnes leur permettent progressivement de s'appuyer sur leurs ressources internes (c'est, notamment le cas de l'haptonomie)
Mais toutes ces stratégies, toutes ces clés pour une vieillesse réussie ne sont efficaces que si l'on accepte de vieillir, donc de se transformer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Marie de Hennezel
milamirage   12 avril 2013
Marie de Hennezel
L'être humain
ne se réduit pas
à ce que nous voyons
ou croyons voir.
Il est toujours infiniment
plus grand, plus profond
que nos jugements étroits
ne peuvent le dire.
Il n'a, enfin, jamais dit
son dernier mot,
toujours en devenir,
en puissance de s'accomplir,
capable de se transformer
à travers les crises
et les épreuves de sa vie.
Commenter  J’apprécie          400
calamitysab   03 août 2010
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
Les médecins ne sont partisans de la vérité. Ils se contentent d'informer les familles qui se voient par là même condamnées au secret. Les infirmières aussi subissent la même condamnation. Quel inconfort de devoir soigner des mala des qui vous lancent des regards anxieux et interrogateurs, et voius demandent pourquoi celà ne va pas mieux! Coincées entre l'angoisse des malades et la lâcheté des médecins, elles n'ont pas les moyens d'accompager leurs patients et rentrent souvent chez elles avec le sentiment de ne pas avoir été humainement à la hauteur de la situation.
Commenter  J’apprécie          380
kathy   28 avril 2013
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Montrer le vieillesse, c'est montrer des personnes âgées qui sont habitées d'expériences et d'émotions. Il y a toute une profondeur de vie sur leur visage. On y lit leur vie affective, leur solitude, leur fatigue, mais aussi leur sérénité, leurs élans, leurs désirs. Car les désirs sont toujours là. Simplement, ils se sont transformés. La tendresse a pris le relais de la séduction.
Commenter  J’apprécie          350
calamitysab   03 août 2010
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
La pire solitude pour un mourrant est de ne pas pouvoir annoncer à ses proches qu'il va mourir.
Commenter  J’apprécie          350
Tomie   18 juin 2012
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Mais on peut aussi vieillir avec intelligence, accepter ce que l'on ne peut pas changer, et se tourner vers tout ce qui reste à découvrir.
Commenter  J’apprécie          300
calamitysab   03 août 2010
Commenter  J’apprécie          290
moranivero   20 mars 2009
La sagesse d'une psychologue de Marie de Hennezel
Je ne peux conformer ma vie à un modèle, ni ne pourrai jamais constituer un modèle pour qui se ce soit, mais il est tout à fait certain en revanche que je dirigerai ma vie selon ce que je suis, advienne que pourra.... Je ne défend aucun principe, mais quelque chose de bien plus merveilleux-quelque chose qui est en nous, qui brûle du feu de la vie, qui exulte et cherche à s'échapper (Lou Andréas Salomé, lettre à Gillot) Cette citation, je la gardais vivante en moi. Elle était mon axe, ma force, ma liberté.(p15))
Commenter  J’apprécie          280
RubyDeYing   17 février 2017
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
Meurt-on comme on a vécu ? Mon ami veut savoir ce que j'en pense. Je n'ai pas de réponse. J'ai vu des personnes qui se disaient croyantes perdre la foi au seuil de la mort, et d'autres qui ne l'avait pas la trouver.

(p 226)
Commenter  J’apprécie          240
kathy   28 avril 2013
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Comment devenir des porte-bonheur et non des poisons pour notre entourage?
Vous l''avez deviné, le fil rouge qui guidera notre exploration, c'est la conviction que quelque chose en nous ne vieillit pas. Le l'appellerai le COEUR; Non pas l'organe, qui lui vieillit bien sûr, MAIS la capacité d'aimer et de désirer.. Cette force inextricable, incompréhensible, qui tient l'être humain en vie, et que Spinoza a baptisé "conatus", l'intentionnalité vitale.
C'est le COEUR qui peut nous aider à dépasser nos peurs et nous soutenir au milieu des pires épreuves de la vieillesse.
