AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.72 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Marie-Ève Bourassa a étudié le théâtre, la littérature et la scénarisation.

Son livre Élixir a été finaliste du prix Marcel-Couture. Pour Adieu, Mignonne, le premier tome de Red Light, elle a reçu le prix Arthur-Ellis du meilleur roman policier canadien en français ainsi que le prix Jacques-Mayer de la Société du roman policier de Saint-Pacôme.

Source : VLB
Ajouter des informations
Bibliographie de Marie-Ève Bourassa   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
bilodoh   07 août 2018
Red Light, tome 1 : Adieu, Mignonne de Marie-Ève Bourassa
Pour passer au travers, on s’encourageait avec des promesses de printemps. Mais quand on y regardait de plus près, on se rendait compte que le printemps existait rarement passé seize ans.



(vlb, p. 157)

Commenter  J’apprécie          110
bilodoh   16 août 2018
Red Light, tome 2 : Frères d'infortune de Marie-Ève Bourassa
Ils étaient tous là, les journaux, les policiers, les comités de bienséance, tous là à montrer du doigt ces filles sans vergogne qui, selon eux, corrompaient le cœur de la cité. Alors qu’en réalité, c’étaient eux qui les façonnaient, toutes ces poupées bien dressées, supposément impures. Eux qui, sans avoir jamais tenu un marteau de leur vie, avaient pourtant planté le premier clou dans chacune de ces maisons de passe, sans exception. Il n’y a pas de vice sans vicieux.



(vlb, p. 258-9)
Commenter  J’apprécie          100
bilodoh   14 août 2018
Red Light, tome 1 : Adieu, Mignonne de Marie-Ève Bourassa
N’y avait pas que les hommes qui étaient passés dessus : le temps, la misère aussi. Usée. Vulgaire. Trop maquillée. C’était une femme qui avait manqué de tout et qui remplissait le vide comme elle le pouvait, ignorant que ça ne faisait que le creuser davantage chaque fois.



(vlb, p.35)
Commenter  J’apprécie          90
Jrp   17 février 2018
Red Light, tome 3 : Le sentier des bêtes de Marie-Ève Bourassa
— C’est un sentier en forêt qui passe entre les arbres et les hautes herbes. La terre est battue comme si plusieurs voyageurs avant nous l’avaient parcouru. Mais en réalité, c’est une impasse tracée par les bêtes. Un piège. Croyant qu’il est fait par les hommes, le marcheur l’emprunte, sauf que ce chemin ne lui est pas destiné. Non, Da Ge. Kemono no michi.

Huang a pris mon paquet de Millbank laissé sur le bar et a fait rebondir une cigarette à quelques reprises avant de l’allumer.

— Celui qui s’y aventure marche en vain, longtemps, a-t-il continué entre ses bouffées. À chaque pas, il s’enfonce plus profondément dans les bois. Il se perd. Il meurt.
Commenter  J’apprécie          10
bilodoh   16 août 2018
Red Light, tome 2 : Frères d'infortune de Marie-Ève Bourassa
… j’suis d’avis qu’on a tous une musique, quelque chose qui sonne à l’intérieur de nous, qui rythme nos airs. Y’en a plein qui décident de pas l’écouter. En temps de guerre, par exemple, avec les bombes pis les shrapnels, on entend plus notre musique. On est forcés de marcher au pas, pis on finit par se perdre. C’est la même chose en amour : mais, dans ces cas-là, c’est le cœur qui vient fausser le tempo.



(vlb, p. 59)
Commenter  J’apprécie          10
ariadne01   14 octobre 2020
Red Light, tome 1 : Adieu, Mignonne de Marie-Ève Bourassa
Il faisait maintenant presque tout à fait noir et un vent frais s'était levé. On allait avoir droit à un bel orage. Les feuilles des arbres se retournaient dans tous les sens, et j'ai pensé à regret que, bientôt, elles seraient au sol. J'avais beau tempêter contre la chaleur, c'est le froid qui m'affectait le plus, ce froid qui s'accompagnait toujours d'une profonde sensation de vide et intensifiait le mal qui me grugeait les membres. Pour passer au travers, on s'encourageait avec des promesses de printemps. Mais quand on y regardait de plus près, on se rendait compte que le printemps existait rarement passé seize ans.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 décembre 2018
Red Light, tome 3 : Le sentier des bêtes de Marie-Ève Bourassa
On apprend de ses erreurs, disait sa mère: mes dernières aventures m’avaient fait bien comprendre que la profession de détective privé ne m’allait guère. Malheureusement, une gueule cassée dans mon genre doit faire avec un choix de carrière limité. Ce commerce d’alcool illégal s’avérait donc une petite magouille inoffensive qui nous permettrait, à Herb et à moi, de nous remettre à flot, et je dois avouer que ça fonctionnait plutôt bien. Suffisait de ne pas jouer dans les pattes des grosses pointures du crime organisé et l’affaire était pinotte!
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 décembre 2018
Red Light, tome 3 : Le sentier des bêtes de Marie-Ève Bourassa
Depuis belle lurette, on accusait le Red Light d’être un véritable berceau pour les voyous de toutes classes: cette réputation était plus que jamais méritée. Les vols de banques et de voitures blindées étaient fréquents, et pas toujours perpétrés par des cerveaux du crime. En conséquence, les arrestations pullulaient, et les prisons étaient pleines à craquer de pères de famille coupables, en fin de compte, de n’avoir pas trouvé d’autre façon de nourrir leurs flos.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 décembre 2018
Red Light, tome 3 : Le sentier des bêtes de Marie-Ève Bourassa
La loi du cadenas: une mesure qui permettait aux policiers de l’escouade des mœurs de fermer définitivement un bordel, en laissant tout le mobilier et les possessions des locataires à l’intérieur. On espérait ainsi décourager les gueuses, et peut-être même les forcer à retourner vivre chez leurs parents, mais la plupart du temps ça les obligeait surtout à faire le trottoir. Heureusement pour les prostituées, leur piaule avait presque toujours des portes cachées.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   11 décembre 2018
Red Light, tome 3 : Le sentier des bêtes de Marie-Ève Bourassa
Dans les autres, la politique interdisait tout simplement le métissage: en somme, si les têtes d’affiche du spectacle étaient bronzées, les musiciens devaient l’être aussi, et vice versa. Le pire, c’est que, dans la plupart des endroits où on s’enorgueillissait d’offrir du divertissement de couleur, comme au Connie’s Inn de la rue Sainte-Catherine, les Noirs n’étaient pas les bienvenus, à tout le moins pas comme clients.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Marc Levy

Quel est le premier ouvrage de Marc Levy ?

Et si c'était vrai ...
L'étrange voyage de Monsieur Daldry
La Première Nuit
Mes amis mes amours

9 questions
561 lecteurs ont répondu
Thème : Marc LevyCréer un quiz sur cet auteur

.. ..