Commenter  J’apprécie          220
araucaria   03 juillet 2018
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
Je comprends maintenant qu'on ne peut pas faire l'économie d'un travail de deuil. Ce que l'on met de côté se réveille plus tard, à l'occasion d'un autre deuil, ou d'une date anniversaire.
Je sais maintenant, parce que je suis en train de le vivre, à quel point les endeuillés sont seuls. Trouvent-ils à leur côté des humains capables de leur faire exprimer la tristesse ou la colère dans laquelle les plonge la mort d'un être cher, surtout quand elle est brutale? Trouvent-ils une oreille prête à recevoir tout ce qui aimerait se dire à celui qui n'est plus là pour entendre? Je sais depuis longtemps que tout ce qui n'est pas réglé avec un proche avant sa mort doit l'être après, sous peine d'être entravé par un deuil non résolu. J'ai souvent, moi-même encouragé les autres à construire un dialogue intérieur avec le disparu, à parler au mort.
Commenter  J’apprécie          181
Piatka   09 juin 2013
Une vie pour se mettre au monde de Marie de Hennezel
La tristesse est bien plus redoutable que la vieillesse et la mort.
Commenter  J’apprécie          160
michoko   10 février 2014
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
N'est-ce pas cela la compassion ? Se mettre à la place de l'autre - tout en sachant qu'on n'y est pas - n'est pas s’identifier à l'autre, c'est prendre le recul nécessaire pour évaluer les choses : si nous étions à cette place-là, comment aimerions-nous être aidés ?
Commenter  J’apprécie          150
MadeMoiZele   17 décembre 2015
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
Le besoin, dans ces moments-là, n'est-il pas précisément, de parler de celui qui n'est plus là, de raconter les circonstances de sa mort? Et bien sûr cela fait venir les larmes. Et il est bon de pleurer en présence de ses amis, de sentir que c'est possible, comme il est bon d'évoquer ensemble les moments vécus avec celui qui a disparu pour toujours. Cela fait du bien de parler de ses regrets, de ses remords quand on en a et, pourquoi pas, de sa révolte. C'est tout cela qui permet le travail du deuil, ce mystérieux travail intérieur de détachement qui permettra un jour de se réveiller libéré, et plein d'énergie pour la vie.
Commenter  J’apprécie          130
quiliravivra   11 septembre 2011
Une vie pour se mettre au monde de Marie de Hennezel
L'hiver est le trait d'union entre deux printemps.La vieillesse est le trait d'union entre deux générations.
Commenter  J’apprécie          130
Jmlyr   02 mai 2017
Sex and sixty de Marie de Hennezel
Chaque fois qu'ils ont besoin de parler de ce qui ne va pas dans leur couple, ils prennent rendez-vous. Ils s'assoient l'un en face de l'autre, se prennent les mains, se regardent dans les yeux. La posture est celle du don et de l'accueil. Ils se donnent l'un à l'autre. La posture elle-même montre qu'aucun des deux n'est dans le jugement . Celui qui a quelque chose à exprimer parle, sachant qu'il ne sera pas interrompu. Sa parole est accueillie. Et ce qui est dit va faire son chemin dans les heures ou les jours qui viennent. Ce rituel très intime a ses règles.Celui qui écoute accueille mais ne répond pas, ne se justifie pas, ne juge pas. S'il a vraiment besoin de parler, il demande à l'autre s'il l'autorise à lui répondre. Cette façon de faire intime le respect. Ce n'est ni une discussion, ni un règlement de comptes.Ce rituel leur fait beaucoup de bien.
Commenter  J’apprécie          123
michoko   11 août 2014
Le souci de l'autre de Marie de Hennezel
Si chacun se mettait ne serait-ce qu'une seconde à la place de l'autre, il y aurait plus de respect. On ouvrirait la porte plus doucement, on enverrait un signe d'accueil, un sourire, on tendrait la main, on parlerait moins fort. Ces gestes ne demandent pas plus de temps ni plus de personnel, simplement plus de conscience.
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombe   08 janvier 2013
Mourir les yeux ouverts de Marie de Hennezel
Avoir conscience de sa propre mortalité oblige à ne pas vivre à la surface des choses.
Commenter  J’apprécie          120



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..